Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Impossible, vraiment ?

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 8 minutes

Impossible. C’est un terme que l’on peut plus ou moins entendre ou se dire soi-même. Mais l’est-ce vraiment, impossible ?

Impossible

Impossible, vraiment ?

Impossible est un mot que l’on n’apprécie généralement pas d’entendre, ou de penser pour soi-même.

Mais il est bien plus facile de le lâcher à quelqu’un…

Impossible pour le dictionnaire Larousse signifie :

Qui ne peut exister, qui est hautement improbable ;
Qui n’est pas réalisable, qu’il est très difficile de faire, de résoudre ;

En clair, lorsque quelque chose est impossible, cela implique une ligne rouge qu’on ne peut franchir.

Quelque chose que l’on ne peut faire, avoir, obtenir ou être.

Au mieux c’est dérangeant 2 secondes, au pire cela peut marquer une personne à vie.
La faire renoncer à ce qu’elle souhaitait.

Parfois pour le meilleur, mais aussi parfois pour le pire.

Car impossible, c’est tirer un trait qui semble définitif, marqué à l’encre indélébile.

Lorsque ce terme « impossible » nous est jeté à la figure ou qu’on se l’applique à soi-même, alors on peut être envahi par les émotions et pensées négatives.

Et resté bloqué sur ce « non », cette négation opposée à nos désirs.

Et si on laisse faire, si on ne reprend pas le taureau par les cornes, on peut passer le reste de sa vie dans le regret, dans la rancœur, la colère, l’impuissance.

Bref, des émotions dans lesquelles il vaut mieux éviter de rester si l’on souhaite un temps soit peu être heureux.

Mais cela n’implique pas de les effacer, de faire comme si elles n’existaient pas.
Car les émotions négatives portent un message que l’on peut écouter pour s’en défaire.


Obstacle

En fait lorsque le terme impossible s’impose, par soi ou par d’autres, il s’agit ni plus ni moins d’un obstacle.

Il peut être indépassable.

Et à ce moment-là, il faut pouvoir lâcher prise, par exemple avec la technique des 4 ZI.

Mais l’obstacle peut aussi représenter une opportunité.

Peut-être que finalement, c’est pour le mieux si cet impossible s’impose à vous.

On ne sait pas ce qu’on ne sait pas.
Et parfois, il arrive qu’un truc qu’on voulait nous est refusé, et cela s’est avéré être une bonne chose au final.

Parce qu’on s’est tourné vers un truc beaucoup mieux, que cela nous a évité de perdre du temps, que l’on a appris, etc.

En plus, l’obstacle n’est pas nécessairement infranchissable.

Parfois on a affaire à un petit obstacle, parfois à un gros, tellement énorme qu’il nous paraît impossible à dépasser.

Et c’est là que l’on doit prendre garde.

Pour ne pas confondre l’obstacle avec l’impossibilité.

Ce n’est pas parce qu’un obstacle se présente sur la route qu’on ne peut poursuivre son chemin. Cela peut demander d’enjamber l’obstacle, de le contourner, de le franchir avec de l’effort.

En réalité, ce qui nous paraît impossible est plus souvent qu’on ne le pense possible.

C’est simplement qu’on nous dit que c’est impossible ou qu’on se le dit soi-même.

Parce que ça nous paraît tellement énorme, trop.

Parce qu’on ne sait pas que cela a été fait avant ou qu’on ne connaît personne qui ait accompli cela.

Cela peut être parce qu’on n’a pas assez confiance, que notre estime est trop basse.

Parce qu’on ne voit pas sur le moment, avec les compétences et connaissances que l’on a, qu’en réalité c’est possible.

Impossible ?

Dans une émission de La Grande Librairie, la dessinatrice Emil Ferris a mis en avant qu’en anglais « impossible » peut aussi se lire « i’m possible » c’est à dire « je suis possible » :

quand l’impossible devient possible

On retrouve la même idée chez le célèbre écrivain Mark Twain :

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

David Laroche exprime aussi régulièrement que s’il n’a pas la certitude à 100% que c’est impossible, alors il agit comme si c’est possible.

Idée également présente chez Winston Churchill :

Tout le monde savait que c’était impossible à faire; Puis un jour est venu un homme qui ne le savait pas. Et il l’a fait.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer.

Bien sûr, il ne s’agit pas de tomber dans le cliché de quand on veut on peut.

Ou de dire que parce que quelqu’un l’a fait, vous aussi pouvez le faire.

On sait très bien que nous sommes tous différents, et pas tous égaux.

Mais cela rend néanmoins la chose plus probable, cela nous donne une chance (même infime) que finalement, ce soit possible.

Alors, lorsque « impossible » se présente à nous, on peut se demander :

  • Est-ce vraiment sûr à 100% que c’est impossible ? En ai-je la preuve ?

