Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Un oubli qui envenime les relations

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 8 minutes

Il existe un oubli qui envenime les relations. Le garder à l’esprit permet d’apaiser les tensions.

Relations

Un oubli qui envenime les relations

Les relations avec les autres sont probablement l’un des challenges les plus importants dans la vie.

Les autres font partie de notre vie, que l’on soit de nature extravertie ou introvertie.

On a besoin des autres.

Personne ne se fait tout seul ou avance tout seul.

Les autres sont toujours là, en filigrane.

On se construit avec eux, sans eux, par rapport à eux.

Être trop sensible au regard des autres et se comparer à eux est l’un des facteurs qui peuvent influer sur l’estime de soi, d’autant plus avec la prédominance d’Internet.

On peut vouloir changer les autres ou avoir envie de leur dire non.

Et c’est plus ou moins facile de cheminer dans la vie en prenant cela en compte.
Parce que ce dont on a besoin en tant qu’être humain, c’est d’être accepté des autres et gagner leur respect.

La communication est l’un des facteurs clés en matière de relation.

Elle demande des ressources que l’on n’a pas toujours à disposition pour qu’elle s’effectue de la meilleure façon possible.

D’autant plus qu’on est tous différents et bizarres à notre façon.

Et un oubli participe notamment à écorcher les relations.


L’oubli qui empoisonne les relations

Cet oubli qui empoisonne les relations est mis en avant par de nombreux sages, comme Marc-Aurèle l’empereur philosophe stoïcien dans « Pensées pour moi-même » :

Lorsqu’un homme a commis une faute contre toi, considère aussitôt quelle opinion il se fait du bien ou du mal pour avoir commis cette faute. Lorsque tu le sauras, en effet, tu auras pitié de lui, et tu n’éprouveras ni étonnement, ni colère. Car, ou bien, toi aussi tu te fais encore la même opinion que lui sur le bien, ou une autre analogue, et il faut donc lui pardonner. Mais si tu ne partages plus ses opinions sur le bien et le mal, tu seras plus facilement bienveillant à celui qui les distingue mal.

L’oubli que l’on commet trop souvent est de ne pas garder à l’esprit une chose.
C’est que dans l’immense majorité des cas, les gens font de leur mieux pour bien agir.

Pour faire ce qui leur semble juste.

Bien sûr, ce n’est pas le cas de tout le monde, tout le temps.

Parfois les gens agissent sciemment de la mauvaise façon.
C’est pourquoi il est important de savoir exercer son esprit critique de façon générale.

Mais encore une fois, dans la majorité des cas, les gens essayent simplement de faire au mieux.

Et c’est un oubli qui peut causer beaucoup de torts à la relation, à l’autre, à nous-même.

Donc il est important de garder en tête que dans l’immense majorité des situations, les autres font de leur mieux pour bien agir.

Ce qu’ils disent ou font part d’une bonne intention.

Mais cela ne garanti en rien que cette intention touche son but.

Un oubli compréhensible

On peut tous se retrouver dans une situation où l’on dit quelque chose ou fait quelque chose et l’autre le prend mal ou ça tombe à plat.

Par exemple, offrir une pâtisserie à une personne qui ne peut en manger car elle est allergique au gluten.

On a tous des moments où on n’est pas OK, et c’est OK.

Nous sommes tous différents.

Nous n’avons pas tous la même conception des choses, de part notre caractère, nos expériences, nos croyances, notre évolution.

Je suis sûre que depuis que vous êtes né, vous avez changé d’avis plusieurs fois sur un truc.

Vous avez modifié votre façon de voir certaines choses.

Parce que vous avez grandi.

Que vous avez appris de nouveaux éléments.
Et que vous n’êtes pas resté dans une attitude butée à ne pas vouloir changer d’avis, même si vous avez des preuves que vous vous êtes trompé.

C’est OK.

On peut tous avoir tort.

Peut-être que vous avez la même notion de bien et mal que l’autre.
Et Marc-Aurèle nous invite alors à lui pardonner s’il a commis une faute contre nous.

Mais encore plus à pardonner à celui qui n’a pas la même vision des choses que nous.

