LA personne à laquelle vous devez absolument vous comparer

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 9 minutes

Ah la comparaison. Elle n’est souvent pas aisée, pas agréable. Pourtant, difficile d’y échapper n’est-ce pas ? Alors, à qui devons-nous nous comparer si on ne peut éviter la comparaison ? C’est ce qu’on va voir ensemble.

La comparaison, (se) comparer, c’est quoi ?

LA personne à laquelle vous devez absolument vous comparer

Tout d’abord, on va poser les bases pour déterminer ce dont on parle.

Comparer, se comparer, la comparaison, qu’est-ce que ça signifie ?
Faisons appel au dictionnaire Larousse pour nous éclairer.

Comparer pour le Larousse, c’est

Mettre en parallèle des choses, des personnes pour faire apparaître les similitudes ou les différences ;
Établir entre des personnes ou des choses un lien, un rapport d’égalité, les rapprocher par la pensée, le jugement, l’appréciation, les placer au même rang, sur le même plan ;
Mettre des personnes ou des choses en parallèle, établir un rapprochement, une comparaison entre elles pour expliciter sa pensée, son jugement, son appréciation

Donc là si on parle de personnes, on voit bien que le terme comparer peut signifier plusieurs choses :

  • soit on fait ressortir les similarités entre les personnes pour établir un lien de rapprochement
  • soit on met en avant les différences en vue d’un éloignement

Pour le terme comparaison, c’est à peu près pareil :

Action de comparer, de rapprocher des personnes ou des choses pour examiner leurs ressemblances ou leurs différences ; rapprochement

Et en ce qui concerne se comparer, même logique :

Faire un rapprochement entre soi et quelqu’un ou quelque chose d’autre ; se prêter à un rapprochement

Donc à partir de là, dès qu’on parle de (se) comparer ou de comparaison, on regarde, on étudie, on scrute l’autre pour y chercher des ressemblances ou des différences.

Et on remarque alors que le premier rapproche et le second éloigne.

Que cherche-t-on lorsqu’on se compare ?

Lorsque l’on se compare, on cherche à valider un rapprochement ou un éloignement.

En fait, on cherche précisément à déterminer si une personne ou un groupe de personnes est plutôt « comme nous » ou plutôt « différent de nous ».

On peut alors se classer soi-même « avec » ou « en dehors ».

La comparaison, on la subit depuis que l’on est tout petit.
L’entourage, et notamment les parents, cherchent dès la naissance (voire même avant) à comparer leur bébé à eux et aux autres.

Plus particulièrement, ils cherchent à trouver des similitudes avec eux-même et leur famille.
Ça les rassure de savoir que bébé est comme eux. Qu’il fait bien partie du clan.

Après cela continue tout au long de la vie.
On prend nous-même le relais quand on grandit.
Et on se compare aux autres pour savoir si on est dans tel « clan » ou plutôt en dehors.

On juge. On se dit par exemple :

« ah tel clan a l’air bien, j’aimerai bien être dedans. Est-ce que je le mérite ? Hum voyons voir… »

Et là commence le processus de comparaison pour trouver si possible un maximum de ressemblances.

On peut aussi chercher l’inverse, penser :

« Oh là moi j’aimerai pas faire partie de ce clan là, il a l’air nul »

Là aussi, on se met alors à comparer pour espérer trouver un maximum de différences.

Par clan j’entends évidemment n’importe quel groupe plus ou moins grand.

Par exemple si vous êtes de nationalité française, vous faites partie du clan des français.

Si vous possédez un Smartphone de marque x, vous percevez par la société que « ça fait mieux » que d’avoir un téléphone d’une autre marque (qui ne représente pas un fruit…).

Alors, vous allez peut-être vous sentir dans un clan au niveau plus élevé, vous sentir comme « supérieur » à ceux en-dehors du clan. Et inversement, vous sentir amoindri, comme « inférieur » si vous ne possédez pas « le téléphone que ça fait bien de l’avoir »

De ce fait vous voyez, en tous les cas je l’espère, que la comparaison peut impacter positivement ou négativement votre estime personnelle.
Si vous vous arrêtez à de telles considérations évidemment.

Bien sûr, vous pouvez aussi, et je l’espère pour vous, ne pas ou peu entrer dans ce jeu-là.
Plus facile à dire qu’à faire, mais à ce moment-là, vous êtes gagnant.

Être gagnant dans le processus de comparaison

Être gagnant dans le processus de comparaison, ça veut dire quoi ?