Si oui, il convient de lâcher prise.

Et si non ?

Il nous faut alors découvrir si l’on peut rendre l’impossible possible.

Rendre l’impossible possible

Mais comment faire ?

Justement, cela commence par être ouvert d’esprit.

D’acter le fait qu’on n’a pas de preuve que ce soit 100% impossible.

Donc qu’il doit y avoir au moins un moyen de parvenir à ce que l’on souhaite, et sans doute plusieurs, plus ou moins rapides, plus ou moins faciles.

Et puis, passer en mode solution, puis se demander :

  • Comment serait-il possible que [ce que l’on souhaite qui a une chance d’être possible] ?
  • Comment je pourrai faire en sorte que ce soit possible ?
  • Que pourrai-je faire, avoir, devenir pour que mes chances augmentent ?

Il s’agit de réunir les conditions pour maximiser vos chances d’atteindre ce que vous voulez.

Sans toutefois tomber dans le piège des conditions parfaites.

Vous n’aurez peut-être pas de réponse tout de suite à vos questions « comment » mais posez-les vous régulièrement et au bout d’un moment, des réponses viendront, certaines pertinentes, d’autres non. Et vous pourrez tester.

Demandez-vous aussi :

  • Est-ce que je connais quelqu’un qui pourrait m’aiguiller dans ce truc ?
  • Ai-je connaissance d’une personne qui l’a déjà fait ou dont j’estime qu’elle a des compétences/connaissances qui pourraient m’être utiles ?

Et vous inspirer, demander.

Osez demander des conseils, de l’aide, en explicitant votre problématique.

Vous aurez sûrement des refus.
Mais ce n’est pas parce qu’une personne vous dit « non » qu’elle est méchante ou que ce que vous voulez devient impossible.

Surtout, mettez toutes les chances de votre côté lorsque vous faites de votre mieux pour rendre l’impossible possible.

Fixez-vous des objectifs pour tendre vers votre but.

Distinction objectif vs but

Et il vous faut alors bien faire la distinction entre objectif et but.

Un but est ce que voulez obtenir au final = ce qui a une chance d’être possible.
Il est constitué d’objectifs.

Un objectif est une action que vous pouvez entreprendre et qui dépend à 100% de vous.

Cette action peut être de :

  • Effectuer une recherche
  • Améliorer vos connaissances dans un domaine
  • Développer de nouvelles compétences
  • Demander

Obtenir l’aide d’une personne est un but et ne dépend pas à 100% de vous.

Demander de l’aide à cette personne est un objectif qui dépend à 100% de vous.

Les objectifs sont donc sous votre contrôle.

Et il est nécessaire de garder cela en tête lorsque vous vous engagez sur la voie de rendre possible ce qui vous paraissait jusqu’alors impossible.

Vous mettez un maximum de chance de votre côté lorsque vous fixez des objectifs en votre contrôle.

Et faire la distinction entre ce qui est en votre contrôle et ce qui ne l’est pas est justement ce sur quoi les stoïques insistent.

Pourquoi ?

Car si l’on y réfléchit bien, à quoi bon se causer du tort avec des émotions et pensées négatives pour quelque chose qui n’est pas en notre contrôle ?

Tout ce que vous pouvez faire, c’est de faire de votre mieux pour vous donner plus de chance de rendre l’impossible possible.

Et cela part en tous les cas de l’attitude primordiale qui est de ne pas s’arrêter à un « impossible » mais de creuser derrière pour savoir si c’est possible.

Surtout, n’oubliez pas une étape importante : celle de vous demander si réellement vous voulez ce qui parait « impossible ».

Si c’est aligné avec vos valeurs, ce qui est important pour vous, la direction que vous souhaitez donner à votre vie.

Car sinon, à quoi bon dépenser vos précieuses ressources ?
Réservez-les à vos priorités.

Et vous, avez-vous l’habitude de vous laisser bloquer par votre première impression « d’impossibilité » ? Que faites-vous pour rendre l’impossible possible ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous 🙂

On peut se laisser bloquer par un impossible administré par les autres ou soi-même. Mais est-ce vraiment impossible ?
Parfois oui, et il faut alors savoir lâcher prise.
Parfois, on ne voit juste pas comment faire et cela nous bloque et nous fait croire que c’est impossible.
Mais tant qu’il n’est pas prouvé que c’est 100% impossible, alors il existe une chance, ne serait-ce qu’infime, pour que cela devienne possible.
Il convient alors d’enclencher le mode « solution » et de vous demander comment faire pour rendre l’impossible possible.
Et de vous fixer des buts et objectifs en conséquence, en faisant bien la distinction entre les deux et en ayant vérifier au préalable si ce que vous souhaitez est vraiment aligné avec ce qui est important pour vous.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

🡱
Fermer le menu