Envie d’être davantage vous-même
pour vous sentir mieux dans votre peau
(sans vous faire rejeter par les autres) ?
Et recevez mon cours offert qui vous donne les clés pour améliorer votre vie

Réussite : partie visible de l’iceberg

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 10 minutes

La réussite, ça fait envie, on veut l’atteindre. Pourtant, y parvenons-nous ? Parfois, elle nous parait trop éloignée et cela nous décourage. d’autant que pour d’autres, elle semble tellement facile.

La réussite

réussite et iceberg

La réussite est le Graal à atteindre pour beaucoup.

Parce qu’elle nous apporte succès, gloire et souvent reconnaissance.

Du moins, c’est ce que l’on pense.

On veut rencontrer le succès, la réussite.
Mais pour nous, qu’est-ce que cela représente au juste ?

Est-ce que parfois (ou souvent ?) on ne se cantonne pas à la définition de la réussite prônée par la société ? Par les médias ?

C’est un leurre.
Vous faites probablement fausse piste si c’est le cas.

Car en réalité, la réussite est une notion très personnelle, intime.
Vous seul pouvez déterminer quelle est pour vous la réussite.
Votre réussite.

Réussir notre vie, nous le souhaitons tous.

Pourtant, le succès peut paraitre inatteignable, trop lointain.
Le chemin de vie que l’on a à parcourir pour atteindre la réussite peut nous sembler peu sûr, avec une visibilité quasi nulle.

La réussite peut nous faire peur.
Parce que si à l’heure actuelle on estime ne pas l’avoir atteinte, ni être sur la voie de la réussite, on se dit qu’il cela va nous demander beaucoup d’investissement.

Comme changer quelque chose dans notre vie.

Et en premier lieu, nous-même.
Cela peut nous faire peur car cela challenge notre identité.

Pourtant, si vous êtes bien au clair sur la réussite que vous souhaitez atteindre, sur les cases à cocher pour y parvenir, alors le changement véritable est possible.

Changer profondément, véritablement, c’est changer pour devenir soi.
C’est-à-dire la personne que l’on est réellement au fond de nous.

Au-delà de cela, une perception erronée de la réalité peut nous détourner du chemin de la réussite.

Réussite et réalité

On peut en effet avoir l’impression que d’autres sont beaucoup plus chanceux que nous.
Que pour eux, tout est bien plus facile dans la vie.
À tous les niveaux ou presque.

Oh bien sûr, ces autres ont leurs petits soucis.
Mais ce serait un peu comme comparé un problème de vernis à ongle écaillé à un accident rendant tétraplégique !

Du moins, c’est comme cela qu’on peut le ressentir parfois.
Que les problèmes des autres sont tellement mineurs par rapport aux nôtres.
Et oui, cela peut être le cas.
Mais pas forcément.

Notre perception de la réalité est erronée.
On ne peut entrevoir l’ensemble de la réalité.
Seulement la nôtre.
Un peu comme l’histoire de la Tour que mon prof de philo nous avait raconté.

Vous ne pouvez pas avoir conscience de l’ensemble des paramètres d’une autre personne.
Et quand bien même. Vous n’êtes pas elle.
Vous ne pouvez donc percevoir à 100% les choses comme elle.

Donc dites-vous bien que ce n’est pas parce que vous pensez avoir moins de chances, plus de problèmes que d’autres, que c’est réellement le cas.

Alors oui encore une fois ça peut l’être.
Et alors ?

Est-ce pour autant que vous n’avez pas droit à la réussite ?

Vous allez peut-être me dire que « oui mais c’est plus difficile pour moi ».
Sans doute.

Pour autant, est-ce une raison de baisser les bras ?
De se dire que votre vie est merdique, que la réussite n’est pas pour vous ?

Nous avons tous nos difficultés plus ou moins importantes.
Peu importe celles des autres.

C’est comme le nombre d’heures dans une journée.
Nous ne sommes pas tous égaux, il faut faire avec.
C’est pas juste oui, mais c’est comme ça.

La réussite, c’est pour les autres ?

Corolaire de cette façon de penser (que les autres ont plus de chances que nous) : que tout est plus facile pour eux.

On peut se dire que la réussite, c’est pas pour tout le monde.
On peut en avoir la certitude ou du moins l’impression.
Et on peut en venir à se dire que la réussite, ce n’est pas pour nous.
Seulement pour les autres.
Seulement pour les chanceux (dont on ne fait pas partie).

C’est faux.

La réussite, c’est pour tout le monde.
Tout le monde peut atteindre la réussite dans sa vie, le succès.

Le tout est de bien comprendre encore une fois que cette notion est très personnelle.

