Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Accumulation : le problème que ça cache

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 6 minutes

On peut rechercher l’accumulation ou se rendre compte que l’on tombe dedans. Mais accumuler n’est pas sans conséquence et prêter attention à ce qu’elle implique et au problème que ça cache peut vous aider à être plus heureux.

Accumulation

Accumulation : le problème que ça cache

On peut tous être plus ou moins confronté à l’accumulation.

C’est-à-dire le fait d’amasser, d’entasser des tas de choses.

Alors on pense bien sûr aux biens matériels, aux collections.

Mais l’accumulation concerne aussi l’argent, les activités, ce que l’on met dans notre emploi du temps.

On peut accumuler les choses que l’on souhaite caser dans une journée, les sorties, les informations, etc.

Bref, l’accumulation est ni plus ni moins qu’une forme de surconsommation.

Parfois, elle est nécessaire : accumuler un tas d’infos durant un laps de temps défini pour prendre une décision, boucler un rapport, passer un examen, etc.

Mais plus souvent qu’on ne le pense, l’accumulation peut représenter un problème.

En fait, c’est un piège dans lequel on a tendance à tomber.

Et on est poussé à ça : à accumuler un maximum, surtout des objets, des activités, bref, tout ce qui incite à consommer via de l’argent…
Et à accumuler ce même argent pour être plus riche et consommer encore plus.

L’accumulationpeut être perçue comme un moyen de se procurer de la sécurité.

Mais elle est fréquemment liée au fait que l’on confond envie et besoin.

Car c’est généralement une envie que l’on comble par l’accumulation, croyant que l’on comble un besoin.

Et lorsqu’on fait fausse route, l’accumulation peut se traduire par du gaspillage.

Gaspillage parce qu’on jette les choses qu’on accumulé et dont on se rend compte qu’on n’en n’a pas besoin finalement.

On gaspille des biens, aliments, mais aussi notre temps et notre argent dans des choses qui, si on y réfléchit bien, sont pour une bonne part médiocres.


Compensation

Le fait est que l’accumulation est souvent le signe d’une compensation quelconque.

On compense en mangeant plus qu’on a besoin pour se réconforter, pour contrer la fatigue aussi par exemple. Ce qui peut se traduire par du grignotage et une hausse du poids avec une santé moins bonne.

On peut aussi compenser la peur de manquer, un sentiment d’infériorité ou un manque de sécurité par l’accumulation de biens et d’argent.

Mais en fait pour la plupart des gens, le fait de tomber dans la surconsommation de biens et d’activités peut être dû en grande partie à 2 facteurs :

Et c’est sur ce 2ème point que je souhaite insister car il est grandement dû au fonctionnement de nos sociétés.

Bien plus souvent qu’on ne le pense, on tombe dans l’accumulation pour compenser un temps non libre.

Le temps est l’une de nos ressources les plus précieuses.

Et mine de rien pour la majorité des gens, il ne leur appartient qu’en petite partie.

Accumulation et travail

Il y a le travail (emploi) qui prend de nombreuses heures à lui tout seul.

Et tout ce qui tourne autour. Comme les trajets, les pauses nécessaires y compris repas, souvent loin de chez soi, donc contraint dans un lieu qui ne permet pas forcément de manger dans de bonnes conditions.

Un job demande bien plus de temps que les seules heures effectuées pour le boss. Et c’est sans parler des heures supplémentaires (non rémunérées pour certains).

Il représente pour beaucoup un coût en stress. Et implique un temps non libre consacré à du repos intellectuel et/ou physique mais aussi psychique nécessaire après le travail.

Attention, je ne dénigre pas le travail : l’être humain se caractérise par le fait qu’il travaille.

Le truc, c’est qu’on confond trop souvent emploi et travail.

Les chiffres du bonheur au travail sont choquants.

Mais l’emploi est différent du (télé)travail.