Cela veut dire que vous ne cherchez pas particulièrement à comparer.
Et que vous prêtez attention à vos pensées et ressentis (super important si vous souhaitez améliorer votre estime!)

Alors, si vous entrez dans un processus de comparaison, vous le remarquez.

Et vous pouvez décider de prendre en main ce processus, de le guider à votre convenance. Pour qu’il n’écrase pas votre estime personnelle tellement importante pour votre bonheur et bien-être.

Comment faire ? Eh bien prenez note des similarités et différences qui vous viennent à l’esprit. Sans jugement.

OK l’autre a une grosse maison avec piscine et court de tennis privés.
Et vous un petit appartement.

Et arrêtez-vous là. A quoi ça sert d’aller plus loin ?
Juste à vous dire que vous n’avez pas ce que l’autre a.
L’autre n’a pas non plus ce que vous avez.
Bon et alors ?
Cela vous gêne ?
Vous met mal à l’aise, honteux, en colère ?

Si c’est le cas, si cette comparaison vous procure des émotions négatives, demandez-vous pourquoi. C’est un signe très intéressant pour vous guider

En fait, la comparaison la plupart du temps, elle ne sert à rien.
Du moins, avec la façon dont on la pratique généralement.

C’est à dire pour se juger inférieur ou supérieur à un ou plusieurs autres.
C’est contre-productif. Tout ce que cela vous amène, c’est d’avoir un gros ego mal placé ou de vous enfoncer dans les abysses de la dévalorisation.

Se comparer aux autres peut être pertinent

Là où se comparer à l’autre (ou autres) est pertinent, c’est lorsque l’on se sert de la comparaison comme inspiration.

Voyez le processus de comparaison comme des points de repères.
Cela ne veut pas dire qu’il faut absolument les suivre (ou les fuir).
Ni prendre (ou non) exemple sur les autres.

Les éléments de comparaison qui vous sautent aux yeux, que vous découvrez, sont comme de simples panneaux d’indication sur la route.
Ils sont là.
Vous êtes d’accord avec ou pas ou vous trouvez qu’ils devraient être différents ?
Ça ne change rien.

Voyez la comparaison comme si vous étiez sur un rond point avec plus ou moins de sorties.

Laquelle choisissez-vous de prendre ?

Voulez-vous vraiment prendre une sortie ?

Ou juste faire le tour du rond-point pour voir où il est possible de vous diriger ?
Pour vous donner des idées ?

Peut-être que vous faites juste un tour pour voir et que vous rentrez au bercail.

La comparaison c’est pareil. Comme un rond point.

Vous avez devant le nez d’autres possibilités.
Vous pouvez vous dire que c’est bien, c’est mal, c’est tentant ou repoussant.

Suivez uniquement ce(ux) qui vous inspirent.
Pour prendre exemple sur eux.
Pour vous dire peut-être « tiens, j’aimerai bien ça ».
Et si vous le désirez vraiment, pas juste parce que « ça fait bien de l’avoir ou d’en avoir envie », alors allez-y.
Engagez-vous dans cette voie.
Passez à l’action pour vous en rapprocher petit à petit.

Vous devez absolument vous comparer à cette personne

Donc voilà, en gros, la comparaison est utile, fructueuse, nourrissante lorsque vous vous en servez comme une source d’inspiration.

Pour le reste, il y a UNE et UNE SEULE personne à laquelle vous devez comparer (oui, c’est le titre de l’article et on y vient enfin !)

Cette personne à laquelle vous devez absolument vous comparer c’est…
.
.
.
.
.
Roulement de tambours….
.
.
.
.
.

VOUS

….

j’entends certains se dire Quoi ?! Tout ça pour ça ?!
Lisez la suite

Oui, c’est VOUS la personne à laquelle vous devez absolument vous comparer.

VOUS et VOUS SEUL la grande majorité du temps.

Pourquoi ?

C’est simple.

Parce que vous êtes UNIQUE.

VOUS et VOUS SEUL avez, vivez, expérimentez vos propres paramètres de vie.

Tout votre vécu, vos expériences, vos ancêtres, les personnes que vous avez connues et côtoyez, les lieux où vous avez vécu/vivez, etc.

Alors la plupart du temps, ça ne sert à rien de vous comparer aux autres.

comparer marteau, chaise, patate

C’est comme si vous compariez un marteau avec une chaise et une patate !

Quel intérêt ?

La chaise est tout de même la plus adaptée pour vous asseoir.

La patate pour que vous la mangiez.

Et le marteau pour que vous puissiez bricoler, enfoncer des clous ou démolir des trucs.

