Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

N’attendez pas le bonheur au bout du chemin

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 9 minutes

On peut avoir le sentiment de faire des sacrifices et de subir une situation avec en ligne de mire un bonheur que l’on obtiendra plus tard. Le truc, c’est qu’il vaut bien mieux ne pas attendre le bonheur au bout du chemin car alors, vous risquez de le regretter amèrement.

Le bonheur

Attendre le bonheur au bout du chemin : non !

Le bonheur, nous sommes très nombreux à le rechercher.

En fait si l’on creuse le sujet, de nombreuses choses que nous faisons (ou pas) dans la vie ont pour objet de nous rendre heureux.

Que ce soit d’avoir un bon job, de trouver un partenaire de vie, de s’offrir tel objet, d’accomplir tel projet, de partir en vacances, etc.

Le bonheur est défini ainsi par le dictionnaire Larousse :

État de complète satisfaction ;
Joie, plaisir liés à une circonstance ;
Bonne chance, circonstance favorable

Le bonheur est donc associé à des choses plaisantes et notamment des émotions et sensations.

En effet, on préfère se sentir bien, être bourré d’émotions, sensations et pensées positives plutôt que de se sentir mal, noyé par des tas de trucs désagréables.

Et pour atteindre le bonheur, on peut être prêt à beaucoup de choses.

Notamment à faire des efforts, des sacrifices, à se priver parce que l’on a bon espoir que cela paiera un jour.

C’est-à-dire que l’on obtiendra la récompense que l’on attend : le bonheur.

Alors, on est prêt à attendre le bonheur.


Acquérir le bonheur

Pour être heureux, on peut en passer par des étapes plus ou moins agréables.

Un peu comme les épreuves qu’un héro doit traverser avant d’enfin pouvoir terminer sa quête.

On passe ainsi beaucoup de notre temps à chercher, consciemment ou non, à être heureux.

Pour trouver ce que l’on pourrait continuer à faire, ou faire différemment, pour enfin atteindre le bonheur.

Pour certains, le bonheur est même associé à une acquisition : comme si on pouvait un jour choper le bonheur et le garder.

Comme un objet pour lequel on économiserait durant une période plus ou moins importante et qui ensuite nous appartiendrait.

Sauf que le bonheur, on ne peut le saisir et le conserver une bonne fois pour toute.
Ça ne fonctionne pas comme ça : on ne peut acquérir le bonheur.

Et le bonheur, ce n’est pas une recette toute faite qui conviendrait à tout le monde.
(Au passage si vous souhaitez connaitre la solution universelle pour être heureux, allez faire un tour ici 😉 )

Le fait que vous soyez heureux ou non dépend aussi très peu de vos conditions extérieures et notamment de l’argent que vous avez (10% selon les études scientifiques, voir le livre « Comment être heureux et le rester » de Sonja Lyubomirsky).

Bien sûr qu’il est important d’avoir un minimum pour survivre.
Mais il est prouvé qu’à partir d’un certain point, plus d’argent n’apporte pas plus de bonheur.

Donc contrairement à ce qu’on veut nous faire avaler, l’acquisition de tel ou tel nouvel objet n’augmente pas notre niveau de bonheur.

Devenir plus heureux

Si l’on ne peut acquérir le bonheur, en revanche ce que l’on peut faire, c’est devenir plus heureux.

Durablement.

C’est notamment l’un des bénéfices (important !) que vous obtenez lorsque vous parvenez à augmenter de façon saine votre estime personnelle de façon durable.

Ce qui est tout à fait possible en utilisant la bonne méthode.

J’insiste sur l’aspect durable car c’est super important.

On peut tous augmenter nos émotions positives de façon momentanée.

Pensez par exemple au plaisir de manger du chocolat (ou tout autre met que vous aimez).
Mais ce bonheur, s’il est appréciable sur le moment, est trop succinct.

C’est comme si ensuite on avait besoin de notre shoot d’émotions positives.

Évidemment que ça fait du bien de se sentir bien.

Le truc, c’est de parvenir à élever votre seuil de bonheur et cela, sur la durée.

Ce qui est possible puisque 40% de votre niveau de bonheur dépend de vous : c’est en notre pouvoir d’exploiter ce potentiel.

Et comme le souligne le spécialiste du bonheur Mihaly Csikszentmihalyi dans son livre « Vivre » :

La véritable satisfaction devant la vie ne provient pas du fait de devenir riche ou mince, mais du sentiment profond de se sentir bien avec soi-même

Il s’agit d’être bien avec soi en somme : on retombe ainsi sur l’estime de soi, socle de votre bien-être, levier particulièrement puissant sur lequel s’appuyer pour devenir durablement plus heureux et qui a de multiples bénéfices comme d’augmenter votre confiance en vous, de réduire votre stress ou encore de vous sentir plus libre d’être vous-même face au regard des autres qui pèse alors moins sur vous.

Attendre le bonheur : quand ?

Le tout est de savoir quand est-ce que vous souhaitez devenir plus heureux ?

Allez-y, répondez à cette question : quand voulez-vous être plus heureux, dans combien de temps ?

Si vous êtes comme beaucoup, vous avez dû répondre un truc du genre « Maintenant ! »

Oui, on veut connaitre le bonheur le plus rapidement possible.

Et c’est pour ça qu’on peut tomber dans le piège de vouloir éprouver des sensations agréables rapidement, tout de suite !

