Menu Fermer
Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie
Temps de lecture moyen : ~ 6 minutes
Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)

Consumérisme : 2 facteurs dont il se nourrit (et comment ne plus en être victime)

Le consumérisme se nourrit de 2 facteurs sur lesquels on peut agir pour en être moins victime.

Consumérisme

Consumérisme : 2 facteurs dont il se nourrit (et comment ne plus en être victime)

Le consumérisme est au cœur de nos sociétés.

Car comme le souligne le Larousse, il représente un :

Mode de vie axé sur la consommation et caractérisé par une tendance à acheter systématiquement de nouveaux biens

Consumérisme et surconsommation vont donc de paire.

Mais ne sont pas pour arranger l’état de la planète.
Ou de votre portefeuille et vous pouvez vite manquer d’argent.

Bien sûr, vous pouvez faire de votre mieux pour éviter de gaspiller.

Vous pouvez apprendre à vous débarrasser plus facilement des choses, à opter pour le désencombrement, à adopter un style de vie plus tourné vers le minimalisme.

Mais cela ne vous empêche pas forcément de tomber dans l’écueil du consumérisme.

Beaucoup de gens se donnent bonne conscience à recycler, vendre, donner leurs affaires. À chercher le parfait équilibre dans leurs possessions.
Et c’est une bonne intention.

Mais quand on y regarde de plus près, beaucoup d’entre eux tombent néanmoins dans le consumérisme, à acheter encore et toujours des choses.
Même s’ils s’en débarrassent plus ou moins rapidement et en gardent peu, au final, ils tombent dans l’accumulation successive.

Le consumérisme entraîne un vol inconscient dont nous payons tous plus ou moins le prix.

Mais pour se détacher du consumérisme.
Ou du moins, pour qu’il ait moins prise sur nous.

Il faut en passer par une acceptation et une adoption d’un vide avantageux.

Qui, paradoxalement, permet de mieux remplir sa vie et ses besoins.


 

Besoins

Nous avons tous des besoins.

Et l’un de nos plus gros problèmes est que l’on confond souvent nos besoins avec nos envies.

On cherche à combler les premiers avec les seconds.

Ce qui apporte un soulagement, certes… mais uniquement sur le court-terme.

Et c’est souvent parce que l’on tombe dans piège de la gratification immédiate dont le consumérisme est l’un des plus importants aspects.

Or ce que l’on doit chercher à combler avant tout, ce sont les besoins.

Et ce n’est pas la surconsommation qui nous y aide.

Même si l’on est poussé à croire le contraire.

On le voit bien, dès que l’on a acheté quelque chose, un autre modèle, une autre version, un truc encore mieux ou plus à la mode sort.

Et on est assailli de messages nous invitant à croire qu’il nous faut nous le procurer pour améliorer notre vie.

Cela peut arriver que cela soit le cas.
Mais si l’on est objectif avec soi-même, parmi tous les achats que nous avons effectué…

… ils sont en fait rares ceux qui nous ont vraiment permis de nous sentir mieux sur le long terme et d’améliorer notre vie.

Et l’on se retrouve finalement comme le rat qui tourne dans sa roue.

À céder encore et toujours au consumérisme, sans régler le problème de fond.

Sans trouver l’issue qui nous permet de nous sortir de cette spirale qui en réalité nous dessert plus qu’autre chose.
En tant que personne, mais aussi en tant que société.

2 facteurs nourrissent le consumérisme

Mais vous pouvez vous éloigner du consumérisme afin qu’il ait moins de prise sur vous.
Pour éviter d’en être la victime.

Pour cela, vous pouvez agir sur 2 facteurs que nous livrent Kate Pickett et Richard Wilkinson dans leur livre « Pour vivre heureux vivons égaux » :

Le consumérisme se nourrit de l’insécurité de statut. C’est ce que révèlent de nombreuses études en psychologie.
[..] L’insécurité et le doute de soi poussent les individus à chercher le réconfort dans l’instinct de possession.