Car peut-être qu’il n’a pas eu le même parcours que vous et qu’il se fourvoie sur ce qui est bien ou mal. Ou qu’il pense que c’est vous qui ne voyez pas les choses de la bonne façon.

Peu importe qui a tort ou raison.
Cela peut être l’un des deux ou aucun.

Là n’est pas l’important.

Ce qui est important, c’est de ne pas laisser l’oubli du fait que vous êtes humain – et donc perfectible – ruiner vos relations.

En fait, chacun pense faire au mieux la grande majorité du temps.

Un oubli, question de jugement

Ce n’est pas de votre faute ou de celle de l’autre si vous pensez bien faire et que finalement, cela tombe à plat.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’oublier tout et de passer l’éponge sur tout sous prétexte que l’autre pense sûrement bien faire et à de bonnes intentions.

Simplement de garder à l’esprit qu’il s’agit d’un humain tout comme vous, qu’il a des défauts tout comme vous, qu’il est sur le chemin de la vie tout comme vous.

D’autant plus que vous aussi, vous commettez des erreurs parfois, même avec la meilleure volonté et intention derrière.

Comme il est écrit dans la Bible, dans le Nouveau Testament et l’Évangile selon Matthieu 7. 1 à 4 (c’est Jésus qui parle) :

Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés.
Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.
Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ?
Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ?

À cause de cet oubli sur le fait que les autres font de leur mieux pour bien agir, on peut juger sévèrement les autres. Surtout lorsqu’ils ont commis ce que l’on estime être une faute à notre égard.

Mais on commet alors l’oubli que nous aussi, nous commettons des fautes que nous ne souhaitons pas, des torts que nous ne voulons pas, des paroles que nous regrettons peut-être par la suite alors que nous avons réfléchi, que nous avons appris.

L’autre et soi

Il est beaucoup plus facile de distinguer ce qui ne nous semble pas bon et vertueux chez l’autre, ses fautes, plutôt que les nôtres.

Parce qu’on a un regard extérieur : nous ne sommes pas dans l’action, dans les mêmes dispositions, avec le même intérêt.

En tant qu’observateur de l’autre, nous avons forcément un recul qu’il n’a pas.

Tout comme l’autre en a un sur nous.

Ce n’est pas parce que nous pensons que l’autre a mal agi que c’est réellement le cas.

La réalité et la vérité sont complexes, évoluent en fonction de notre chemin parcouru.

Ce que l’on pensait dur comme fer être bien et bon aujourd’hui, nous le trouverons peut-être inadéquat voire mauvais demain, et vice versa.

Ce que l’on croit être aujourd’hui la vérité n’est souvent qu’un avis, une opinion.

Ne soyez pas trop dur avec les autres si vous ne souhaitez pas qu’ils le soient avec vous.

Évitez cet oubli.

Gardez à l’esprit que la majorité du temps, les autres font ce qui leur semble être le mieux, le plus juste.

Cela vous évitera de juger ou du moins de dépasser la première impression de jugement.
Et apaisera vos relations avec les autres.

Mais encore une fois – surtout pour ceux qui ont une faible estime – cela ne veut pas dire tout accepter de l’autre et se laisser marcher sur les pieds.

Sachez vous respecter et poser vos limites.

Vous pouvez tout à fait le faire en pardonnant à l’autre si vous estimez que c’est l’attitude la plus juste. Et éviter au passage de lui coller une (mauvaise) étiquette.

Et vous, allez vous faire de votre mieux pour éviter l’oubli qui envenime les relations et garder à l’esprit que l’autre essaye généralement de faire de son mieux et de bien agir ? Comment seraient vos relations si c’était le cas ? Partagez dans les commentaires ci-dessous 🙂

Un oubli commun que l’on fait ruine les relations. C’est celui de ne pas se rappeler que dans l’immense majorité des cas, les autres font de leur mieux pour bien agir selon leur propre conception de ce qui est juste.
Tout comme la vôtre, elle peut varier au fil du temps.
Et chacun peut se tromper sur le chemin et changer d’avis. Vous y compris.
Sortir du jugement est un bien que l’on fait à l’autre mais aussi à soi-même.
Pour autant, cela ne veut pas dire tout excuser et tout laisser passer : il est important de vous respecter et de poser vos limites.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

🡱
Fermer le menu