Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Comment changer les autres

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 10 minutes

Les autres peuvent représenter une source de stress et de problèmes. D’où l’envie qu’ils se comportent différemment. Mais comment faire pour changer les autres ?

L’enfer, c’est les autres…

Comment changer les autres

L’humain, animal social, se distingue des autres animaux par le fait qu’il est capable de s’entendre avec un nombre d’individus très important, même avec des gens qu’il ne connaît pas.

Pourtant, le domaine des relations avec les autres est l’un de ceux qui représentent le plus de challenges pour un maximum de gens.

Déjà parce que si on apprend à communiquer par le langage, y compris dans la même langue, on n’emploie pas nécessairement les mêmes mots, les mêmes formulations.

On a nos petites préférences et notre vocabulaire est plus ou moins riche.

C’est d’autant plus cause d’incompréhension entre individu que pour un même mot, un même concept, chacun peut accoler diverses choses dessus.

Je prends à ce sujet souvent l’exemple du respect.

Pour vous être respecté, cela ne va pas forcément passer par les mêmes choses que votre voisin.

Pour le fait d’être aimé idem.

En plus, nous sommes tous différents de par notre ADN et nos multiples paramètres de vie (expériences, croyances, etc.).

De ce fait, on n’a pas tous les mêmes gouts et envies, on n’a pas tous la même vision des choses.

D’où là aussi les nombreuses incompréhensions et malheureusement conflits qui peuvent en découler.

Le stress est qualifié de maladie du 21ème siècle, et les autres ne sont pas étranger à ce stress.

Que ce soit le supérieur hiérarchique tyrannique, nos enfants, notre conjoint, nos amis, notre famille, le vendeur, le professionnel auquel on fait appel, etc.

Bref, pour beaucoup comme le disait Jean-Paul Sartre :

L’enfer, c’est les autres

Du coup, en réaction, on veut changer les autres.

Pour s’entendre mieux avec eux.

Pour qu’ils nous comprennent.

Pour qu’ils arrêtent de nous causer des ennuis, de nous faire souffrir…


Changer les autres

On en vient à se dire que ce serait tellement mieux si les autres pouvaient changer.

S’ils pouvaient être plus tolérants, plus attentionnés, plus à l’écoute, plus organisés, plus à l’heure, plus sympathiques, etc. Mais aussi moins bornés, moins susceptibles, moins énervants, moins ennuyeux, moins feignants, etc.

On trouve tout un tas de problèmes, de manquements, de défauts aux autres.

Et on se dit que s’ils voulaient bien s’en donner la peine, avec un peu d’efforts, ils pourraient changer.

Changer pour être enfin moins bordélique, plus compréhensif….

Changer pour être plus en phase avec nous.

Du coup, on cherche à changer les autres.

Souvent « pour leur bien ».

Alors, même sans sollicitation de leur part, on peut leur dire :

« Tu devrais faire ceci »

« Tu devrais éviter de faire ça »

« Vaudrait mieux que tu ne manges pas ceci »

« T’aurais l’air mieux si tu portais ça »

Etc.

On remarque un manquement chez l’autre, un défaut.

Et on le lui fait remarquer.

Souvent parce qu’on tient à la personne, qu’on veut être utile.

Souvent aussi parce que ce serait mieux pour nous si ce changement était effectué.

La réaction de l’autre n’est alors pas forcément celle qu’on espérait.

Et le résultat recherché encore moins.

Autant on peut avoir une certaine prise sur les enfants dont l’on est l’éducateur.
Car c’est notre rôle de leur inculquer des tas de trucs de la vie, de la connaissance, du comportement.

Autant avec les adolescents ou adultes… C’est bien plus compliqué.

Pourtant, on part du même principe que l’éducateur : on veut aider l’autre à s’améliorer.

À changer pour le mieux.

Mais comment réellement changer les autres ?

Changer les autres : accepter

Eh bien déjà, demandez-vous si vous-même vous appréciez cela quand vous constatez que les autres veulent vous changer.

Quand vous voyez que les autres ne vous acceptent pas pour qui vous êtes.

Est-ce que ça vous fait plaisir ?

Est-ce que ça vous pousse à changer ?

Souvent non.

À moins bien sûr que votre estime soit au ras-des-pâquerettes.

Dans ce cas, vous avez tendance à vouloir satisfaire les autres, à leur plaire.

Vous vous dénaturez.

Vous vous forcez à être quelqu’un que vous n’êtes pas, à vous éloigner de vous-même.

Et cela a pour conséquence que vous vous sentez mal dans votre peau.