Les 2 facteurs soulignés ici sont : l’insécurité et le doute de soi.

Donc pour vous détacher du consumérisme, il est important de trouver à satisfaire votre besoin de sécurité.

Mais aussi de réduire le doute envers vous-même. Ou dit autrement, d’avoir plus confiance en vous.

Il faut bien comprendre que l’insécurité ici n’est pas tant liée aux conditions matérielles d’existence qu’au sentiment d’insécurité ressenti.

Or ces 2 facteurs ont 1 chose en commun : l’estime de soi.

Plus votre estime est faible, plus vous doutez de vous car la confiance en soi est l’un des 4 Piliers de l’estime de soi.

Et plus votre estime est basse, plus vous doutez de vous, moins vous vous sentez en sécurité avec vous-même.

Car une mauvaise estime implique que vous n’avez pas de socle de bien-être solide dans la vie.

Vous n’êtes pas assez sûr de vous, vous n’avez pas assez confiance en vous, vous ne vous pensez pas assez intelligent, etc. Bref, vous jugez que vous n’êtes pas assez.

Et c’est ce sentiment de « pas assez » qui vous pousse en grande partie dans le consumérisme.

S’éloigner du consumérisme

Donc si vous souhaitez vous détacher du consumérisme, l’une des premières choses à faire est d’améliorer de façon saine et durable votre estime.

Car c’est LE paramètre le plus important sur lequel vous avez prise.
Et qui aura en plus de grosses répercussions positives dans votre vie, bien au-delà de l’éloignement du consumérisme.

Si votre estime est déjà bonne (ou le devient) vous avez moins de risques de tomber dans le consumérisme.

Mais une bonne estime ne vous garantit pas de ne pas surconsommer.
Elle vous donne simplement plus de chances de ne pas le faire.

Le consumérisme peut provenir d’un ou plusieurs besoins en déficit en fait.

On peut être bien dans sa peau et pour autant ne pas se sentir sécurisé parfois en raison de problématiques extérieures par exemple. Comme une crise politico-sanitaire…

Et pour compenser cette insécurité, c’est-à-dire ce besoin de sécurité non comblé, on peut en venir à surconsommer.

Donc il est d’autant plus important de garder en tête l’un des principes fondamentaux du stoïcisme qui est de se préoccuper des choses sur lesquelles on a du contrôle, et de se détacher des choses sur lesquelles on n’en n’a pas.

Pour cela, vous pouvez appliquer 1 principe pour être moins anxieux.

Mais aussi plus génralement changer vos habitudes. Afin qu’elles correspondent plus à vos besoins et la direction que vous souhaitez donner à votre vie en faisant bien la distinction entre but et objectif.

Bien sûr, appliquer les principes du minimalisme vous aident également.

Mais comme pour beaucoup de choses dans la vie, vous aurez compris que c’est en agissant sur plusieurs points et notamment en faisant de votre mieux pour satisfaire vos besoins que vous parviendrez à vous défaire du carcan du consumérisme.

Et vous, avez-vous des astuces pour vous éloigner du consumérisme ? Avez-vous une tendance à acheter souvent des choses ? Pensez-vous tomber dans le consumérisme ? Qu’allez-vous faire pour en sortir ? Partagez dans les commentaires ci-dessous 🙂

Le consumérisme est une plaie pour vous en tant que personne mais aussi pour la société. Il se nourrit de 2 facteurs : l’insécurité et le doute de soi.
Or vous pouvez régler ces soucis en améliorant de façon saine et durable votre estime, bon rempart contre la surconsommation.
Pour autant, ce n’est pas (forcément) suffisant pour totalement l’éradiquer de votre vie. Car le consumérisme résulte d’un ou plusieurs besoins non comblés. Les satisfaire aident donc grandement, tout comme le stoïcisme et les principes minimalistes.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.