Et s’empiffrer par exemple de trucs qui vont nous faire grossir et bousiller notre santé.

Ou se retrouver dans le rouge avant la fin du mois parce qu’on aura craqué et acheté un truc qu’on ne pouvait pas se permettre financièrement, simplement parce qu’on avait un besoin profond à combler que l’on a chercher à résoudre avec la satisfaction immédiate d’un besoin de surface.

Mais si pour certaines choses, on n’est pas patient…

Pour d’autres en revanche, on l’est plus que de raison.

On est souvent prêt à passer des semaines, des mois, des années d’efforts, de sacrifices, de privation pour obtenir enfin le bonheur au bout du chemin.

On est prêt à attendre le bonheur longtemps, trop longtemps parfois.

Comme quand on supporte tant bien que mal un job parce qu’il faut bien payer les factures et comme ça vu qu’on a cotisé, au bout (c’est-à-dire dans une quarantaine d’années) on aura la retraite.

Ah la retraite attendue par beaucoup : c’est normal, ça en fait rêver beaucoup de ne plus avoir de boss sur le dos, de ne plus être obligé de passer ses meilleures heures (nombreuses) sur des tâches qui ne passionnent pas et d’enfin pouvoir faire ce qu’on veut.

Sauf que beaucoup s’usent l’esprit et la santé à ça.

Bien sûr qu’il y a des personnes qui aiment leur travail ou tout du moins qui parviennent à très bien faire avec parce que « OK c’est pas top, mais c’est pas mal non plus ».

Sauf que si on regarde les chiffres du bonheur au travail, on est choqué !
(Allez-faire un tour sur cet article si le sujet vous intéresse).

N’attendez pas le bonheur au bout du chemin

Ça veut tout simplement dire que si le bonheur, on le veut le plus rapidement possible, on est prêt à des efforts (et c’est tout à fait honorable et une bonne attitude pour réussir) quitte à attendre le bonheur au bout du chemin.

Comme pour la retraite que beaucoup ont en ligne de mire pour enfin pouvoir être heureux.

C’est une attitude grandement encouragée.

Le problème : elle ne nous est pas bénéfique !

Attendre le bonheur au bout du chemin n’est pas une bonne façon d’envisager sa vie.

Que ce soit parce qu’on attend impatiemment la retraite ou pour un objectif !

Combien de fois ça vous est arrivé de vous dire : « ah quand j’aurai enfin… alors je serai plus heureux ? »

Moi je sais que ça m’est arrivé un paquet de fois et je me surprend encore à le penser parfois.

Mais dans le même temps, je fais de mon mieux (4ème Accord Toltèque) pour apprécier le chemin au lieu d’attendre le bonheur, d’espérer qu’il pointera son nez au bout.

Comme ça, j’éloigne l’échec qui est une illusion.

C’est tellement important de trouver cet équilibre entre la motivation profonde (le pourquoi) de se lancer dans un projet (quel qu’il soit, que sa réalisation potentielle demande quelques minutes ou plusieurs années) et de le poursuivre (et donc agir pour réaliser ses objectifs), avec bien sûr l’espoir d’atteindre son but au bout du compte.
Et l’appréciation du chemin que l’on emprunte sur la voie de notre projet, de notre vie.

Je sais que ça peut avoir l’air cul-cul la praline de parler « d’apprécier le chemin » mais c’est tellement important.

Ça veut dire qu’un maximum de fois, un maximum du temps, vous mettez en place des choses dans votre vie qui vous permettent d’être heureux, qui vous procurent du bonheur.

Vous pouvez dès maintenant connaitre plus de bonheur dans votre vie.

Par exemple en vous basant sur le principe d’une journée pour être heureux.

Vous pouvez aussi vous attacher à reconnaitre le bonheur quand il est là.

Souvent, c’est quand notre bonheur s’efface que l’on se dit que l’on regrette de ne pas avoir apprécié ce que l’on avait dans notre vie jusque-là.

Faire en sorte d’élever durablement votre estime, par exemple en trouvant des moyens de mieux vous respecter, est également une clé essentielle pour être plus heureux.

Vous pouvez également voir comment vous en sortir si votre vie n’est pas celle que vous voulez.

Donnez-vous par ailleurs la permission de vivre une meilleure vie et détachez-vous du piège de la comparaison.

Et vous, attendez-vous le bonheur au bout du chemin ?
Que faites-vous régulièrement pour ne pas tomber dans ce piège ?
Partagez-le dans les commentaires ci-dessous 🙂

Attendre le bonheur au bout du chemin est un piège dans lequel vous pouvez tomber et qui peut contribuer à vous faire dire que vous avez gâché votre vie.
Pour éviter les regrets, n’attendez pas le bonheur au bout du chemin, savourez-le tout du long : trouvez le bon équilibre entre l’espoir de voir vos projets se concrétiser et l’appréciation du chemin que vous parcourez pour parvenir à vos objectifs et plus généralement l’appréciation de votre chemin de vie.
Pour cela, vous pouvez élever durablement votre estime – socle de votre bien-être, reconnaitre le bonheur quand il est là, intégrer un maximum de choses qui vous rendent heureux à votre quotidien ou encore vous détacher du piège de la comparaison.

Cet article vous a plu ?



Livret 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même Vous êtes libre de télécharger gratuitement mon livret
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et
acquérir une bonne estime de vous-même »

Bonne estime = plus de confiance en soi, moins de stress, etc.


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.