Toujours est-il que bonne estime ou non, on n’aime généralement pas que les autres souhaitent nous changer.
Souhaitent que l’on soit différent de qui l’on est.

Et souvent, on va même à l’encontre du changement que les autres souhaitent nous voir adopter.

Ça vous parle ?

Dites-vous bien que la majorité des gens n’aiment pas être changé.

On veut changer, mais on veut le décider par nous-même.

On veut tendre vers le changement que l’on souhaite.
Pas celui que les autres veulent nous voir adopter.
Surtout lorsqu’ils insistent.

Pourquoi les autres penseraient et agiraient différemment ?

Donc changer les autres, c’est avant tout accepter qu’on ne peut les changer directement.

Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que dès vous demandez aux autres de changer, ils s’exécutent.

Cela peut arriver oui.
Mais pour la plupart, cela ne marche pas.

Le changement doit venir de chacun.

Si vous n’avez pas envie de changer, vous ne changerez pas.

Si les autres n’ont pas envie de changer, ils ne changeront pas.

Et plus vous insistez pour que les autres changent, plus vous avez de chance de vous sentir mal, d’être frustré et de voir les autres freiner des quatre fers.

Comment changer les autres : exemple

Donc vous ne pouvez pas changer directement les autres.

Ce n’est ni facile ni évident à accepter.

Mais c’est essentiel si vous ne souhaitez pas rester à pester contre les autres, à vouloir qu’ils changent à tout prix.

Et si vous ne pouvez pas changer les autres directement, vous pouvez toujours faire de votre mieux pour les influencer.

Pas au sens négatif du terme.

Mais au sens positif.

Pour inciter les autres à changer, vous pouvez en premier lieu montrer l’exemple.

Si vous voulez qu’une personne adopte un comportement différent, montrez l’exemple.

Demandez-vous si vous-même vous adoptez dans la vie de tous les jours le comportement que vous souhaitez que l’autre change.

Si vous souhaitez que les autres soient plus aimables avec vous, soyez aimables à votre tour. Avec tout le monde.

Si vous souhaitez que votre conjoint prenne plus soin de lui, prenez soin de vous-même.

Vous voulez que les autres vous respectent plus ?

Respectez-les vous-même.

Et respectez-vous !

Vous devez montrer l’exemple de ce que vous attendez de la part de l’autre.

Cela ne veut pas dire qu’il sera en mesure de suivre la voie que vous lui montrez.

Mais c’est l’une des meilleures façons de faire.

Combien de parents s’exaspèrent du comportement de leurs enfants alors qu’en réalité, ces parents adoptent le comportement même qu’ils reprochent à leurs enfants ?

Les enfants apprennent plus par mimétisme que par ordres et injonctions.
Ils apprennent par l’exemple.

Si vous leur demandez de ranger leur chambre mais que c’est le bordel dans le reste de la maison, ce n’est pas étonnant qu’ils rechignent à vous écouter.

Montrez l’exemple du changement que vous souhaitez impulser chez l’autre.

Peut-être que vous vous rendez compte que vous attendez des autres un changement que vous n’avez pas réalisé vous-même.

Vous déciderez alors peut-être de changer vous-même pour montrer la voie du changement à l’autre.

Comment changer les autres : communiquer

Pour changer les autres, vous pouvez leur communiquer que vous aimeriez beaucoup qu’ils changent.

Vous devez réaliser cette demande de façon la plus claire et respectueuse possible.

En mettant en avant le fait que si quelqu’un a un problème dans l’histoire, ce n’est pas l’autre. C’est vous.

Comme on dit en communication :

C’est le « tu » qui tues

Quand vous employez le « tu » associé à un reproche, vous avez de fortes chances de tuer la communication.

Employez le « tu » pour demander de l’aide à l’autre et le « je » pour les reproches.

Mettons que votre conjoint laisses tout traîner dans votre appartement et que vous le bazar ça vous horripile.

Vous pouvez lui dire par exemple :

« écoutes, moi j’ai un souci avec l’ordre. J’aime que les choses soient rangées, à leur place. Dès que ce n’est pas le cas, que les choses traînent par terre par exemple, je ne me sens pas bien, stressé.
C’est comme si ça encombrait aussi mon esprit. Je sais que c’est un problème que j’ai.
Et du coup, je voulais savoir si tu serais d’accord pour remettre les choses à leur place quand tu as fini de les utiliser.
Parce que ça me permettrait de me sentir mieux.
Est-ce que tu penses que tu pourrais essayer ?
»

Vous pouvez aussi évidemment vous aider de la Communication Non Violente (on aborde d’ailleurs ce sujet dans la formation avancée pour booster l’estime de soi).

