Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Être positif, est-ce facile ? Doit-on chercher à le devenir ?

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 6 minutes

Être positif, est-ce facile ? Peut-on devenir plus positif, surtout si l’on a tendance à être négatif, pessimiste ? Et est-ce souhaitable ?

Être positif

Être positif, est-ce facile ? Doit-on chercher à le devenir ?

Être positif fait envie.

Car dans cet état d’esprit, on voit la vie du bon côté.

On envisage les choses sous un angle qui permet de voir le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide.

Être positif a l’avantage d’entraîner moins d’émotions et pensées négatives.

Lorsque l’on est positif en général, on est mieux perçu de la majorité.

Car souvent, la positivité implique la bonne humeur et l’expression d’émotions et pensées positives que l’on aime beaucoup plus côtoyer que leur pendant négatif.

Être positif est souvent associé au fait d’être optimiste.
Ce qui fait que l’on a moins peur du futur par exemple.

On entend souvent des encouragements à la pensée positive, alors qu’elle n’est pas forcément votre amie.

Et on vit donc de plus en plus sous l’injonction d’être positif.

Mais est-ce possible lorsque l’on a tendance à être négatif, pessimiste ?

Est-ce même souhaitable ?


Être négatif

L’humain a tendance à être négatif.

Il faut dire que chaque jour, nous sommes confronté à des dizaines de milliers de pensées négatives envoyées par notre cerveau, bien plus importantes en nombre que les pensées positives.

Être négatif a toutefois des impacts nuisibles importants.

Car c’est voir le verre à moitié vide, le mauvais côté des choses, le (petit) truc qui cloche.

Si cela peut aider dans certains domaines et s’avérer une aide précieuse, au jour le jour focaliser sur ce qui ne va pas, ce qui ce qui n’est « pas bien », sur les soucis, problèmes et tout ce qui n’est pas parfait pèse sur le psychisme et le physique.

Cela provoque des émotions négatives en cascade généralement, comme la peur, la colère, le stress ou l’anxiété.

Résultat, on est loin d’expérimenter le bien-être (ou alors trop rarement), on a des difficultés à s’accepter tellement on se trouve de défauts et peut avoir l’impression que rien de ce que l’on fait fonctionne (ou si peu).

Mais le fait est qu’en réalité, même si cela nous dessert, même si c’est un état néfaste pour nous, être négatif est plus facile qu’être positif.

Pourquoi ?

Parce que cela demande moins d’efforts !

Il suffit juste d’écouter, de prêter attention à nos dizaines de milliers de pensées négatives, de leur accorder du crédit, de les transformer en croyances.

Être négatif a aussi tendance à soigner le gros ego (l’ego mal placé), favorisant le jugement et la critique qui sont d’autant plus faciles lorsque soi-même on ne fait rien pour entreprendre, changer, s’améliorer.

Chercher à être positif ou bien… ?

On comprend bien pourquoi être négatif recèle des tas d’inconvénients.

Pour autant, faut-il devenir positif ?

Voir la vie en rose, uniquement le bon côté des choses ?

Gare en effet à ne pas tomber dans les travers de la pensée positive.

En fait, être positif et être négatif représentent 2 extrêmes.

Comme si l’un niait l’autre.
Comme s’il ne pouvait y avoir que du positif ou que du négatif.

Mais le monde n’est pas ainsi, il est dualité.

Plutôt que de chercher à être positif, pourquoi ne pas rechercher le juste milieu ?

Être positif et être négatif sont comme les 2 faces d’une même pièce.

Il s’agirait de plutôt se positionner sur la tranche, pour prendre en compte que le positif et le négatif existent tous deux dans la vie.

Comme l’ombre et la lumière.

Il s’agit d’éviter les écueils du tout positif ou du tout négatif, qui est de voir tout blanc ou tout noir.

Alors plutôt que de chercher à être positif, demandez-vous s’il ne serait pas plus juste de chercher l’équilibre.

Ce qui correspondrait au niveau des émotions à l’équanimité, c’est à dire l’égale humeur, la sérénité.

Au lieu de voir tout en positif et de nier le négatif, cherchez à être plus juste, plus approprié.

Ce qui passe nécessairement par un changement d’état d’esprit.

Approprié

L’équilibre se manifeste par le fait d’avoir une attitude, un mindset, un état d’esprit approprié.

C’est-à-dire qui prend en compte le positif et le négatif, en ne niant ni l’un ni l’autre et cela pour être le plus juste possible.

En somme rechercher une certaine forme d’objectivité.

Ce qui revient à mettre en avant les faits avant toute chose.

Et nous amène à la philosophie stoïcienne qui met en évidence le fait que ce ne sont pas tant les choses et évènements qui nous cause du tracas, mais l’opinion que l’on a sur eux, le jugement que l’on appose dessus.

Donc si vous avez tendance à être négatif, vous pouvez déjà au maximum :

Mais parfois, il n’en reste pas moins que face à certaines situations, on éprouve des difficultés.

Surtout lorsque l’on pense au futur, à ce qui pourrait arriver.

Car on ne connaît pas encore le futur, alors comment s’en tenir à des faits qui n’existent pas encore ?

À ce moment-là, on peut se poser 2 questions :

  • En général, est-ce que les choses que j’ai imaginé à propos du futur et qui en attendant que ce futur advienne ont provoqué chez moi des émotions/pensées négatives, se sont finalement réalisées ?
  • Est-ce qu’en général, cela ne s’est pas mieux passé que ce que j’avais imaginé ?

La plupart du temps, la réponse est : « non » puis « si ».

Ensuite, demandez-vous à propos de la situation future que vous imaginez qui provoque en vous des émotions et pensées/négatives :

  • Par rapport à cette situation, quelle est la pire chose qui pourrait arriver, d’après les éléments factuels que j’ai actuellement en ma connaissance ?
  • Si cela se produit, quelle solution pourrai-je y apporter ? Comment je pourrai m’en dépêtrer ? Qu’est-ce que je pourrai faire pour mettre toutes les chances de mon côté ?

Et agissez en fonction.

Vous verrez que ce qui nous cause le plus d’émotions et pensées négatives, c’est l’inconnu, l’incertitude.

Mais si vous avez ne serait-ce que la fine ébauche d’un plan, voire d’une petite idée, pour savoir comment réagir si le pire advenait, comment vous y préparer au mieux…

Alors cela fera baisser la tension et vous vous sentirez mieux.

Et vous, avez-vous envie d’être positif ? De rester négatif ? Ou bien d’adopter une attitude plus juste, plus appropriée ? Partagez dans les commentaires ci-dessous 🙂

Être positif est presque devenu une injonction tellement on en entend parler. Pourtant, ce n’est pas si facile. Certes, être négatif a de nombreuses répercussions néfastes sur le quotidien. Pour autant, doit-on chercher le contraire, c’est à dire à être positif ?
En réalité, le monde est dualité, le positif existe tout autant que le négatif. Il est donc plus intéressant de chercher la justesse, c’est à dire d’être approprié.
Pour cela, il faut se concentrer sur les faits avant tout, dénués un maximum de tout jugement.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

🡱
Fermer le menu