Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Comparaison : l’erreur à ne pas commettre

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 6 minutes

En matière de comparaison, il y a une erreur que l’on commet souvent qui rend le fait de se comparer aux autres d’autant plus nuisible et donc néfaste pour votre estime, votre bien-être, votre bonheur.

Comparaison

Comparaison : l'erreur à ne pas commettre

La comparaison est la grande majorité du temps nuisible.

Car généralement, tout ce qu’elle nous apporte, c’est de mettre l’accent sur nos manquements.

Du style, on est trop ceci, pas assez cela.

Résultat, si votre estime personnelle n’est pas d’un assez bon niveau, vous risquez fort avec la comparaison de la voir réduire.

Idem si vous n’entretenez pas votre estime, si vous n’en prenez pas soin.

Or l’estime de soi est le socle de votre bien-être et donc de votre bonheur.
Elle est donc particulièrement importante.

Se comparer est toutefois logique.

Et en un sens, inévitable.

Pourquoi ?

Parce que c’est grâce à la comparaison que l’on peut évaluer si l’on a des choses en commun avec une ou plusieurs personnes.

Cela nous incite ensuite à vouloir entamer une relation avec cette ou ces personnes.

À faire partie d’un groupe.
Ou à nous en éloigner.

C’est également en nous comparant aux autres, et notamment les personnes les plus âgées que nous, que nous avons pu apprendre des tas de choses en matière de connaissance humaine.

Comme savoir marcher.
Savoir parler notre langue maternelle.
Apprendre que ça ne se fait pas de péter et roter à table (du moins, dans certaines sociétés).

Le problème avec la comparaison, c’est que pour un maximum de gens, elle devient rapidement un indicateur de leur valeur .

La comparaison sert trop souvent d’auto-évaluation.

Est-ce que vous êtes plus que machin ou moins que Tartempion ?

Et si vous êtes « moins bon », alors, si votre estime n’est pas assez solide (si on ne vous a pas montré comment en faire un socle robuste), elle en pâtit gravement.

Et vous vous mettez à penser – et surtout croire – que vous n’êtes pas assez.
Que vous êtes inférieur aux autres.

Ce qui vous amène à souffrir de dévalorisation.


Comparaison : à éviter

Vous devez faire de votre mieux pour sortir de la dévalorisation si vous êtes tombé dedans.

Car la dévalorisation ruine votre estime, et donc votre bien-être.

Elle vous fait vous sentir mal dans votre peau.

Et augmente vos émotions et pensées négatives.

Mais ce n’est pas une fatalité.

Car vous pouvez tout à fait passer du gouffre de la dévalorisation à une bonne estime, saine et durable.

Le tout est d’employer la bonne méthode.
De faire de votre mieux.
Et de persévérer.

Cela passe notamment par éviter au maximum la comparaison.

Vous pouvez arrêter de vous comparer aux autres et faire en sorte de vous comparer uniquement à la seule personne fiable.

Au passage lorsque vous améliorez sainement votre estime personnelle, vous réduisez votre sensibilité au regard des autres.
C’est d’autant plus important en ce qui nous concerne ici que lorsque cette sensibilité est trop grande, la comparaison est est un véritable fléau pour vous.

Donc, tant que faire ce peut : évitez au maximum la comparaison.

Et lorsque vous y êtes malgré tout confronté, ne tombez pas dans le piège de la comparaison dans lequel beaucoup trop s’engouffrent.

Ne commettez pas une erreur qui peut mettre en péril votre estime et votre bien-être si vous n’y prenez pas garde.

Se comparer : l’erreur à ne (surtout) pas commettre

L’erreur à ne surtout pas commettre lorsque vous vous comparez aux autres est très bien mise en lumière par Courtney Carver dans son livre « Soulful Simplicity : How Living with Less Can Lead to So Much More » :

Voici pourquoi la comparaison ne fonctionne pas.
Nous comparons généralement nos débuts avec leurs fins, ou notre monde intérieur avec leur monde extérieur.
Ce n’est pas une comparaison juste [dans le sens équitable]

Elle a complètement raison !

Combien de fois vous-êtes vous senti mal alors qu’en réalité, vous compariez le résultat obtenu par les autres avec vos tout débuts ?

Comme une personne qui fait de la musculation (2h/jour, 5 fois par semaine, depuis 15 ans) avec vous qui débutez tout juste ?

Forcément la personne qui pratique depuis des années, c’est normal qu’elle soit plus musclée que vous !

Mais vous pensez qu’elle est née comme ça ?
Qu’elle s’est mise à suivre ce rythme hop direct sans souci, avec des résultats immédiats ?

Bien sûr que non !

Je le sais.
Et vous le savez aussi.

Le problème est qu’on a tendance à se comparer avec les autres sans tenir compte de l’expérience. De la temporalité. Du processus.

Comparaison : attention à la partie visible de l’iceberg

Peut-être que Tartempion a réussi à s’acheter sa voiture sans emprunter à la banque.
Et vous, vous regardez votre compte courant, votre livret A.

Et peut-être que ça vous déprime.
Que vous vous dites que vous êtes nul car vous n’avez même pas un mois d’avance de côté.

Peut-être aussi que vous vous dites que c’est parce que Tartempion a de la chance lui.
Que même s’il gagne autant que vous (voire moins), forcément, y’a un truc.

Ou alors vous pensez que vous êtes un moins que rien car vous n’avez pas su aussi bien gérer votre argent que lui.

Sauf que Tartempion, il a seulement commencé avant vous à économiser.

Et vous, vous comparez vos débuts avec sa fin.

C’est aussi ridicule que de dire qu’un enfant de 2 ans est nul parce qu’il n’a pas encore eu son bac ! (enfin peut-être pas, j’exagère pour que vous compreniez bien le principe).

De dire à un gamin qui débute le ski qu’il ne vaut rien par rapport au champion de la descente.

Arrêtez de comparer vos débuts avec leurs fins.

C’est comme quand on regarde la réussite d’une personne avec notre vie.

On voit que l’autre a réussi.

Mais c’est seulement l’aboutissement d’un processus.

Si vous n’avez pas débuté le processus, forcément, vous ne pouvez avoir le résultat que le processus procure à la fin du parcours !

Vous ne pouvez pas vous attendre à avoir 6 mois d’économies sur votre Livret A si vous commencez juste à économiser.

Ou espérer ressembler un tant soit peu à Shemar Moore si vous avez à peine débuté la musculation.

La plupart du temps, ce que vous discernez chez les autres, c’est la partie visible de leur iceberg.

Vous ne savez pas tout d’eux.
Souvenez-vous qu’Internet n’est pas le reflet de la vie des autres.

Vous ne savez pas non plus ce qu’ils ont fait pour en arriver là où ils sont.

Arrêtez de comparer ce qui n’a pas lieu d’être : vos débuts avec leurs fins.

Et focalisez-vous sur le fait de vous comparer à la seule et unique personne qui vaille le coup.

Et vous, dans quelle situation avez-vous tendance à comparer vos débuts avec leur fins ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous 🙂

Généralement nuisible à votre estime et donc à votre bien-être et votre bonheur, la comparaison est à éviter au maximum.
Mais lorsqu’il vous arrive malgré tout tomber dans la comparaison, faites en sorte de ne pas tomber dans le piège de commettre l’erreur fatale qui consiste à comparer vos débuts avec leurs fins.

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

🡱
Fermer le menu