Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Comment dire non aux autres

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 10 minutes

Dire non aux autres est délicat mais parfois nécessaire. C’est en tous les cas indispensable pour poser des limites. Mais comment s’y prendre concrètement ?

Poser ses limites

Comment dire non aux autres

Dans la vie il est nécessaire de poser des limites.

Les parents le font généralement dès que leurs enfants sont petits.

Et ceux qui n’ont pas eu assez de limites posées par leur parents en pâtissent dans leur enfance mais également plus tard.

Poser des limites permet de se protéger.

L’autre ne peut pas toujours savoir où est la limite.
Surtout qu’elle peut être différente pour chacun d’entre nous.
Et ne pas être la même en fonction des domaines.

Poser des limites permet de s’affirmer.

De prendre sa place dans le monde.

De ne pas se laisser marcher sur les pieds.

Poser vos limites vous permet d’utiliser au mieux vos ressources précieuses qui sont limitées.

Comme votre temps, votre attention, votre santé, vos capacités physiques et intellectuelles, votre argent

Car si vous ne posez pas de limites en la matière, les autres auront tendance à s’accaparer ces ressources qui vous appartiennent.

Et elles ne seront plus disponibles pour vous.

Cela peut vous rendre malheureux, vous épuiser, vous énerver, vous conduire au burn-out si vous ne savez pas un minimum poser vos limites.

Les autres ne cherchent à pas utiliser vos ressources pour vous faire souffrir.

Simplement, si vous ne mettez pas de limites à ce que vous êtes en capacité de leur offrir sans vous pénaliser, sans vous manquer de respect, alors ils auront tendance à les utiliser à votre place.

Juste parce que c’est plus pratique et confortable.

Mais comment poser des limites face aux autres ?


Difficultés à poser vos limites, à dire « non »

Poser vos limites, c’est avant tout savoir dire « non ».

Dire « non » vient naturellement à certains, à d’autres non.

Cela peut être parce qu’enfant, on ne vous a pas donné l’opportunité de vous affirmer avec des « non ».

Ou parce que vous avez vu les adultes les plus proches de vous rarement dire « non » aux autres par exemple.

C’est le cas des personnes qui ont un grand désir de plaire aux autres, quittent à s’oublier.
Souvent parce qu’elles sont trop sensible au regard des autres.

Peut-être que vos parents sont comme ça.
Peut-être que vous êtes comme ça aussi.

Sachez que c’est généralement un signe d’estime de soi trop basse.

Quand votre estime n’est pas assez bonne, vous avez un besoin de reconnaissance supérieur aux autres.

Parce que vous-même, vous avez des difficultés à penser au fond de vous que vous êtes une personne qui mérite d’être appréciée.

Peut-être parce que vous pensez avoir trop de défauts, pas assez de qualité ou que vous jugez ne pas être assez intéressant.

Peut-être aussi que vous pensez être quelqu’un d’intéressant, quelqu’un de bien. Mais qu’on vous a tellement montré ou fait comprendre qu’il faut avant tout plaire aux autres que vous avez calqué ce comportement qui a réduit votre estime.

Quelle que soit la raison pour laquelle vous avez des difficultés à dire « non », cela n’est pas une fatalité.

Dire « non », cela s’apprend.

Ce n’est pas facile.

Cela ne se fait pas d’un claquement de doigts.

Mais c’est indispensable si vous ne voulez pas vous consumer à petit feu

Dire non : quelles sont vos limites ?

Vous posez vos limites quand vous dites « non » à bon escient.

Et vous vous affirmez par la même occasion.

Pour dire « non », la première chose à faire c’est de vous connaitre.

Vous ne pouvez pas dire aux autres « voilà où est ma limite » si vous ne la connaissez pas !

  • Quelles sont vos limites ?

Vos limites, c’est ce qui ne vous convient pas.

Quand elles sont franchies, vous ne vous respectez plus ou vous ne vous sentez plus respecté.

