Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Vous êtes ridicule ! (Comment gérez-vous la critique ?)

Catégorie(s) : Faire Face | Critique
Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 8 minutes

Vous êtes ridicule ! On vous l’a peut-être déjà dit, ou vous l’avez peut-être senti. Et ce n’est souvent pas agréable. Comment faire pour dépasser ça ?

Vous êtes ridicule !

Vous êtes ridicule ! (Comment gérez-vous la critique ?)

« Vous êtes ridicule ! »

Qu’éprouvez-vous quand vous lisez ça ?

Est-ce que quelque chose se passe dans votre corps ?

Ressentez-vous une tension, de l’énervement ou autre sensation désagréable ?

Si c’est le cas, vous n’êtes pas le seul.

En général, on n’aime pas être critiqué.
On n’apprécie guère d’être la risée.

Mais est-ce qu’on peut dépasser ça ?

L’idée de cet article m’est venu à l’esprit lors de la lecture d’un passage des « Vies parallèles » de Plutarque dans la vie comparée de Périclès et Fabius Maximus, et plus précisément dans la Vie de ce dernier. Plutarque écrit ainsi :

Quelqu’un disait un jour au sage Diogène : « Ces gens te trouvent ridicule. – Mais moi, répondit-il, je ne me sens pas ridicule ! » Car il ne considérait comme vraiment ridicules que ceux qui se laissent impressionner et troubler par la raillerie.

(Diogène est très certainement Diogène de Sinope d’après les notes de lecture, cynique, représenté vivant dans une jarre dans le célèbre tableau de Jean-Léon Gérôme.)

Autrement dit, Diogène face à l’exclamation « Vous êtes ridicule ! » ne s’en formalisait pas et n’y accordait pas crédit.

Il est donc possible de rester relativement serein face à la moquerie : il suffirait de ne pas y prêter attention.

Est-ce pour autant facile ?

Loin de là pour la plupart d’entre nous.

Pourquoi ?

Tout d’abord parce qu’en tant qu’humain nous sommes des êtres sociaux.

Pendant des millénaires, la survie de l’individu dépendait de son appartenance à un groupe. S’il venait à être exclu du groupe, il savait que seul, il courait rapidement à une mort certaine.

Et on a gardé de ça que si l’on nous critique, de quelque façon que ce soit, alors on a le sentiment profond, ancestral, que l’on risque l’exclusion du groupe et donc la mort.

Mais le problème là-dedans, c’est notre rapport au groupe.


Le groupe

Aux débuts de l’Homme, les membres d’un groupe étaient limités en nombre : tout le monde devait se connaitre.

Vraiment.

Ça n’avait rien à voir avec le nombre « d’amis » sur un réseau social.

Et c’était l’opinion de ces gens-là qui comptaient : ce cercle d’intimes dont dépendait la vie de chaque personne.

Maintenant le souci, c’est qu’on a gardé le même fonctionnement ancestral : à savoir, se protéger de l’exclusion du groupe.

Or le monde a beaucoup changé depuis.

Et le groupe ne se limite pas aux connaissances, à la famille.

On peut appartenir à différents groupes déjà, que ce soit le groupe de notre travail, de notre famille, de nos amis, des personnes qui pratiquent les mêmes activités que nous, etc.

Et plus généralement, on appartient aux groupes des humains.

OK.

Mais c’est là qu’on fait la grosse erreur de prêter attention à ce que TOUS les humains (ou presque) peuvent dire de nous.

Ainsi la majorité du temps, dès qu’un autre être humain va faire une réflexion sur nous, de type « Vous êtes ridicule ! », on a notre cerveau qui réagit comme il y a des milliers d’années : on va sentir quelque chose de désagréable se passer en nous.
Que ce soit au niveau physique ou dans notre tête, et souvent les deux.

Du genre on va se sentir honteux et penser qu’on est qu’une m****, ou de la colère en se disant que celui qui dit ça est un c** et en pensant « et puis qu’est-ce qu’il en sait d’abord ? Pour qui il se prend ? ».

Notre groupe

Le fait est que si on peut se dire que l’autre ne nous connait pas, et qu’il juge sans savoir quand il nous critique, le fait est que viscéralement ben… ça nous touche.

Et ça vous touche d’autant plus que votre estime est mauvaise car vous avez au fond de vous un besoin immense d’être accepté, que tout le monde vous aime, et en parallèle vous vous sentez (consciemment ou non) inférieur aux autres.

Donc le problème déjà, c’est d’accorder du crédit à tout le monde ou presque.

L’avis de tout le monde n’est pas important.

Qu’est-ce que ça peut faire ce que peut dire untel que vous ne connaissez pas, que vous ne côtoyez pas régulièrement ou si peu, qui ne connait rien ou pas grand-chose de vous et de votre vie ?

Le problème c’est que souvent, on va prendre violemment les propos de n’importe qui à notre encontre… même si c’est un (quasi) inconnu !

Mais pourquoi accorder du crédit à une personne qui ne sait pas de quoi elle parle ?

Qui ne vous connait pas ?

Comment peut-il se faire une idée réelle de vous, de qui vous êtes, alors qu’il ne vous côtoie pas ou peu ? Alors que parfois, il ne vous a même jamais adressé la parole et se base sur ce que d’autres ont pu lui rapporter ? Et ces mêmes autres, si jamais vous venez à apprendre de qui il s’agit, vous connaissent-ils vraiment ?