On peut ainsi voir une actrice gagner des dizaines de millions de dollars par an, mariée, avec des enfants, qui a réussi sa vie… Du moins c’est l’impression que l’on en a, elle seule pourrait nous le dire.
Et on peut aussi avoir un homme qui s’éclate à développer des jeux vidéo, ce qui représente pour lui la réussite.
Ou encore une tierce personne pour qui la réussite, c’est simplement d’avoir du temps pour elle, même si elle gagne peu.

Du moment que l’on prend conscience que la réussite, c’est à nous de la définir.
Pas à la société, pas à quiconque d’autre.
Alors on a déjà réalisé un premier grand pas pour l’atteindre.

La réussite n’a pas besoin d’être grande.
Elle doit juste être conforme à nos aspirations profondes.

Et nous rendre heureux.

Donc la réussite non, ce n’est pas uniquement pour les autres.
Qu’ils aient plein de chance ou non.

C’est aussi pour vous.
Et il n’y a que vous pour vous l’offrir.

La réussite demande de l’engagement

La réussite demande avant toute chose de l’engagement.
De l’envie.
Une envie viscérale, profonde, qui vous prend aux tripes.

Et pas juste genre « ah ouais j’ai envie de réussir… tout comme j’ai envie de m’enfiler un paquet de chips là ».

Une fois que vous avez déterminé pour vous ce qu’est la réussite.
Vous allez devoir en poser les jalons.
Au moins les premiers.

Demandez-vous quelle est la plus petite action que vous pouvez entreprendre rapidement afin d’avancer sur le chemin de votre réussite.
Et agissez en conséquence.

La réussite, ce n’est pas juste y penser très fort, l’espérer.
Et ne rien faire (ou pas grand-chose) pour l’atteindre.

Mais parfois on est découragé.
Parce que le parcours que l’on a esquissé pour atteindre notre succès semble long, fastidieux.
Et il y a tellement de choses plus faciles et divertissantes à faire à tout instant !

Mais comprenez bien que parvenir à votre but exige de l’engagement.
De la persévérance. De la volonté. De la motivation.

Et surtout, un Pourquoi/Pour quoi important.

Car c’est ça qui vous fera avancer vers votre réussite régulièrement.
Même quand vous n’avez pas trop envie.

Bien sûr, cet engagement vers votre réussite implique de faire des choix.
Oui, vous devez choisir.
Faire le tri.
Déléguer ou éliminer certaines tâches.
Certaines choses que vous aimez faire.
Certains trucs que vous aimeriez vous offrir.

Je ne dis pas de faire uniquement des choses en rapport avec votre réussite.
Mais une majorité.
Ce ne sont pas des sacrifices que vous faites pour atteindre vos objectifs, votre réussite.
Mais des choix conscients.
Des arbitrages.

Vous vous dites peut-être encore oui, mais c’est plus difficile pour moi

La réussite, partie visible de l’iceberg

Oui encore une fois c’est possible.
Mais plus difficile pour vous que qui ?

Si ça se trouve, vous faites fausse route en pensant que c’est plus facile pour les autres.

C’est facile de penser que pour les autres tout est facile justement.
Bien plus aisé que pour nous.

Cela permet de ménager notre (gros) ego.

On voit d’autres en pleine réussite.
Ils communiquent là-dessus (ou on communique pour eux) dans tous types de médias, y compris les réseaux sociaux.
(Au passage, la majorité des gens sur ce type de médias vous montre uniquement ce qu’ils ont envie de vous montrer. Leurs instants de « réussite ».)

Et on se dit, pfffiou non mais moi j’y arriverai jamais.
C’est facile pour X et Y, c’est naturel chez eux, pour moi c’est beaucoup plus dur
.

Encore une fois, c’est possible.

Mais souvent la vérité, c’est qu’on est aveugle.
On ne veut pas voir ce qui se cache sous la réussite.

Car la réussite, c’est la partie visible de l’iceberg.

Réussite : partie visible de l’iceberg

90% du volume d’un iceberg est immergé, autrement dit situé sous la surface de l’eau.
Donc on en voit que 10%, qu’une petite partie.

La réussite des autres, c’est pareil.

Souvent on voit uniquement les 10%.
C’est-à-dire le résultat : ce que l’on juge être le ou les signes de leur réussite.

On ne voit pas les 90% restants.
Les 90% d’engagement, d’efforts, de persévérance que les autres ont dû déployer pour en arriver là.
On voit simplement le résultat.
Et on peut se dire que ça a l’air facile pour eux.

Alors que pour de nombreuses personnes, non ce n’est pas facile.
Et cela n’a pas été aisé d’en arriver là.

Les 90% qui comptent

On voit souvent seulement la partie visible de l’iceberg.
Les 10% qui représentent la réussite.
Et cela fausse notre perception.