Vous travaillez même si vous n’avez pas d’emploi, même si vous êtes chômeur ou parent au foyer, etc.

Pensez aux tâches ménagères et d’entretien de la maison, la garde des enfants, le ménage, les repas, etc.

C’est de l’emploi (job) pour certains, mais c’est du travail pour tous.

Cette précision faite, consciemment ou non, tout le temps que vous n’avez pas à votre disposition, qui n’est pas libre pour vous, entraîne un besoin de compensation.

Qui se traduit souvent par l’accumulation.

On souffre de ne pas pouvoir faire ce que l’on veut vraiment de notre temps.

Et on compense en accumulant des possessions, des activités, des sorties (y compris week-end à l’extérieur, voyages, etc.).
On accumule les vêtements comme les heures passées devant l’écran, que ce soit la TV (si vous ne pensez pas regarder la TV, allez voir cet article) ou autre écran digital (Smartphone, etc.)

Accumulation, compensation, temps

Cela vaut le coup de vous pencher sur la raison pour laquelle vous avez une tendance à accumuler certaines choses.

Car l’accumulation cache souvent un mal-être, un manque, un besoin qui n’est pas réellement comblé.

On tombe d’autant plus dans l’accumulation que notre temps n’est pas libre. Que l’on est privé de liberté par nécessité d’avoir un emploi pour subsister.

Alors bien évidemment, heureusement que pour beaucoup de personnes, le travail n’est pas vu comme une privation de la liberté. Beaucoup de gens aiment leur travail. Ils s’y épanouissent et c’est tant mieux.

Mais dans ce cas, ils n’ont pas besoin de compenser pour cela (peut-être pour autre chose en revanche).

Mais pour beaucoup de personnes aussi, le travail implique en compensation une accumulation. Et cela d’autant plus qu’il est peu valorisé (que ce soit en argent et/ou socialement parlant), qu’il épuise le corps et l’esprit, alors que l’on fait du mieux que l’on peut pour bien travailler.

On peut aimer le travail en soi mais pas la façon dont on nous pousse à l’exercer. Bien gagner sa vie mais être dans un emploi qui n’a pas vraiment de sens (du moins pour nous) ce qui là aussi pousse à compenser et généralement à accumuler, parfois des substances nocives…

Tout ça pour vous faire réaliser que vous gagnez à vous pencher sur l’origine de la tendance à l’accumulation que vous pouvez avoir dans certains domaines.

Cela pourra vous aider à mieux cerner ce qui est important pour vous.

Et vous pourrez alors faire de votre mieux pour vous concentrer là-dessus plutôt que d’éparpiller vos précieuses ressources, comme votre temps, votre argent, votre énergie, dans des choses qui au final ne vous aident pas à être heureux.

Il ne s’agit pas de dire de ne pas accumuler, mais d’accumuler les bonnes choses pour vous, qui vous conviennent réellement et non qui vous aliènent et vous plongent dans des émotions et pensées négatives.

Pour finir, un petit extrait du livre Vivre de Mihaly Csikszentmihalyi :

Nos lointains ancêtres passaient la majeure partie de leur temps à la conversation, au repas, à la danse et ne consacraient que trois à cinq heures par jour au travail (nourriture, abris, vêtements et fabrication d’instruments).

Et vous, avez-vous tendance à accumuler et si oui quoi ? Que pourriez-vous changer pour moins accumuler ou accumuler des choses qui vous sont réellement bénéfiques ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous 🙂

L’accumulation est souvent la forme que prend la compensation. Par le fait d’accumuler, on cherche à combler un manque, un besoin.
Le problème est qu’ainsi on épuise nos ressources les plus précieuses, comme notre temps, notre argent, notre énergie, notre santé.
L’accumulation est plus souvent qu’on ne le pense une compensation pour la privation de liberté et notamment du temps non libre qui, pour beaucoup, est en grande partie pris par l’emploi et plus généralement le travail.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

🡱
Fermer le menu