N’attendez pas que les autres devinent vos attentes.

On a beaucoup trop tendance à faire ça, ce qui brouille souvent les relations.

Tout ça parce qu’on se dit « roh mais il/elle devrait le savoir sans que j’ai à lui dire quand même ! ».

Mais personne n’est omniscient.

Ce n’est pas parce que l’autre vous connaît bien qu’il doit deviner tout ce qui vous plaît et ne vous plaît pas.

Même dans ce cas, ce n’est pas pour autant que cela lui convient à lui.

Et ce n’est pas parce que vous avez dit une ou deux fois un truc que l’autre l’a forcément enregistré et qu’il est en mesure de l’appliquer systématiquement de façon automatique.

Prendre une nouvelle habitude ça ne se fait généralement pas comme ça d’un coup de baguette magique.

Encore moins lorsque c’est l’autre qui nous demande d’adopter une nouvelle habitude et que cela ne vient pas directement de nous.

Comment changer les autres : les 3 choix

La problématique de comment changer les autres passe aussi par des voies détournées.

Vous pouvez vous appuyer sur les 3 choix sains de Don Joseph Goewey.

C’est à dire que vous pouvez :

  • Accepter : accepter les autres comme ils sont. Vous pouvez ne pas être forcément ravi de certains de leurs comportements, mais les accepter tels qu’ils sont. Vous pouvez pour vous aider améliorer votre estime
  • Modifier : vous pouvez modifier votre approche avec eux. Communiquer clairement sur vos ressentis et attentes. Voir comment vous, vous pourriez mieux répondre à leurs attentes. Les respecter plus. Montrer l’exemple
  • Quitter : vous pouvez tirer un trait sur la relation. Vous détacher un minimum des autres si vous ne pouvez plus les supporter

Avant d’en arriver à tirer un trait, vous pouvez déjà tester tout ce qu’on a vu précédemment.

Mais parfois, les autres nous font du mal, nous heurtent.

Ce ne sont pas forcément des mauvaises personnes en soit.

Mais leur comportement est néfaste pour nous.

Comme le dit si bien Joshua Fields Millburn :

Vous ne pouvez pas changer les gens de votre entourage, mais vous pouvez changer les gens de votre entourage

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Que vous ne pouvez pas changer les autres directement.

Mais que vous pouvez choisir les personnes qui vous entourent.

Vous pouvez changer d’entourage.

Et donc changer les gens qui composent votre entourage.

En vous détachant de certains.
En vous rapprochant d’autres.

Vous n’avez pas à tout supporter.
Même de votre famille.

Vous pouvez faire de votre mieux pour montrer l’exemple, communiquer vos problématiques, respecter les autres et leur demander de l’aide.

Mais vous ne pouvez pas forcer le changement chez eux.

C’est à eux et eux seuls de faire ce pas s’ils le décident.

Cela ne veut pas dire que vous ne devez plus jamais voir certaines personnes.

Parfois c’est nécessaire, mais dans la grande majorité des cas, ce n’est pas impératif.

Comme le dit Rachel Jonat dans son livre « Do Less » :

Vous pouvez être amical avec tout le monde, mais vous ne pouvez pas être ami avec tout le monde

Rien ne vous empêche d’être amical, d’être cordial, d’être respectueux.

Mais respecter les autres, c’est les accepter comme ils sont.

Vous pouvez les influencer par votre comportement, leur exprimer vos ressentis et attentes vis-à-vis de leur façon d’être et de faire.

Mais vous devez aussi avant tout vous respecter.

Et parfois, cela peut passer par s’éloigner de certaines personnes.

Car respecter les autres et accepter qu’ils sont comme ils sont, cela ne veut pas dire tout supporter.

Qu’en pensez-vous ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous 🙂

Vouloir changer les autres est logique, surtout lorsque leur comportement nous cause du tord.
Pourtant, même si ce n’est pas facile de l’admettre, on ne peut changer directement les autres.
On peut en revanche montrer l’exemple et mieux communiquer sur nos ressentis et attentes vis-à-vis d’eux.
On peut les respecter et les accepter pour qui ils sont, avec leurs qualités et leurs défauts.
Et lorsque la relation aux autres devient trop pénible, si on a fait de notre mieux pour l’améliorer, alors on peut choisir de s’éloigner de ces autres. Et nous entourer de personnes qui nous correspondent plus.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Un Commentaire


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.