Vous asseoir sur une patate ou un marteau, c’est possible, mais c’est pas top quand même.

Manger une chaise ou un marteau, c’est compliqué et pas des plus fameux.

Enfoncer un clou avec une chaise, bon courage. Encore pire avec une patate.
Le marteau est quand même bien plus pratique.

Chaque objet a sa propre fonction.
OK, on peut les utiliser pour d’autres trucs parfois que leur fonction première.
Mais quand même.

Eh ben nous les humains, c’est pareil.
Nous sommes très différents les uns des autres.
Nous avons tous nos spécificités, nos paramètres (passés, présents, futurs).

Pourtant, on s’évertue à se comparer « aux autres ».
Ces autres qui n’ont pas les mêmes spécificités, les mêmes paramètres que nous.

Se comparer à soi OK…. Mais concrètement ?

L’unique personne à laquelle vous devez vraiment vous comparer : c’est VOUS.

Prenez bien conscience du fait que les autres sont uniquement des points de repères.
Ils ne seront jamais plus qu’une inspiration.

Au mieux, les autres ne seront jamais plus qu’une inspiration

Vous ne pourrez jamais être totalement à 100 % (oui c’est pareil, mais c’est pour enfoncer le clou 😉 ) comme une autre personne.
C’est impossible.
Vous êtes unique (biologiquement et de par vos paramètres spécifiques).

OK mais comment savoir alors ce qu’on doit faire, si on est sur la bonne voie, etc. ?

Vous pouvez, oui, scruter les autres comme points de repères.
Mais c’est tout. Juste vous en inspirer.

Pour le reste, cherchez à l’intérieur de vous.
Comparez-vous à vous-même.

Comment vous sentez vous ?
Super ? Bien ? Bof ? Pas top ? Très mal ?

Revenez toujours à vous, à vos ressentis, pour savoir quelle direction prendre.
Pour déterminer si vous êtes sur la bonne voie.

Si vous vous sentez bien, si votre estime est au Top, alors la comparaison avec les autres ne vous touche pas ou peu.
Vous notez simplement les ressemblances et les différences.

Sans jugement.

Vous savez que vous êtes VOUS.
Unique. Spécial.
Extraordinaire : oui, nous sommes TOUS extraordinaire par définition, l’unique étant extra-ordinaire, hors de l’ordinaire.

OK et sinon ?

En situation de comparaison, vous pouvez vous demander :

  • comment je me sens là maintenant ?
  • comment je me sens généralement ?
  • est-ce que je me sens mieux là ?
  • est-ce que je me sens moins bien là ?

Si quelque chose vous interpelle, demandez-vous :

  • quel est mon ressenti par rapport à ce truc ?

Si cette chose déclenche en vous des émotions positives, creusez la question.
Interrogez-vous, et mettez ça en relation avec vos valeurs pour savoir s’il serait intéressant, pertinent pour vous de suivre cette voie.

Si cette chose entraîne des émotions négatives en vous, eh bien vous pouvez soit passer votre chemin, soit prendre le temps de voir ce qui se cache derrière si vous n’en n’avez pas la moindre idée. Cela peut être intéressant pour avoir une meilleure idée de qui vous êtes et évoluer positivement.

Évaluez-vous par rapport à votre ancien moi (sachant que l’ancien, représente ce qui n’est pas maintenant).
Vous seul connaissez intimement votre chemin de vie.
Mesurez, estimez vos propres progrès, votre propre évolution, et cela, par rapport à vous-même.
Vous seul pouvez le faire.

Il ne sert à rien de comparer un marteau, une carotte et une chaise.
Cela n’a pas beaucoup de sens.
Tout comme de vous comparer avec une autre personne.
Comme vous elle est unique. Elle possède ses propres spécificités.

Quand on se compare avec d’autres, on compare des éléments qui en réalité ne peuvent pas se comparer. Chacun est en effet unique.
Les autres peuvent être source d’inspiration oui, c’est là l’avantage de la comparaison qui autrement peut être source de gros ego mal placé (sentiment de supériorité) ou de dévalorisation (estime en berne).
Fiez-vous à vous. Comparez-vous à vous-même.
Prêtez attention à vos ressentis, ayez en tête vos valeurs. Ce sont eux qui peuvent réellement vous guider vers une évolution positive profonde.

La comparaison est-elle pour vous source d’inspiration ou de souffrances ?
Que pensez-vous du fait de se comparer d’abord et avant tout à soi ?

Vous souhaitez faire partie de mes contacts ? Cliquez ici

Cet article vous a plu ?



Téléchargez gratuitement votre livret cadeau
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *