Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Comment arrêter de se comparer aux autres

Catégorie(s) : Estime de soi
Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 8 minutes

La comparaison est une source importante de mal-être. Mais comment arrêter de se comparer aux autres ?

Se comparer : la source

Comment arrêter de se comparer aux autres

La comparaison est la grande majorité du temps nocive pour notre bien-être et notre bonheur.

Pourtant, elle peut nous sembler aller de soi.

Comme si on avait toujours connu le fait de se comparer aux autres.

Et pour cause.

Tout petit, on apprend des tas de trucs de la vie courante en se comparant aux autres.

On les observe, on se compare à eux et on voit qu’ils font des choses différentes de nous.

Certaines nous font envie, comme celle de marcher.
Alors on se dit que ce serait bien aussi si on marchait, car ça a l’air d’offrir des tas d’avantages.

Et hop, à force de centaines d’essais, pouf on se met à marcher, quelque chose que l’on fait depuis naturellement.

La comparaison est donc perçue comme vitale pour évoluer, pour exploiter notre potentiel, pour s’intégrer.

Car l’intégration passe par le fait d’avoir des choses en commun avec d’autres.

C’est en se comparant aux autres que l’on peut déterminer si l’on a des choses en commun. Et obtenir de la reconnaissance, besoin tellement important pour l’être humain.

Se comparer aux autres paraît donc naturel.

Cela nous permet de savoir à quels groupes on appartient.

Mais aussi de savoir où on en est par rapport aux autres.

Or, c’est souvent là que le fait de se comparer devient un problème.


Se comparer : l’écueil majeur

Lorsqu’on se compare aux autres, on tombe très souvent dans un écueil qui représente LE problème majeur de la comparaison.

Celui qui fait que se comparer va nous faire nous sentir mal.

Et cet écueil, c’est le fait d’utiliser la comparaison comme indicateur de notre propre valeur.

Quand on se compare aux autres en réalité ce qu’on fait, c’est qu’on s’auto-évalue.

On se juge par rapport aux autres.

Du genre, on est « moins que les autres » dans tel domaine, « plus que les autres » dans tel autre.

On tombe dans l’écueil quand on utilise ça pour pour déterminer quelle valeur on a par rapport aux autres.

Par exemple, on va se renseigner sur le fait qu’en France, le salaire net médian est de x euros.

Et on va le prendre comme critère d’évaluation de notre propre personne.

Si notre salaire est en-dessous, on va acter qu’on est en dessous de la moyenne.
Qu’on touche moins que les autres.
Donc qu’on est moins bien que les autres.

Ça, c’est si on tombe dans le piège de se comparer pour s’auto-évaluer.

Pour se donner une note, une valeur par rapport aux autres.

Et on va se dire avec cet exemple qu’on est nul, qu’on vaut moins que les autres en tant que personne. En tant qu’être humain.

Forcément c’est démoralisant !

Se comparer : source de la souffrance

La source de la souffrance liée au fait de se comparer tient en la perception que l’on a de soi.

Dans la façon dont on s’évalue et surtout, à quel point on se sent valable.

Les problèmes dûs au fait de se comparer sont donc souvent liés à une estime de soi trop basse.

Parce que votre niveau d’estime personnelle représente à quel point vous vous sentez valable. C’est à dire, l’opinion que vous avez de vous-même.

Or se comparer aux autres et réaliser qu’on fait moins bien qu’eux dans certains domaines ou qu’on a moins qu’eux dans d’autres n’est pas un critère qui doit vous faire dire que vous valez moins que les autres.

Vous pensez que vous avez moins de valeur que les autres, que vous êtes inférieur lorsque vous vous comparez à eux uniquement si votre estime est trop basse.

Se comparer peut également être source de souffrance lorsque cela met en évidence un besoin non comblé.

Par exemple, vous vous comparez à Tartampion.

Vous voyez qu’il a apparemment bien plus d’amis que vous.

Si en constatant cela vous vous sentez mal, et que cela vous donne envie vous aussi d’avoir plein d’amis comme lui.

Cela peut vouloir dire que votre estime est trop basse bien sûr.

Mais aussi par exemple que vos besoins d’appartenance et/ou de reconnaissance ne sont sans doute pas comblés.

En clair : lorsque se comparer à d’autres vous cause des émotions, pensées, sensations désagréables, cela veut dire que vous êtes sensible à ce niveau-là.

Être sensible ne veut pas dire être moins bien que les autres !

C’est une indication à progresser à ce niveau pour vous sentir mieux dans votre peau, dans votre vie.

Pour arrêter de vous comparer de la mauvaise façon.