  • Une bonne solution pour réduire l’impact que la critique a sur vous est de vous demander si la personne qui l’exprime fait partie de votre groupe personnel.

C’est-à-dire du nombre de gens qui, vous l’estimez, vous connaissent bien.

Déjà, ça réduit énormément le nombre de personnes dont l’avis compte potentiellement.

Si cette personne n’appartient pas à votre groupe personnel : son avis n’a pas d’importance.
C’est un jugement basé sur du vent, ou presque.

Pouvoir

La critique est en fait une question de pouvoir : quel pouvoir donnez-vous aux gens ?

Et à quels gens le donnez-vous ?

Lorsque l’on réagit à une critique avec des émotions, sensations, pensées désagréables, cela veut dire que l’on donne le pouvoir à l’autre d’avoir cet effet là sur nous.

Mais pourquoi ?

Est-ce que ça a du sens ?

Est-ce que cette personne est omnisciente ?
Est-ce que c’est Dieu ou la source ou je ne sais quoi qui connaitrait tout sur tout ?

Non.

Bien sûr que non.

Et pourtant on lui accorde du crédit.

Pire.

On donne à la personne qui nous critique, qui ne fait peut-être même pas partie de notre groupe personnel, le pouvoir de nous mettre dans tous nos états.

On lui donne à cette personne le pouvoir d’avoir une influence négative sur nous.

Ça n’a aucun sens, aucune logique la plupart du temps !

Il est bon de se rappeler que la personne qui critique émet un jugement qui est souvent subjectif.

C’est son impression a elle avec ses critères à elle, sa grille de jugement à elle, son vécu à elle.
Elle n’est pas omnisciente.

Donc elle n’a pas forcément raison.

Comment faire pour ne pas donner ce pouvoir à la personne qui nous critique ?

  • Il faut se rappeler que lorsque la critique nous touche, cela implique que l’on donne du pouvoir à l’autre : veut-on lui donner ce pouvoir ?

Rien que ce petit truc à se rappeler lorsqu’on se sent impacté négativement par une critique peut nous aider à retourner à notre état normal. Petit à petit, on peut même parvenir à se poser la question juste après la critique et avant notre réaction afin de rester calme.

Interprétation et vérité

Lorsque quelqu’un nous critique, comme on perçoit que c’est un avis négatif porté sur nous-même, une réprobation, on sent comme une obligation de s’offusquer.

De montrer qu’on n’est pas d’accord.

Mais ne pas réagir peut aussi être une solution et ne signifie pas que l’on est d’accord.

Il ne s’agit que d’interprétation : un silence de votre part après une critique formulée à votre encontre peut être perçu comme un signe d’approbation ou au contraire comme un signe que vous vous fichez de ce que l’autre peut avoir comme opinion sur vous.

C’est un choix.

Demandez-vous par ailleurs si la critique qu’on vous fait est vraie.

Notre ego peut en effet se rebeller et ne pas être content lorsque quelqu’un dit sur nous quelque chose qui est vrai.

Mais si c’est vrai, pourquoi nous mettre dans tous nos états ?

C’est quelque chose que conseillent les philosophes stoïciens.

Tout comme le fait de considérer la source de la critique.

  • À quel point la personne qui nous critique est-elle bien informée sur le point qu’elle critique chez nous ?

Si cette personne ne fait pas partie de votre groupe personnel, la réponse est très certainement mal informée ou pas du tout.

Si cette personne en fait partie, cela ne signifie pas qu’elle est au fait de tous les aspects de votre vie et de qui vous êtes. Elle peut vous connaitre sur certains plans, mais pas sur d’autres.

Donc vous pouvez écouter ce que ces personnes ont à dire, mais cela ne signifie pas que vous devez être d’accord avec elles.

Si vous n’êtes pas d’accord, notamment parce qu’elles sont mal informées, pourquoi s’en offusquer ?

Plus facile à dire qu’à faire oui et encore une fois, la persévérance vous sera d’une aide précieuse pour développer une réaction moins désagréable, plus neutre.

Lorsque quelqu’un vous critique, vous dit des choses du style « Vous êtes ridicule ! », vous pouvez modifier votre réaction, ne pas donner de pouvoir à cette critique afin de vivre plus sereinement. Pour vous y aider, vous pouvez améliorer votre estime personnelle.

Et vous, quelle est généralement votre réaction lorsqu’on vous critique ? Qu’avez-vous ressenti en lisant le titre de cet article ?
Dites-le moi dans les commentaires ci-dessous.

Lorsque quelqu’un vous critique, cela peut vous faire mal.
Mais rappelez-vous que c’est son opinion qu’il projette sur vous : c’est un simple jugement et pas forcément la vérité.
Est-ce que ce que cette personne dit sur vous est vrai ? Vous connait-elle vraiment ?
Vous pouvez choisir de donner ou non à l’autre le pouvoir d’avoir un effet négatif sur vous avec ses paroles

Cet article vous a plu ?



Livret 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même Vous êtes libre de télécharger gratuitement mon livret
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et
acquérir une bonne estime de vous-même »

Bonne estime = plus de confiance en soi, moins de stress, etc.


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.