Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Arrêter de juger : 1 technique

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 7 minutes

Juger, on a l’impression de le faire très souvent. Et cela peut nous miner le moral, les relations et le bien-être. Mais il existe une technique qui peut vous aider en matière de jugement.

Juger

Arrêter de juger : 1 technique

Déjà, soyons clair.

Il est normal de juger en tant qu’être humain.

Pendant des dizaines de milliers d’années, c’est la capacité à juger de l’être humain qui lui a permit de survivre.

Il fallait juger rapidement si un bruit de brindille cassée pouvait signaler l’arrivée d’un prédateur. Si un individu faisait partie de la tribu, était un ami ou un ennemi.

Ne pas juger, juger trop tard ou se tromper dans son jugement pouvait signifier sa propre mort et celle de ses proches.

Alors oui, l’humain juge.

Pourtant, on dit et répète que « juger c’est pas bien ».

Mais à quoi fait-on référence ?

Au fait de critiquer souvent.

Et plus généralement de porter un regard et émettre des propos à connotation négative sur un objet, un évènement, une personne.

Autant c’est OK de juger que tel vêtement ne vous convient pas, que telle déco n’est pas à vôtre goût. Car sinon, vous en paierez le prix (vous ne vous sentirez pas bien dedans, pas mis en valeur, ça vous procurera des émotions négatives dès que vous le voyez, etc.).

Juger des évènements et personnes négativement peut vous causer des tas de soucis.

Des soucis relationnels bien sûr.

Mais aussi des maux personnels.
Comme des émotions et pensées négatives qui vous minent le moral et le bien-être car elles vous plongent dans un état désagréable.

Juger, c’est émettre un avis.

Là où le jugement pose problème, c’est lorsque cet avis négatif cause des souffrances, mal-être, méprises, chez soi et chez les autres.

Ne rien juger impliquerait de ne rien décider.
De ne pas être au clair si un truc convient ou pas.


Juger et réalité

Arrêter de juger n’est donc pas forcément ce que l’on recherche.

Ce que l’on recherche, c’est plutôt d’arrêter de juger à l’emporte-pièce.
De faire en sorte que le jugement que l’on porte soit le plus juste et approprié possible pour qu’il ne nous fasse pas du tort.

Qu’il ne nous cause pas de souffrances inutiles.

On peut ainsi tendre vers le 1er Accord Toltèque livré par Don Miguel Ruiz qui est « Que votre parole soit impeccable ».

C’est-à-dire, éviter les ragots et critiques, de parler pour ne rien dire.

Se débarrasser des propos contre soi-même ou les autres, réfléchir avant de parler, être sincère et voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, sans tomber dans le piège de la pensée positive.

Pour mieux juger, il faut apprendre à faire plus souvent la distinction entre ce que l’on imagine et la réalité.

S’en tenir aux faits plutôt qu’aux interprétations.

Car comme le dit si bien le philosophe stoïcien Épictète :

Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements qu’ils portent sur ces choses

Un jugement sur les choses va certainement vous venir à l’esprit.

Mais vous pouvez « ne pas en faire une affaire personnelle » et ne pas « faire de supposition » comme le soulignent les 2ème et 3ème Accords Toltèques.

Ainsi, ce n’est parce que vous vous êtes cogné le pied ce matin et que vous avez renversé un verre d’eau que vous êtes maudit et que vous allez passer une mauvaise journée.

Et une technique peut vous aider à arrêter de juger de la mauvaise façon.

C’est-à-dire, d’une manière qui a des répercussions négatives.

Arrêter de juger : 1 technique

La technique en question consiste à accepter que des jugements vont vous traverser l’esprit.

Parce que vous êtes humain et que c’est comme ça que notre cerveau est câblé depuis des dizaines de milliers d’années.

Et de reprogrammer votre cerveau a votre avantage pour juger lorsque c’est approprié et ne pas se laisser emporter par un jugement trop hâtif le reste du temps.

Il faut savoir que le cerveau fonctionne en 2 modes comme l’a mis en avant le prix Nobel Daniel Kahneman.

Dans son livre « Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée », il explique que notre cerveau a un mode Système 1 dans lequel il juge très rapidement. Et un mode Système 2 qui fait appel à la raison et juge plus lentement.

On fonctionne beaucoup plus souvent en Système 1, qui est le mode de la vitesse et de l’automatisme. Tout simplement parce qu’il est bien utile pour faire face à un danger potentiel. Et qu’il consomme moins d’énergie.

