Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Que faire quand ce qu’on fait ne fonctionne pas ? (nos actions ne donnent rien)

Catégorie(s) : Attitude
Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 12 minutes

Parfois, on peut se retrouver comme bloqué parce qu’on se rend compte que ce que l’on met en place ne fonctionne pas et on peut être découragé de voir que rien ne s’améliore.
Que faire alors ?

Aucune amélioration en vue

Que faire quand ça ne fonctionne pas ?

Il arrive dans la vie qu’on se rende compte que l’on est comme dans une impasse.

Bloqué dans une situation qui ne nous satisfait pas.

On aimerait que ça s’arrange.

Que ça aille mieux.

Mais rien ne change (ou alors en pire).

Et alors, on peut désespérer parce qu’on ne voit pas le bout du tunnel.

On ne sait pas comment faire pour s’en sortir.

Et quand ce blocage touche pas une mais plusieurs sphères de notre vie, on peut vraiment tomber dans le découragement.

Se sentir impuissant.

Comme si on n’avait aucune maitrise quelconque sur notre vie, et qu’on pouvait seulement souhaiter que ça s’arrange.

Alors, on se dit que tout ce que l’on peut faire, c’est espérer, croiser les doigts pour qu’enfin une éclaircie pointe son nez dans notre vie.

Sauf que si espérer, ça peut grandement aider dans certains cas, il nous fait éviter de tomber dans l’espoir pervers qui a le chic pour bousiller notre estime et notre confiance en nous.


Prendre ses responsabilités

À ce moment-là, on a 2 choix :

  • Soit on continue comme ça à espérer en croisant les doigts pour que notre situation s’améliore comme par magie, car peut-être que la chance tournera, qui sait ?
  • Soit on se décide à prendre notre vie en main

Ce 2ème choix est plus inconfortable : il s’agit de prendre nos responsabilités.

Ça veut dire quoi ?

Qu’on ne va plus attendre sans rien faire en espérant que notre situation s’arrange toute seule.

Mais qu’on va poser des pierres pour se reconstruire, d’améliorer notre vie.

Le problème c’est que prendre ses responsabilités, ça peut faire peur.

Parce qu’au fond de nous, on croit que si désormais on prend notre vie en main, qu’on se positionne en tant qu’être responsable de notre vie, alors tout est de notre ressort.
Le passé, comme le présent, comme le futur.

Et il peut être extrêmement challengeant de se dire (et de réaliser) qu’on a toujours été responsable de notre vie.

Car cela voudrait dire que si on en est là, dans une situation qui ne nous convient pas, qui nous décourage, c’est entièrement de notre faute.

Mais c’est faux !

Dans son livre « The Subtle Art of Not Giving a F*cuk » (« L’art subtil de s’en foutre: Un guide à contre-courant pour être soi-même » en français), Mark Manson met bien ça en évidence.

En gros il dit qu’il y a des problèmes dans notre vie pour lesquels nous ne sommes pas fautif, et que pour autant, nous en sommes responsables.

Vous pouvez trouver des tas d’exemples dans la vie pour lesquels vous êtes responsables et non fautif. Pensez au rôle des parents vis-à-vis de leurs enfants par exemple.

Là c’est pareil, vous êtes le pilote de votre vie, vous en êtes responsable.
Une voiture vous fonce dedans, vous êtes amoché.
Vous n’êtes pas fautif. Mais vous êtes toujours responsable de votre vie.

En tous les cas, comme l’écrit Mark Manson (et c’est loin d’être le seul !), nous sommes toujours responsables de la façon dont nous voyons les choses.

Faire un choix

Et là, dans le moment présent, nous sommes responsables des choix que nous faisons. Chaque jour.

Autrement dit, nous avons le choix et la capacité de faire du mieux que nous pouvons (4ème Accord Toltèque).

De choisir de ne rien faire, ne rien changer, et continuer à nous lamenter sur notre sort.

Ou bien de choisir de prendre la responsabilité de notre vie.

C’est-à-dire que malgré tout ce qu’on a pu endurer, même si ce n’était pas de notre faute, maintenant, on a le choix de retourner la situation à notre avantage.

De faire de notre mieux pour nous en sortir.

D’agir.

Oui cela peut être compliqué.

Inconfortable.

Personne n’a dit que c’était facile.