Et vous respecter est hyper-important.
Ce n’est pas pour rien qu’il s’agit d’une composante essentielle de l’estime de soi !

Pour vous respecter.

Pour poser vos limites.

Vous devez vous connaître.

Vous devez absolument vous pencher sur ces questions si vous n’avez pas de réponse, ou qu’une vague idée.

Surtout, vous devez bien faire attention à ne pas calquer vos réponses sur ce que « on » dit qu’il faut être, avoir, faire.

Parce que sinon vous allez partir dans une mauvaise direction.

Vous allez accorder vos précieuses ressources dans des choses qui en fait ne vous conviennent pas. Ne vous nourrissent pas.

Vous allez vous tromper de chemin.

Et rien ne changera en mieux dans votre vie.

Dire non : quand poser vos limites

Gardez à l’esprit ce que disait le philosophe stoïcien Sénèque :

Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va.

Pour pouvoir poser vos limites, vous devez un tant soit peu vous connaître.
Et savoir ce qui vous tient à cœur.
Vers quoi vous voulez tendre dans la vie.

Sinon vous allez resté ballotté par le flot de la vie comme une pauvre bouteille jetée à la mer.

Bien.

Maintenant que vous avez êtes au clair sur ce qui est important pour vous (valeurs, priorités, essentiel, direction…) : vous savez ce vers quoi vous devez tendre pour vous respecter.

Et vous allez vous en servir pour vous aider à poser vos limites.

En pratique, cela consiste à vous interroger régulièrement.

À vous demander :

Vous pouvez vous le demander pour chaque requête qu’on vous fait.

Quand on vous demande de l’aide, quand vous recevez une invitation, etc.

Et vous pouvez aussi appliquer cela à l’ensemble de votre emploi du temps.

Autrement dit, à quoi choisissez vous de dire « oui » et à quoi choisissez vous de dire « non » avec votre temps ? Avec vos précieuses ressources limitées ?

Est-ce que vous pensez les employer au mieux maintenant que vous êtes plus au clair sur ce qui est important pour vous ?

Ou est-ce que vous pourriez les utiliser d’une façon plus efficace pour mieux vous respecter ?

Vous avez la base pour poser vos limites face à l’autre… et face à vous-même.

Dire non : à qui et comment

Maintenant, vous devez savoir à qui vous dites « non ».

Cela va grandement vous aider pour :

  • Accepter les « non » des autres. Car si vous voulez que l’on accepte vos « non », vous allez vous aussi devoir accepter le « non » des autres.
  • Dire plus facilement « non » à l’autre

Souvent, on fait l’amalgame entre la personne et ce qu’elle demande.

Quand on dit « non » à quelqu’un en réalité, ce qu’on dit c’est « je décline ta proposition ».

On ne dit pas « je ne t’aime pas, je ne t’aime plus, je veux t’embêter, etc. »

Par exemple, quand on vous invite à une soirée entre amis : demandez-vous si vous allez vous respecter en acceptant ou en n’acceptant pas.

Si vous avez eu une rude semaine de boulot et que vous êtes naze, vous respecter sera sans doute de dire « non ».

Vous ne dites pas « non » à la personne qui vous invite et aux personnes qui seront à cette soirée.

Vous dites « non » à cette proposition de cette soirée de telle date et telle heure en particulier.

Et vous dites « oui » à vous-même.

Rappelez-vous bien que chaque « non » offre le potentiel de plusieurs oui, et qu’un « oui » implique plusieurs « non ».

Vous pouvez aussi dire un « non » accompagné d’un « oui » ce qui peut aider à faire passer la pilule.

Par exemple « Non désolé, j’ai eu une grosse semaine de boulot je suis complètement naze je dois me reposer. Par contre dans deux semaines, ce sera plus calme au travail, et si ça vous tente, on peut se prévoir une soirée ensemble ? »

Dire non : comment

Ce n’est pas parce que vous parvenez à dire « non » que l’autre va facilement l’accepter.