Le problème est que le Système 1 juge beaucoup trop rapidement en faisant des raccourcis et associations pas forcément des plus pertinents.
Et ça nous dessert régulièrement.

Par exemple, on connaît un alcoolique qui boit de la bière.
Et dès qu’on va voir une personne boire de la bière, le Système 1 de notre cerveau va nous envoyer le message « cette personne est alcoolique ».

Cela peut nous conduire à méjuger la personne, à avoir des a priori négatifs envers elle, à ne pas vouloir interagir avec elle alors que si ça se trouve, cette personne aurait pu devenir notre meilleur ami.

La technique pour arrêter de juger consiste donc à :

  • Repérer dès qu’un jugement négatif nous vient à l’esprit (ex : vous pensez que la personne est alcoolique car elle boit de la bière)
  • Amener à l’esprit le fait que c’est le Système 1 de votre cerveau qui parle et appeler à la rescousse le Système 2
  • Examiner les faits et s’en tenir uniquement aux faits (ex : la personne boit de la bière)
  • Se demander si le jugement négatif au vu des faits est vérifiable 100% du temps (ex : certaines personnes qui boivent de la bière sont alcooliques, mais il y a plein de personnes qui boivent de la bière et ne sont pas alcooliques)
  • Si le jugement négatif n’est pas vérifiable 100 % du temps, opter pour un jugement plus approprié (ex : cette personne boit de la bière, merci Système 1 de ton alerte, mais pour l’instant, sans plus de preuve, je prend le parti du fait qu’elle n’est pas alcoolique et que c’est sans doute une bonne personne)

Un jugement plus pertinent

Le but n’est donc pas d’arrêter tout jugement envers tout.

Mais de faire en sorte d’éduquer votre cerveau, de le reprogrammer pour que, petit à petit, il ne colle pas une étiquette négative directement sur quelque chose (ou quelqu’un) simplement parce que c’est la première impression que vous avez eu.

Pour développer le jugement le plus pertinent possible, celui qui vous aide le plus au quotidien.

Cela prend du temps et la persévérance est de mise comme toujours lorsqu’il s’agit de changer ses habitudes.

Mais vous verrez qu’au fur et à mesure, pour un évènement ou une façon de faire qui autrefois chez vous provoquait une critique, vous aurez à la place un jugement neutre, c’est-à-dire une simple prise en compte des faits.

Petit à petit aussi, vous verrez que vous appliquerez plus facilement et rapidement la technique.

Il est certain que cela sera plus facile dans certains domaines que dans d’autres.

Plus simple si vous êtes tout seul que si vous êtes en pleine discussion en groupe où il peut être plus délicat de se recentrer et de ne pas se laisser emporter par les jugements des autres.

D’ailleurs, la technique s’applique évidemment aussi à ce que peuvent dire les autres.

Si par exemple Trucmuche vous dit que Tartampion, que vous ne connaissez pas, n’en a rien à fiche des autres parce qu’il n’est pas venu au rendez-vous.

Les fait sont simplement que Tartampion n’est pas venu.
Et vous n’avez pas d’autres preuves directes car vous n’avez jamais rencontré Tartampion.

Alors au lieu d’aller répéter ce que Trucmuche vous a dit, en disant à machin et michu que Tartampion n’en n’a rien à faire des autres, vous pouvez vous garder de tout jugement à son égard.

Vous pouvez garder à l’esprit ce que vous avez entendu sur son compte, et prendre malgré tout le parti de vous forger une opinion par vous-même lorsque vous aurez rencontré Tartampion, que vous aurez eu affaire à lui.

Rappelez-vous en tous les cas que vous êtes le résultat de vos choix, et que vous avez le choix de votre réaction et du jugement que vous portez (ou non).

Et vous, avez-vous tendance à juger ? Dans quelles situations allez-vous appliquer la technique ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous 🙂

Le jugement et la critique empoisonnent. Mais il est illusoire de vouloir stopper tout jugement, ce qui pourrait même être nuisible.
Vous pouvez en revanche faire de votre mieux pour développer un jugement le plus pertinent et approprié possible en fonction de la situation pour réduire considérablement les émotions et pensées négatives qui découlent des jugements et autres critiques négatives. Vous pouvez pour cela appliquer 1 technique qui consiste à ramener à la conscience le jugement négatif et à l’explorer avant d’aller plus loin, en vous tenant au maximum aux faits pour ne pas vous laisser embarquer par la négativité.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

🡱
Fermer le menu