Mais prendre la responsabilité de notre vie est l’unique façon d’avancer qui nous permet de rester à flot, de ne pas nous effondrer et ne pas plonger notre estime dans le gouffre.

Si je vous dis ça, c’est parce que je l’ai expérimenté.

J’entendais dire qu’il faut « prendre ses responsabilités » et moi je me disais OK pour certains trucs mais pas pour d’autres, parce que je considérais que ce n’était pas ma faute, que je n’y étais pour rien.

Et j’ai mis un moment à capter que c’était pas ça le problème.

Le problème n’est pas qui est en faute.

Le problème est que vous êtes la seule personne qui puissiez vivre votre vie.
Et vous ne pouvez pas vivre la vie d’une autre personne.

En plus de cela, vous êtes la personne la plus importante de votre vie parce que vous passez tout votre temps avec vous-même.

Vous êtes responsable de votre vie.

Ce qui, encore une fois, ne veut pas dire que vous êtes coupable de tout ce qui vous arrive dans la vie.

Quel choix faites-vous ?

Celui de continuer d’attendre que ça s’améliore, qu’un prince(sse) charmant(e) vienne vous sauver ?

Ou celui de prendre la responsabilité de votre vie ?

Agir

Quand on opte pour la 2ème solution, celle de prendre la responsabilité de notre vie, on peut éprouver un certain vertige.

Se dire qu’on a un gros poids sur nos épaules.

Alors qu’en fait, ce poids il a toujours été là, comme un boulet invisible qu’on trainait avec nous.

Un boulet qui nous empêchait de mettre certains trucs en place dans notre vie pour l’améliorer parce qu’on était parti du principe qu’on n’était pas responsable de notre vie, qu’on n’avait simplement pas de chance et que tout ce qu’on pouvait faire, c’est espérer que ça s’améliore.

Du moment que l’on prend la responsabilité de notre vie, on se donne l’autorisation d’agir sur tous ses aspects.

Ça ne veut pas dire qu’on va forcément tout bouleverser d’un coup non plus hein.

Mais on se donne cette possibilité, ce choix, cette option.

Et ça peut changer beaucoup de choses dans la façon dont on voit la vie.

Donc, quand une situation ne nous convient pas dans notre vie, qu’il n’y a pas d’amélioration en vue, on peut faire le choix d’agir.

De poser des actes pour tenter, nous-même, d’améliorer les choses.
Au lieu de ne faire qu’espérer.

Oui mais…ça ne fonctionne pas !

Alors là, j’entends déjà certains me dire : « oui OK mais moi justement je mets en place des trucs dans ma vie pour qu’elle s’améliore et rien ne s’arrange ! »

Ce n’est pas parce qu’on prend nos responsabilités et qu’on met en place des choses pour que notre vie change en mieux que l’on obtient les résultats escomptés.

C’est un fait.

Et c’est un problème auquel nous sommes tous plus ou moins régulièrement confrontés.

On prend notre vie en main, on fait des trucs pour améliorer notre situation et… rien.

Pas un poil d’éclaircie à l’horizon.
Que dalle.

On a l’impression de s’échiner pour du vent.

Mais souvent, c’est qu’on se retrouve dans l’une ou l’autre de ces situations :

  • On n’adopte pas les bonnes stratégies pour parvenir à notre objectif, à l’amélioration que l’on souhaite obtenir
  • On ne donne pas assez de temps à ce que l’on met en place pour que les effets bénéfiques se manifestent concrètement

Stratégies

Parfois donc, il peut arriver que tout ce que l’on met en place ne fonctionne pas.

C’est-à-dire que dans notre vision des choses, on n’obtient pas le résultat espéré.
En l’occurrence : que notre vie s’améliore sur un point en particulier.

Mais peut-être est-ce parce que l’on n’adopte pas la bonne stratégie.

À ce moment-là, on peut rencontrer plusieurs cas :

  • Les actions que l’on entreprend pour parvenir à notre but ne sont pas du tout adaptées.

    Par exemple, on veut perdre du poids alors on achète des sachets à mélanger avec de l’eau et à avaler, et on continue de s’empiffrer comme avant, alors que les sachets sont censés faire office de substitut de repas. Donc c’est comme si on mangeait 2 fois plus ! (exemple véridique)

  • Les actions que l’on entreprend pour parvenir à notre but ne sont pas les plus pertinentes, les plus efficaces.