Vous devez donc être prêt à répéter, parfois plusieurs fois, que c’est « non ».

Exprimez au maximum votre « non » avec calme, fermeté et respect.

« Non désolée, je suis fatiguée, je dois me reposer et je ne pourrai donc pas venir ».

« Non vraiment, je ne viendrai pas, je dois prendre soin de moi là et je ne serai pas de bonne compagnie ».

« Je suis vraiment désolée de refuser, ça tombe mal, mais c’est vraiment non »

Surtout, pensez à bien utiliser le « Je » pour vous affirmer et évitez le « tu » qui tues comme le dit David Laroche.

Gardez à l’esprit que vous êtes la personne la plus importante de votre vie.

Après tout, vous passez 100% du temps avec vous-même.
Vous êtes le seul pilote aux commandes de votre existence.

Vous pouvez aussi prendre le temps de répondre si vous n’êtes pas tout à fait sûr.
Ou si vous avez affaire à une personne difficile.

Du style « je verrai », « je vais y réfléchir », « je vais voir si c’est possible », etc.

Gardez à l’esprit que vous n’avez pas à vous justifier.
Ni à vous excuser.

Lorsque vous donnez une explication à votre refus, c’est à double tranchant.

Soit l’autre accepte votre justification, et c’est tant mieux.

Soit il la refuse pour raison x ou y, parce que pour lui ce n’est pas important, etc.
Du coup, votre justification ne sert à rien et cela peut vous pousser à enchaîner les raisons pour lesquelles vous dites non… avec un résultat incertain.

Vous avez le droit de dire « non » sans vous justifier.

Dure non : responsabilités

Lorsque vous dites « non », vous prenez vos responsabilités : cela fait partie intégrante d’une bonne estime.

Au fond, les gens préfèrent que lorsqu’on leur dit « oui », ce soit un « oui » franc d’adhésion.

Plutôt qu’un « oui » contraint pour après se rétracter ou y aller à reculons, mieux vaut un « non » franc.

Prendre vos responsabilités vous permet de mieux gérer la réaction de l’autre.

Peu importe ce qu’elle est : vous n’en n’êtes pas responsable

Je répète : vous n’êtes pas responsable de la réaction de l’autre lorsque vous lui dites non, du moment que vous le faites de façon respectueuse pour vous et l’autre.

Respecter l’autre ne signifie pas dire amen à tout ce qu’il demande.

Dire « non » n’est pas irrespectueux.

C’est aussi faire à l’autre le cadeau de lui montrer qu’elle peut elle aussi dire « non ».
Qu’elle a elle aussi le droit de se respecter, de poser ses limites.

Si elle insiste, qu’elle s’énerve face à votre « non », c’est son problème.

Car chacun a le choix de sa propre réaction.
Vous et l’autre compris.

Encore une fois, ce n’est pas facile de dire « non ».

Mais vous pouvez apprendre à dire « non » de plus en plus facilement.
Avec de la persévérance, en agissant sur votre zone de confort.
C’est une habitude à prendre.

Devenir moins sensible au regard des autres vous aidera également à dire « non » plus facilement. C’est l’un des multiples bénéfices d’une meilleure estime.

Et vous, dans quelles situations éprouvez-vous des difficultés à dire non ? Avez-vous une technique pour dire plus facilement non à l’autre ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous

Poser vos limites est nécessaire pour ne pas vous laisser bouffer à petit feu. Mais dire « non » n’est pas si facile. Pourtant, cela s’apprend.
Vous devez pour cela être au clair sur vos limites. Et donc vous connaître pour pouvoir vous respecter : les limites servent à cela.
Vous devez prendre la responsabilité de votre « non » et garder à l’esprit que l’autre a le choix de sa réaction face à votre non. Devenir moins sensible au regard des autres et améliorer votre estime vous aidera à vous affirmer pour poser vos limites et pouvoir dire plus facilement « non » aux autres.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.