Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

La norme, c’est pourri !

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 8 minutes

On entend souvent parler de norme, un truc dont on comprend qu’il est bon de s’y conformer. Mais la norme, en fait, c’est plutôt pourri !

Norme

La norme, c’est pourri !

Régulièrement on tombe sur le terme de norme.

Mais qu’entend-on par là ?

On peut entendre parler de norme en matière de réglementation, par exemple une norme Z qu’il faut respecter pour que l’installation électrique de votre logement ne soit pas dangereuse.

Le dictionnaire Larousse nous éclaire de sa définition :

Règle, principe, critère auquel se réfère tout jugement ;
Ensemble des règles de conduite qui s’imposent à un groupe social

C’est intéressant de poser la définition même si ça peut paraitre ennuyeux au premier abord car elle fait bien ressortir l’aspect « jugement » et « groupe social ».

La norme est aléatoire puisque liée à un groupe social et non à tous les individus.

Et c’est là que se pose le gros souci.

Autant de nombreuses normes sont bienvenues dans certains domaines, notamment techniques, car elles minimisent les risques, comme celui de se faire électrocuter dès qu’on brancherait un appareil électrique à une prise.

Autant la norme lorsqu’elle concerne un individu n’aide pas forcément.


Se conformer à la norme

On entend régulièrement dire qu’il faut « se conformer à la norme ».

Ou du moins, on se dit que c’est ce qu’il serait bon et bien de faire, et ce pour être accepté dans un groupe social.

Se conformer pour le Larousse, c’est :

Régler sa conduite en accord avec quelque chose, se soumettre, s’adapter à

On comprend bien que si l’on doit se conformer à la norme, cela signifie que l’on n’est pas dans la norme.

Et que pour être dans la norme, il nous faut nous contorsionner pour nous adapter.

Cela veut dire que d’une façon ou d’une autre, on doit trouver le moyen de faire rentrer ce que l’on est en tant qu’individu dans une case.

Un moule.

Se conformer à la norme, c’est rentrer dans le moule, dans la case.

Laquelle ?

Celle que la société prône dans son ensemble.

C’est un peu comme quand les parents demandent à leurs enfants de ranger leurs jouets dans leur caisse.

Nous sommes comme des jouets qui auraient une conscience propre. Des jouets qui devraient rester contorsionnés dans une caisse qu’on leur a attribué : et donc ne jamais en sortir contrairement aux jouets des enfants, ne jamais explorer le monde. Car alors, on ne rentrerait plus dans la norme. On ne s’y conformerait plus.

Chaque société a ses propres règles de vie, notamment via ses lois, us et coutumes.

Cela mise à part, et même sans déroger aux derniers, cela laisse un espace de liberté conséquent à chacun d’entre nous pour exprimer qui nous sommes.

En théorie.

Parce que la norme bride énormément tout ça.

Mais quelle norme au juste ?

Quelle norme ?

A quelle norme exactement devrions-nous nous conformer ?

À celle à laquelle la majorité des gens semblent donner leur caution.
C’est-à-dire tout ce qu’on peut entendre qu’il se dit « généralement », et notamment tout ce que les médias reflètent.

Sauf que c’est du vent tout ça.

La norme, ça n’existe pas.

On peut bien sûr, via un modèle mathématique et des tas de données ressortir des statistiques sur un paquet de paramètres des français par exemple, en faire une moyenne à chaque fois et dire « ça, c’est la norme pour un français ».

Sauf que très peu de gens collent à toutes les moyennes.

La norme, c’est plus généralement ce qu’on peut entendre qu’il est bien de faire, d’avoir, d’être. Principalement dans les médias qui sont relayés ensuite par de nombreuses personnes tellement on leur a bourré le crâne avec ça.

Sauf que là aussi, pas tant de gens que ça parviennent à se mouler dans la norme du moment.

Oui du moment, car cette norme elle change.
Et de plus en plus régulièrement.

D’où la difficulté à s’y conformer, d’autant plus grande que la norme vantée est souvent très difficile à atteindre.

Mais beaucoup de gens prônent néanmoins cette norme.

Même s’ils ne la respectent pas eux-mêmes.

Pourquoi ?

Parce qu’ils perçoivent comme une injonction le fait de s’y conformer : eux et les autres.

Et si eux font ce qu’ils peuvent pour ça, vous devez le faire aussi.

Comme ça, ça valide leur façon de faire, de penser.

« Si je m’embête à faire W, alors toi aussi tu dois t’embêter à faire W, sinon c’est pas juste ! »

On ne se rend souvent pas compte à quel point cette norme factice nous pourrit la vie.

Norme factice

Pourquoi la norme est fausse ?

Tout simplement parce qu’elle bouge et est créée en grande partie de toute pièce pour servir certains intérêts.

Et ces intérêts ne sont souvent pas les vôtres.

Sinon vous vous sentiriez bien dans la norme, ou du moins, de mieux en mieux à chaque fois que vous vous rapprochez de la norme.

Mais nos normes actuellement sont énormément basées sur le faire et l’avoir, sur la (sur)consommation

Il faut faire ceci, et cela, et ne pas faire ceci et cela, sinon vous n’êtes pas une bonne personne. Sinon vous êtres moins bien que les autres. Alors achetez X et Y, faites telle et telle activité (qui ô coïncidence vous fait bourse délier) et vous serez mieux.