    Par exemple, peut-être qu’on veut avoir plus d’argent, être plus serein financièrement, et ce qu’on a mis en place, c’est de jouer au loto. Alors, oui, cela peut fonctionner, mais ce n’est pas forcément le meilleur des moyens, le plus pertinent, celui qui a le plus de chance de porter ses fruits.

  • Les trucs qu’on a mis en place gagneraient à être cumulés avec d’autres actions.

    Par exemple, pour être en meilleure forme, perdre du poids, il vaut mieux combiner le fait de faire de l’exercice physique avec le fait de manger plus sainement plutôt que de faire seulement l’un ou l’autre.

  • Les actions que l’on mène ne vont pas assez loin.

    Par exemple, pour reprendre le cas précédent d’être en meilleure forme, on va marcher 5 minutes par jour. C’est mieux que rien, mais sans doute pas suffisant pour voir des résultats bénéfiques notables dans notre vie

Donc si vous avez mis des trucs en place dans votre vie pour qu’elle s’améliore sur un plan ou un autre, demandez-vous s’ils sont (les plus) adaptés, s’ils vont assez loin et s’ils ne gagneraient pas à être cumulés.

Et ajustez en conséquence.

La perception du temps

Autre problème qui donne l’impression que ce que l’on met en place ne fonctionne pas : la perception du temps.

Je sais plus qui disait un truc du genre : on a tendance à surestimer ce que l’on peut faire à court terme, et à sous-estimer ce que l’on peut accomplir à long terme.

En gros, on s’imagine souvent qu’on parviendra rapidement à de gros résultats à court terme (et souvent on se plante, on a les yeux plus gros que le ventre), mais on n’a pas idée du potentiel d’accomplissement que l’on peut atteindre sur longue durée.

Donc il est fréquent de penser que ce que l’on met en place pour améliorer notre vie ne fonctionne pas.

Alors qu’en fait, le problème, ce n’est souvent pas que cela ne fonctionne pas.

Le problème, c’est que l’on ne laisse pas assez de temps à ce que l’on a mis en place pour produire ses effets bénéfiques.

Ça arrive fréquemment à des personnes qui souhaitent perdre du poids ou prendre du muscle de se décourager parce que ce qu’elles font « ne fonctionne pas » alors que si, mais c’est simplement qu’elles ne voient pas encore les effets.

Selon nos paramètres de vie, cela peut mettre plusieurs semaines à plusieurs mois, voire années, avant que l’on perçoive les effets positifs de ce que l’on a mis en place.

Et bien évidemment, le fait que l’on évolue dans une société du toujours plus, toujours vite, n’aide clairement pas ! Car on nous habitue, on nous conditionne à l’immédiateté.

Du coup, pour plein de trucs qui prennent normalement du temps, on abandonne trop tôt parce qu’on en a marre, ça prend trop de temps, on veut des effets rapides.

Les effets positifs de ce que l’on met en place, que l’on finit par percevoir au bout d’un moment, ne sont que la partie visible de l’iceberg. Ce n’est pas parce que vous voyez pas un truc qu’il n’est pas là. Simplement, il est trop petit, trop tôt pour que vous puissiez le percevoir.

Plus le différentiel entre votre situation actuelle et le résultat que vous souhaitez est grand, plus cela a tendance à prendre du temps.

Par exemple, si votre objectif est d’augmenter votre estime personnelle pour vous sentir mieux dans votre peau, plus confiant, serein et apte à affronter le regard des autres, ça ne se fait pas en quelques jours ! Et c’est normal.

Gardez donc à l’esprit que si ce que vous mettez en place « ne fonctionne pas », cela ne veut pas dire forcément que vous faites les mauvaises choses et qu’il faut laisser tomber, mais peut-être qu’il faut plus de temps pour en percevoir les effets positifs.

Comparaison

À ce sujet, il est important de ne pas tomber dans le piège de la comparaison.

Car la comparaison nous enferme dans des carcans et peut nous faire croire qu’on est inadapté.

Incapable.

Quel est le rapport avec ce dont on parle depuis le début de cet article ?

Tout simplement le fait qu’on a tendance à croire que si pour Bidule ça fonctionne pas, alors ça ne fonctionnera pas pour nous. Ou alors, si pour Bidule ça a pris X temps pour avoir un résultat positif, alors on pense que ce sera pareil pour nous.