Se comparer aux autres : la bonne façon

La bonne façon de se comparer aux autres c’est comme indicateur de possibilité.

En fait, on se compare aux autres très souvent, sans même forcément s’en rendre compte.

On va remarquer par comparaison que l’autre a plus que nous dans un domaine, moins que nous dans un autre, ou différent de nous.

Le problème comme on l’a vu est d’en conclure un jugement de valeur de soi.
(ce n’est pas pour rien que la comparaison fait partie des techniques 3C des briseurs d’estime !)

La bonne façon de se comparer, c’est de constater qu’il existe d’autres possibilités que ce qui est actuellement présent dans notre vie.

Par exemple, on voit quelqu’un avec une coupe de cheveux qui a le même genre de visage que nous. On trouve que ça lui va bien à notre grand étonnement. Et on se dit « hum, je pourrai peut être demander la même coupe de cheveux à mon coiffeur la prochaine fois, y’a des chances que ça m’aille bien ».

Par comparaison à l’autre, vous avez remarqué une possibilité que vous n’aviez pas envisagé pour vous-même jusque-là.

Se comparer aux autres peut aussi être utilisé de façon bénéfique lorsque l’on prend l’autre comme source d’inspiration.

Vous vous dites que telle personne est vraiment calme et zen, beaucoup plus que vous à ce qu’il vous semble.

Vous ne vous jugez pas inférieur si votre estime est bonne.
Mais vous pensez que vous pouvez en apprendre plus sur cette personne et vous inspirer de ce qu’elle fait pour vous donner des chances d’être plus zen.

Donc la bonne façon de se comparer aux autres, c’est :

  • Pour avoir connaissance de multiples possibilités qui existent
  • De vous en servir comme source d’inspiration et de motivation pour progresser et améliorer votre vie

Se comparer aux autres : les principes à appliquer pour se protéger

Il existe de grands principes à appliquer pour réduire les effets néfastes de la comparaison sur vous-même. Pour vous protéger.

  • Réalisez quand la comparaison provoque chez vous du désagréable. Des pensées, sensations, émotions négatives. Demandez-vous quel(s) besoins(s) non comblés cela pourrait cacher et voyez comment faire pour le(s) satisfaire.
  • Demandez-vous si votre estime de soi ne serait pas trop basse. Si vous avez régulièrement l’impression d’être moins bien que les autres, inférieur à eux, etc., c’est sans doute le cas. Alors, améliorez de façon saine et durable votre estime
  • Écrivez régulièrement, si possible tous les jours, au moins 3 choses pour lesquelles vous avez de la gratitude dans votre vie. Notez toutes les choses que vous jugez bonnes ou OK dans votre vie
  • Gardez à l’esprit que ce que vous voyez de la vie des autres n’est qu’une toute petite partie de leur réalité. Cela n’est pas forcément un bon indicateur de toute leur vie. Autrement dit : n’idéalisez pas les autres et leur vie
  • Ne croyez pas tout ce que vous voyez sur Internet ou les réseaux sociaux. Ce n’est pas le reflet de la vie des autres
  • Apprenez à vous connaître : vos valeurs, vos priorités, ce qui est important pour vous. On peut envier certains pour des trucs qu’on n’a pas parce qu’on a été conditionné, alors qu’en fait, ça ne nous intéresse pas vraiment ou ne nous correspond pas
  • Acceptez-vous
  • Donnez une direction à votre vie pour vous guider et ne pas vous laisser embarquer dans des comparaisons négatives inutiles
  • Détachez-vous du regard des autres
  • Prenez l’habitude de vous comparer à la seule personne fiable
  • Faites de votre mieux (4ème Accord Toltèque) au maximum dans votre vie (au sens de votre mieux en fonction de vos paramètres du moment, et non être à tout le temps à 100%)
  • Même si votre vie n’est pas celle que vous voulez actuellement et que les autres semblent mieux lotis, gardez en tête que vous pouvez vous en sortir

Et vous, dans quelles situations se comparer aux autres vous cause le plus de problème ? (émotions, pensées, sensations désagréables, ruminations, etc.)

Se comparer aux autres vient naturellement.
Et si cela peut être bénéfique dans certains cas, la plupart du temps se comparer est source de souffrance. Cela vient du fait que l’on prend la comparaison comme indicateur pour s’auto-évaluer : savoir à quel point on est valable. Mais aussi de besoins non comblés.
Améliorer votre estime, repérer vos besoins non comblés pour les satisfaire et vous connaître sont des clés importantes pour arrêter de vous comparer aux autres de la mauvaise façon. Celle qui vous cause des émotions, sensations et pensées négatives.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.