Sauf que la norme, factice qui plus est, ne rend pas heureux.

La solution universelle du bonheur n’est pas de se conformer à la norme.

Le « il faut que » bousille tellement de vies, à un point dont on n’a souvent pas conscience.

La norme, c’est nul

Pourquoi la norme c’est pourri ?

Parce que chacun d’entre nous est unique.

Si on a des points communs avec l’ensemble de la race humaine, on a aussi de multiples particularités qui dans leur addition donne un résultat assez exceptionnel : nous.

Et nous conformer à une norme pour faire, avoir, être comme on nous dit que c’est bien, cela a une forte tendance à dénaturer la plupart d’entre nous.

À nous contraindre à être qui on n’est pas, faire ce qui ne nous plait pas forcément, avoir ce qui ne nous convient pas vraiment.

N’avez-vous jamais ressenti une ou plusieurs émotions désagréables lorsque vous vous rendez compte que vous n’êtes pas dans la norme ?

C’est logique si c’est le cas, car les besoins d’appartenance et de reconnaissance sont très forts chez l’être humain.

Et on nous fait comprendre qu’on pourra appartenir à un groupe, être reconnu par certaines personnes, uniquement si l’on se conforme à une norme globale.

Mais cette norme est factice, change de plus en plus souvent, sert des intérêts qui ne sont pas les vôtres.

Suivre la norme entraine souvent un non-respect de qui vous êtes au plus profond de vous.

Or vous respecter, c’est essentiel pour vous sentir bien dans votre vie.

Plus vous cherchez à vous conformer à la norme, plus vous risquez de vous sentir mal.

Alors oui sur le moment, quand vous parvenez à être un peu plus dans la norme, vous êtes sans doute content. Mais ça ne dure pas. Parce que vous n’êtes pas encore tout à fait dans la norme pensez-vous, vous avez encore du chemin à faire pour être tout bien comme il faut. Mais c’est une quête sans fin, vaine, car au bout, vous espérez le bonheur alors que le contraire qui vous y attend sans doute…

A contre-courant de la norme

Ce n’est pas parce que vous n’entrez pas dans une norme que vous ne pourrez vous sentir appartenir à un groupe ou obtenir la reconnaissance de certaines personnes.

Mais ce n’est pas facile pour autant.

D’autant plus si votre estime est mauvaise : plus votre estime est basse, plus vous aurez tendance à vouloir entrer dans le moule de la norme.

Même si ça vous rend malheureux.

Élever votre estime, socle de votre bien-être, ça vous permet justement de pouvoir vous détacher plus sereinement de la norme.
De ne pas courir après toutes ses composantes, après celles qui ne vous conviennent pas.

Alors oui, ce n’est pas forcément évident de ne pas se conformer à la norme, parce que ça implique d’aller à contre-courant de ce que beaucoup de gens vantent.

Ce n’est pas leur faute : ils pensent sincèrement que c’est ça qui doit être le mieux, et donc si vous ne vous y conformez pas, ils vont s’interroger et vous encourager à entrer dans le moule pour tendre vers le même idéal qu’eux.

Sauf que vous lorsque vous explorez qui vous êtes, que vous élevez durablement votre estime, vous savez bien mieux ce qui est bon pour vous. Ce qui vous convient, et ce qui ne vous convient pas. Et vous acceptez mieux les éventuelles critiques et jugement des autres.

Aller à contre-courant est souvent la meilleure chose à faire pour vous.

La plupart des gens ne remarqueront pas que vous êtes à contre-courant ou se diront simplement que vous êtes original ou bizarre. Si on vous fait des remarques de ce type, c’est génial !

Aller à contre-courant permet simplement de mieux vivre votre vie, de vous sentir bien dans votre quotidien. De ne pas vous sentir inférieur aux autres ou inadéquat parce que vous ne vous conformez pas à la norme.

Parce que vous savez ce qui vous convient, ce qui est bon pour vous.

Et vous pouvez alors faire de votre mieux pour mettre les ingrédients qu’il faut dans vos journées afin que votre vie soit à votre image.

Dites-moi dans les commentaires plus bas : avez-vous tendance à suivre la norme ? Comment ça vous fait sentir ?

La norme est comme un poids que vous avez au-dessus de votre tête, comme un impératif auquel vous devriez vous conformer pour votre vie.
Sauf qu’elle ne convient à personne ou presque. Elle ne sert souvent pas vos intérêts.
Votre intérêt est plutôt d’aller à contre-courant, de vous respecter, d’être au maximum qui vous êtes, de faire ce qui vous plait, d’avoir ce qui vous convient.
Explorer qui vous êtes et élever votre estime sont les meilleurs moyens pour vous de vous sortir de cet impératif de norme pour vous sentir bien dans votre vie.

Cet article vous a plu ?



Livret 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même Vous êtes libre de télécharger gratuitement mon livret
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et
acquérir une bonne estime de vous-même »

Bonne estime = plus de confiance en soi, moins de stress, etc.


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.