Car ce sont les 90% restants qui comptent un maximum, cachés sous l’eau pour l’iceberg, à notre vue pour les autres.

Les 90% dont on n’a pas été témoins.
Les 90% qui ont souvent demandé beaucoup de temps, d’énergie, de ressources.

Un peu comme après plusieurs années d’études on passe un examen.
On réussit.
Et la majorité, les 90% pour en arriver là, ce sont les nombreuses années d’études.
Et ce sont ces 90% qui ont été les plus durs.

Voyez par exemple cette citation du champion d’athlétisme Usain Bolt :

J’ai travaillé dur au fil des années, j’ai été blessé et j’ai travaillé encore plus dur, et je l’ai fais.

Vous vous dites peut-être oui, Usain Bolt OK mais c’est loin de nous.

Il y a quelques mois, je discutais avec un gars et lui disais que je faisais du Tai-Chi quotidiennement. Je lui ai montré quelques enchaînements.
Il s’est dit intéressé, expliquant que ça lui dirait bien d’en faire aussi.

Puis il m’a demandé combien de temps ça m’avait pris pour apprendre les enchaînements.
Je lui ai répondu environ 8 mois et que d’autres étaient plus rapides.
Tout dépend du temps que l’on y consacre.
Et là il m’a dit « ah non, pfff c’est trop long ».
Trop long…
S’il avait commencé alors, il serait à l’heure actuelle capable lui aussi de faire du Tai-Chi régulièrement.

Autre exemple.
Un ami à moi a couru en fin d’année dernière son 1er marathon.
Une superbe expérience pour lui.
Il a repris son entrainement dès début janvier pour en courir en autre à l’automne suivant.

Les 10% sans les 90% ? Oubliez !

Parce que pour parvenir à courir un marathon, ça prend des mois de préparation intense, physique et mentale. Et cela demande également de faire attention à son alimentation.
La préparation pour un tel évènement est énorme.
Je n’imagine même pas.
J’admire son résultat et suis contente de sa réussite.

Mais je ne me dis pas que « pour lui c’est facile ».
Non.
Car il en a bavé et en bavera encore pour faire ce qu’il aime.

Le problème c’est que très souvent, on veut atteindre les 10% sans les 90%.
C’est impossible !

Mais notre ego lui aime bien cette idée.
D’avoir rapidement un résultat concret.
Ça le fait suer d’avoir à fournir des efforts.
D’autant plus que la durée de ces efforts est longue.
Et que l’issue est incertaine

On accuse les autres d’un truc (oh, c’est facile pour eux) alors qu’au fond de nous, ce qu’on aimerait tant, c’est que ce soit super facile pour nous.

On est de plus en plus habitué dans nos sociétés à avoir du rapide, à faire du rapide.
Car il « faut » faire toujours plus, toujours plus vite.

Mais cela entraine une addiction à la gratification immédiate, véritable piège.

Et c’est cela souvent qui nous empêche d’atteindre la réussite.
Notre réussite.

Car on se focalise sur le visible des autres (les 10%) et pas sur les 90% que la plupart du temps, nous ne sommes pas prêts à faire. Là-dedans, il y a des trucs qui ne nous enthousiasmeront pas, on le sait.

La réussite que vous souhaitez atteindre demande un engagement plus ou moins important.
Et vous avez des chances de rencontrer le succès uniquement si vous réalisez d’abord les 90%. Mais le voulez-vous ?

Souvent on se dit qu’on veut parvenir à faire des trucs, mais c’est juste parce que « ça fait bien ». On n’en n’a pas vraiment envie au fond.
Pas parce que c’est plus facile pour les autres et plus difficile pour nous.
Mais parce qu’on n’a pas réellement la motivation, le Pourquoi/Pour Quoi au fond de nous qui nous aideront à accomplir les 90%, la partie immergée de l’iceberg.

Avez-vous tendance à vous focaliser sur la partie visible de l’iceberg, sur les 10%, et à baisser les bras lorsque vous réalisez les 90% qu’il faut faire avant pour parvenir à la réussite ?

La réussite est une notion très personnelle. Elle peut être plus facile pour certains que pour d’autres, oui. Mais souvent, notre ego nous joue des tours. On veut la partie visible, les 10% qui brillent, sans avoir à réaliser les 90% préalables, la partie immergée de l’iceberg qui est pourtant essentielle à la réussite.

Envie d'atteindre facilement vos objectifs ?



Méthode TADÉA pour fixer et atteindre vos objectifs Je vous offre la
« Méthode TADÉA pour fixer et
atteindre vos objectifs »
Méthode TADÉA = simplicité et flexibilité


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *