Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Commérage : éviter de se laisser entraîner grâce aux 3 filtres VBU

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 6 minutes

Le commérage est légion et on peut plonger facilement dedans. Mais on peut éviter de se laisser entraîner par un ragot en utilisant les 3 filtres VBU.

Commérage

Commérage : éviter de se laisser entraîner grâce aux 3 filtres VBU

Vous avez sans doute déjà entendu des commérages, en vrai et dans les médias.

Vous y avez sans doute déjà participé.
Et peut-être en avez-vous été victime.

Et bien sûr, ce n’est pas agréable.

Alors oui, certains aiment colporter tel ou tel ragot.

Mais beaucoup de personnes préféreraient éviter de tomber dans le commérage.

Car il n’apporte rien de positif.

Le commérage se rapproche beaucoup de la critique qui fait partie des techniques 3C des briseurs d’estime.

Elle peut causer des dégâts, surtout pour la personne qui en est l’objet.

Mais aussi pour celles qui s’adonnent aux commérages.

Parce qu’un commérage n’est pas n’importe quelle discussion sur un sujet.

Comme le souligne le dictionnaire Larousse, il s’agit de :

Propos de commère, bavardage malveillant ; ragot

Ce n’est ni plus ni moins qu’une forme de médisance où l’on va dénigrer quelqu’un.

Le truc c’est que la plupart du temps, on tombe dans le commérage de façon bien plus inconsciente que consciente.

On parle d’un sujet qui en amène un autre, et cela nous fait penser à un autre truc puis à un évènement ou quelqu’un. Et pouf, souvent sans s’en rendre compte, on commence à entrer dans la spirale du commérage.


Commérage : chercher à l’éviter

Or le commérage, même si vous ne vous en rendez pas compte, vous fait tomber dans les émotions et pensées négatives.
Dans un état d’esprit orienté négatif plutôt que positif.

Alors que le négatif est souvent l’exception.

Le commérage pousse insidieusement à ne pas prendre ses responsabilités, à se trouver des excuses, à se plaindre.

Il peut aussi dénoter un besoin de reconnaissance, d’être le centre de l’attention.
Et même si les personnes qui ont cette tendance semblent avoir confiance en elles, ce n’est pas forcément le cas. Car cela peut être signe d’une estime trop basse.

Toujours est-il que le commérage ne vous aide pas à vous atteindre, à vous rapprocher de qui vous êtes au plus profond de vous.

Il ne vous aide pas à être heureux ni à développer de bonnes relations.
Même si vous pouvez avoir l’impression que ceux qui s’adonnent au commérage rencontrent un franc succès avec « leurs histoires » auprès des autres.

Vous devez bien garder à l’esprit que le commérage n’est pas à rechercher.

Mais au contraire, à éviter.

Vous pouvez d’autant plus l’éviter que vous vous sentez bien avec vous-même et que vos besoins sont comblés.

Car lorsqu’ils ne le sont pas, votre cerveau a tendance à repérer ce besoin que vous avez chez les autres, qui eux semblent l’avoir comblé.

Le besoin profond non comblé n’est pas forcément évident à déceler mais avec un peu d’attention, vous pouvez mettre le doigt dessus pour vous en préoccuper plus sainement.

Pour éviter le commérage, vous pouvez aussi vous aider des 3 filtres.

Les 3 filtres BVU de Socrate

Pour lutter contre le commérage, le philosophe antique Socrate propose d’utiliser les 3 filtres, connus aussi sous le nom des 3 passoires.

Ces 3 filtres sont présentés sous la forme d’une histoire que voici.

Un jour, un homme se présente à Socrate et lui dit :

– Tu sais ce que j’ai appris sur ton ami ?

Et Socrate lui répond :

– Attend ! Avant de me dire de quoi il s’agit, j’aimerai passer cela au test des 3 filtres. Es-tu absolument certain que ce que tu vas me raconter est vrai ? Est-ce que c’est la vérité ?

Alors l’autre réfléchit un moment et dit que non, il ne peut le garantir avec certitude.

Socrate ajoute alors :

– Bon, le 1er filtre n’est pas passé, puisque ce que tu ne sais pas si ce que tu veux me raconter est la vérité.
Passons alors au 2ème filtre : est-ce que ce que tu veux me dire sur mon ami est quelque chose de bien ? De bon ? De bénéfique ?

L’autre réplique :

– Ah non, pas du tout.

– Donc tu veux me raconter quelque chose de mal, de mauvais sur mon ami, mais tu ne sais pas si c’est vrai ?

– C’est ça…

– Passons alors au 3ème filtre ce que tu veux me confier : est-ce que c’est vraiment utile que je le sache ?

– Non, pas vraiment…

Et là Socrate conclut :

Si ce que tu veux me dire à propos de mon ami n’est ni vrai, ni bon, ni utile, pourquoi donc me le raconter ? En tous les cas moi, je ne veux pas en entendre plus.

Appliquer les 3 filtres BVU aux commérages

Vous aussi dans la vie de tous les jours vous pouvez utiliser à votre profit le test des 3 filtres BVU de Socrate.

Et vous l’aurez peut-être noté : Socrate invite à se concentrer sur les faits plutôt que les jugements à l’image des philosophes stoïques.

Lorsque l’on commence à vous parler de quelqu’un, qu’on vous dit qu’on a quelque chose à vous dire sur untel…

Au lieu de vous jeter dans l’écoute de possibles commérages, demandez à l’autre personne si elle est sûre de ce qu’elle souhaite vous raconter (ou qu’elle vous a déjà relaté).

Demandez-lui ensuite si c’est quelque chose de bien, si c’est utile de le savoir.

Vous verrez que dans la grande majorité des cas, ce que l’on souhaite vous raconter sur les autres ne passe pas le test des 3 filtres.

Parce que mine de rien, on parle beaucoup sur des gens alors qu’on n’est pas sûr de la véracité de ce que l’on souhaite partager.

Et puis rappelez-vous que plus « l’information » est passée au travers de personnes différentes, moins elle est susceptible d’être fiable. Vous savez le type « Machin m’a raconté que Truc lui a dit que Bidule lui a appris que Tartampion a… ».

Est-ce que vous allez pouvoir dès maintenant appliquer à toutes vos conversations susceptibles de tomber dans le commérage la technique des 3 filtres BVU de Socrate ?

Sans doute pas, car il s’agit d’une habitude à prendre.

Mais comme toute habitude, si vous voulez vraiment éviter le commérage, elle vaut le coup de faire de votre mieux pour l’utiliser de plus en plus fréquemment.

Si malgré tout vous ressentez comme l’envie de médire, demandez-vous quel(s) besoin(s) pourraient ne pas être comblés en ce moment chez vous. Et faites de votre mieux pour les satisfaire sans tomber dans le piège de la gratification immédiate.

Et vous, allez-vous utiliser les 3 filtres BVU de Socrate pour éviter de tomber dans le commérage ? Dans quelle situation et avec qui particulièrement ? Aimez-vous partager des ragots ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous ?

Le commérage représente un centre d’intérêt pour beaucoup… au premier abord. Mais il nuit à celui dont il est l’objet ainsi qu’à celui qui s’y adonne.
Souvent signe d’un ou plusieurs besoins profonds non comblés, le commérage peut être évité.
Et pour cela, on peut passer les propos d’une personne sur une autre au test des 3 filtres de Socrate, VBU : est-on sûr que c’est Vrai ? Est-ce quelque chose de Bien ? Utile ? Sinon, à quoi bon en parler ou apprendre de quoi il s’agit si ce n’est pour critiquer et tomber dans les émotions et pensées négatives ?

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

🡱
Fermer le menu