Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Bien ou mal : ce qui change tout

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 7 minutes

Bien ou mal ? Comment privilégier le premier au détriment du second dans sa vie ? Comme gérer ce qui nous arrive de bien ou mal ? Il existe une attitude qui change tout.

Bien et mal

Bien ou mal : ce qui change tout

Le bien et le mal sont deux notions avec lesquelles ont vit depuis tout petit.

On nous a plus ou moins souvent répété que ceci est bien et cela est mal lorsqu’on nous a éduqué.

Et on a intégré ces deux notions antinomiques.
Comprenant que le bien est à privilégier, et le mal à éviter.

Et on peut en venir à coller cette étiquette de « bien » et « mal » sur des tas de choses dans la vie.

Distinguer le bien du mal fait partie de notre vie.

On peut se targuer d’avoir fait quelque chose de « bien ».

Et se sentir coupable d’avoir fait quelque chose de mal.

Certains s’en veulent d’avoir fait quelque chose de mal au point que la culpabilité ronge leur vie parfois.

D’autres font « quelque chose de mal », de répréhensible, de « pas bien ».
Et pour autant ne s’excusent pas, ne pas montrent pas de signe de remords.

Malgré tout, cette personne n’est pas forcément mauvaise.

Certaines aussi veulent tellement bien faire qu’elles tombent dans le perfectionnisme.

Beaucoup de gens sont plus ou moins perfectionnistes.
Ceux qui le sont trop mettent beaucoup plus de temps à faire les choses que les autres… sans pour autant être satisfait.

Car ils cherchent à faire parfait.
À être parfait.

Et ces personnes là, à trop vouloir bien faire, se retrouvent souvent bloquées à ne pas faire pour ne pas risquer de rater, de mal faire.

Elles ont tendance à attendre que les conditions idéales soient réunies pour agir.

Cela cache souvent une estime de soi trop basse.


Bien ou mal ?

En réalité s’il y a des grands principes auxquels tout le monde adhère (ou presque) sur ce qui est bien ou mal… pour quantité de choses, cela varie selon les personnes.

Mme Michu va coller l’étiquette « bien » sur un truc que Tartampion trouvera « mal ».

Chacun pensant qu’il a raison, et que l’autre a tort.

C’est dû à des différences autant culturelles que de caractère, d’expériences vécues, bref, de paramètres de vie propres à chacun.

Pour certains, avoir une femme qui travaille à l’extérieur, qui voit des ami(e)s, qui se balade en maillot de bain à la place ou la piscine est tout à fait normal.
Alors que pour d’autres, c’est « mal ».

Pour certains, donner à une fessée à son enfant lorsqu’il a fait une bêtise est une bonne chose pour lui inculquer la discipline, ce qui est bien ou mal.
Alors que pour d’autres, c’est répréhensible.

Pour certains, c’est bien qu’il fasse un temps ensoleillé (ex : vacanciers).
Alors que pour d’autres, c’est un mauvais signe (ex : agriculteurs qui attendent la pluie pour leurs cultures).

En réalité, ce sur quoi on colle une étiquette bien ou mal dépend de notre interprétation personnelle.

C’est une question de choix, plus ou moins conscient.

Tout dépend de votre réalité.
Elle n’est pas la même pour tout le monde, même si on a l’illusion de croire que si.

Pour ceux qui sont assez « âgés » pour s’en souvenir, il y a des années, fumer pendant les repas en présence d’autres personnes (y compris d’enfants) n’était pas « mal » vu.

Depuis, la réalité et les normes sociétales ont changé.

Quel est votre choix ?

C’est votre choix de coller l’étiquette bien ou mal sur quelque chose.

C’est une façon de penser qui est challengeante à accepter.
Surtout si l’on se met à prendre des exemples bien précis.

Mais disons qu’au moins pour l’immense majorité des choses dans la vie, c’est votre choix de coller une étiquette dessus.

Sur ce que vous faites, sur ce que les autres font, sur les évènements.

Les philosophes stoïciens insistent beaucoup sur le fait que la seule chose qui soit le plus en notre contrôle, c’est notre jugement, notre raison, notre esprit.

Ils soulignent même comme Épictète que ce qui est bien, c’est notre choix de le décider. Et ce qui est mal aussi.

Notre choix de coller cette étiquette.

Les décisions que l’on prend, ce que nous faisons, cela dépend de nous.
Même si parfois on a l’impression de ne pas avoir le choix.

Et pour ce qui ne nous concerne pas.
Ce sur quoi on n’a aucun contrôle.
Ce n’est pas à nous de coller une étiquette dessus : comme le temps qu’il fait.

On peut même choisir, pour ce qui est plus ou moins en notre contrôle, de ne pas coller d’étiquette dessus.

Quel guide au quotidien

On n’est pas obligé de coller l’étiquette bien ou mal pour guider nos actions au quotidien.

Ce que nous pouvons faire, au lieu d’enfermer les actes, les choses, les gens, les évènements dans des boites, c’est de se demander :

  • Est-ce que j’ai un quelconque contrôle sur ce truc ?
  • Si non, lâcher-prise dessus, sans coller aucune étiquette
  • Si oui, alors se demander quel choix on peut faire qui soit le plus proche de nos valeurs
  • Quelle attitude on peut adopter qui soit en phase avec ce qui est important pour nous, notre essentiel, la direction que l’on souhaite donner à notre vie, la personne que l’on est au plus profond de nous (car finalement, c’est ce que vous trouvez « bien »)
  • Ce choix peut être une façon de penser, d’être, une action
  • On peut choisir de ne coller aucune étiquette sur un évènement, une chose, une personne (y compris soi). Simplement s’en tenir aux faits, en évitant le jugement. Ce qui correspond au passage au 1er accord Toltèque « que votre jugement soit impeccable », certainement le plus challengeant
  • Il s’agit simplement de faire de son mieux, de ne pas se flageller lorsque l’on commet une erreur, lorsque l’on fait face à des échecs mais aussi de s’accepter malgré nos défauts, nos manquements

Éviter de catégoriser « bien » ou « mal » est une attitude qui change tout.

Car alors on se donne plus de liberté.

La liberté de ne pas s’enfermer dans une pensée binaire, d’être moins stressé, plus zen, plus heureux au quotidien.

Et vous, avez-vous tendance à catégoriser les choses en bien ou mal ? À vous en vouloir lorsque vous faites ou pensez « mal » ? À juger durement les autres lorsqu’ils le font ? Allez-vous faire en sorte de moins coller ces étiquettes sur vous, les autres, les évènements ? Partagez dans les commentaires ci-dessous 🙂

On vit avec les notions de bien et mal depuis tout petit.
Mais ce sont des étiquettes qui enferment et peuvent ruiner une vie, surtout si l’on se base sur ce que les autres pensent qu’il est bien ou mal, alors qu’il s’agit d’une notion tout à fait personnelle en réalité.
C’est un choix de coller l’étiquette bien ou mal sur les évènements, les autres, soi.
Vous pouvez choisir de ne pas coller d’étiquette. Et de vous en remettre à vos valeurs, vos priorités, qui vous êtes au plus profond de vous, pour vous guider au jour le jour. Adopter cette attitude change tout car vous avancerez plus libre dans la vie et dans une direction qui vous conviendra plus.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

🡱
Fermer le menu