Mais on est tous différents.
Uniques.
Avec nos propres paramètres de vie, nos challenges.

Oui, ça peut être frustrant de voir que certains obtiennent des résultats plus rapidement que nous.

Mais ce n’est pas une raison pour abandonner, se décourager ou se dire que pour nous ça ne fonctionne pas (ça peut nous prendre plus de temps par exemple).

Si l’on reprend l’exemple de gagner en muscles, certains ont un physique et une biologie qui font qu’ils parviennent à développer du muscle plus facilement et rapidement que d’autres. Cela ne veut pas dire que ces derniers n’y arriveront pas. Simplement, cela demandera plus d’engagement de leur part.

C’est injuste ?
Oui.
Et alors ?

Ça change quoi dans votre vie que pour l’autre ce soit plus facile ?
Souvent, rien.
Simplement, si vous vous focalisez sur « la chance » de l’autre, vous risquez fort de moins bien avancer dans vos projets, voire de baisser les bras.

Persévérance

Alors ce qui compte au fond, c’est VOUS.

Les choix que VOUS faites.

Les actions que VOUS entreprenez (ou pas).

La responsabilité que VOUS prenez (ou non) de votre vie.

Oui, ça peut prendre du temps, plus que vous ne le pensiez à la base, pour voir les effets positifs des actions que vous vous êtes enfin décidé à mettre en place.

Et cela peut être frustrant parfois.
C’est normal.

D’où l’importance d’apprécier le chemin.

Ça veut dire quoi ?

Que les actions que vous mettez en place dans votre vie, vous devez les apprécier au maximum pour en tirer le meilleur parti possible.

Plus ce que vous faites vous plait, plus vous aurez de facilité à le faire sur la durée.

Or la persévérance est LA clé indispensable pour réussir ce que vous entreprenez.

La persévérance est souvent ce qui fait défaut, ce qui fait que l’on abandonne trop tôt, que l’on se décourage et qu’au final, on se dit que les trucs qu’on s’échine à mettre en place ne fonctionnent pas.

L’absence de « Pourquoi » peut également être en cause et entrainer un manque d’engagement ou en engagement trop faible pour parvenir au résultat escompté.

Voulez-vous vraiment que votre vie s’améliore sur tel ou tel plan ?

Pourquoi ?

Pour quoi ?

Répondre à ces questions peut vraiment vous aider à persévérer, à avancer vers ce que vous voulez, à ne plus rester bloqué et à entretenir votre estime personnelle tellement importante pour votre bien-être.

Quel est l’aspect le plus important de votre vie que vous souhaitez améliorer actuellement ? Quelles actions allez-vous mettre en place pour y parvenir ? (ou qu’elles sont celles que vous avez mis en place ?)
Dites-le moi dans les commentaires ci-dessous 🙂

On peut parfois se sentir bloqué, démoralisé, frustré dans notre vie parce qu’elle ne s’améliore pas. Et même si on a mis en place des actions pour que notre situation évolue positivement, on peut trouver que « ça ne fonctionne pas » et se sentir alors découragé.
Mais ces actions sont-elles réellement bien adaptées ? Leur a-t-on donné à suffisamment de temps pour qu’elles produisent leur effet ? Sommes-nous assez persévérant et engagé ?

Cet article vous a plu ?



Livret 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même Vous êtes libre de télécharger gratuitement mon livret
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et
acquérir une bonne estime de vous-même »

Bonne estime = plus de confiance en soi, moins de stress, etc.

5 Commentaires

  1. Oui mais, ce n’est pas d’ma faute et d’ailleurs c’est tropinjuste ! na ! LOL
    en disant ce n’est pas de ma faute, je me souviens d’un texte qui commence par : je descends la rue, il y a un gros trou dans le trottoir, je tombe dedans, mais ce n’est pas de ma faute… je mets longtemps à en sortir, etc…
  2. : Bonjour, merci pour ta contribution 🙂

    Même si la vie nous semble injuste et qu’elle est très challengeante pour reste, il reste qu’on est responsable de notre vie et qu’y prendre notre part est ce qui nous aide à avancer, à nous en sortir.


  3. oui la fin de mon petit texte : « c’est bien de ma faute, je sors tout de suite », puis « je descends une rue… »


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.