Envie d’être davantage vous-même
pour vous sentir mieux dans votre peau
(sans vous faire rejeter par les autres) ?
Et recevez mon cours offert qui vous donne les clés pour améliorer votre vie

Le bonheur, une quête censée ?

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 7 minutes

Nous sommes nombreux à rechercher le bonheur dans notre vie. Mais parfois, on peut avoir l’impression de lui courir après sans jamais parvenir à l’attraper vraiment.
Serait-ce une quête vaine ?

Le bonheur, une quête ?

Le bonheur, une quête censée ?

Le bonheur est fortement lié aux émotions et ressentis positifs.

Quand on pense au bonheur, des termes comme joie, satisfaction, plaisir, plénitude, bien-être peuvent nous venir à l’esprit.

Du coup forcément on cherche à l’expérimenter au maximum.

Et cela d’autant plus que la société, les médias nous poussent à être heureux.
« Il faut être heureux ! » nous assène-t-on régulièrement.
Sinon, c’est pas bien !

Cela semble être du bon sens, mais cela sonne comme un ordre impératif auquel nous devons absolument nous conformer sous peine de ne pas être quelqu’un de bien, quelqu’un qui est assez

Et ça, ça peut nous mettre la pression !
Dès que l’on ne se sent pas heureux, que l’on constate « oh mince, là à la seconde même, je vis une expérience désagréable, je ne suis pas heureux, pauvre de moi… » on peut se sentir coupable justement.

Coupable de ne pas nous conformer à ce que l’on nous dit d’être, de ressentir, en plus concernant quelque chose de positif, bien pour nous.

Alors on s’évertue à tout prix à le trouver le bonheur, à nous diriger vers lui, à faire tout un tas de trucs pour l’atteindre.

Ainsi, on peut en venir à entamer une quête vers le bonheur.
Cela parait sympa dit comme ça.
C’est un objectif louable.

Allez hop, lançons-nous là-dedans !

La quête vers le bonheur : attention à la tromperie !

Nous entamons donc notre quête vers le bonheur.
Mais par où commencer ?

Pour ça, pas de problème, on nous donne plusieurs pistes.

Il faut réussir. Et cela, la société et les médias se chargent de nous dire ce que représente la réussite, ce qu’il faut faire, être, avoir pour l’atteindre.

Il faut en effet avoir et faire plein de trucs qu’on nous dit que c’est bien d’avoir et faire… même en dehors de la réussite !
Là encore, la société, les médias, (votre entourage peut-être même) se chargent de vous indiquer vers où vous tourner.

Halte !
Si vous vous embarquez là-dedans, vous êtes perdu !
Votre quête est vaine.

Car en réalité, la réussite est une notion très subjective et on peut perdre une bonne partie de notre vie si ce n’est notre vie tout entière à chercher une réussite qui n’est pas la nôtre.

La notion de réussite est sur propre à chacun.
Et la réussite que l’on perçoit chez les autres représente souvent la partie visible de l’iceberg.

L’aspect matériel du bonheur est lui aussi illusoire dans une certaine mesure.
Ce n’est pas parce que vous aurez des robinets en or que vous serez plus heureux.
Ni parce que vous avez 100 paires de chaussures ou 3 voitures de luxe.

Idem pour l’aspect « faire ».
Ce n’est pas parce que vous vous évertuez à faire plein de choses que cela vous rendra heureux.

Pour en revenir à la quête du bonheur, le truc c’est qu’une quête représente l’action de chercher quelque chose.
Et la quête se termine lorsque l’on a trouvé la dite chose recherchée.
Puis on passe à autre chose.

Le bonheur, une expérience

Donc on pourrait croire qu’une fois le bonheur trouvé, hop c’est bon c’est plié, on est heureux, on passe à autre chose…

Mais le bonheur, est-ce qu’une quête nous permettra vraiment de l’atteindre ?

Le fait est que le bonheur n’est pas un truc que l’on attrape, que l’on met dans sa poche et que l’on conserve soigneusement à l’abri et dont on peut alors profiter continuellement.

Ce n’est pas un objet.
Ce n’est pas quelque chose que l’on fait.
C’est un état.

Le bonheur est un état que nous expérimentons.
Une expérience que nous vivons.

Du moins, que l’on essaye de vivre.
Le bonheur peut très bien s’en aller et revenir, comme une entité à part entière.
On peut même jamais le trouver, l’expérimenter.

Vous recherchez peut-être la solution universelle pour être heureux ?
Un petit tour sur cet article devrait vous éclairer.

En fait, le bonheur est quelque chose de très personnel.
Unique. Propre à chacun d’entre nous.
On ne peut l’emprunter (encore moins le voler) à autrui.
L’inverse étant également vrai.

Oui on peut entamer une quête vers le bonheur, surtout si on ne se sent pas heureux.
Mais penser que une fois que l’on aura ceci et cela, que l’on aura fait ceci et cela, alors nous serons heureux… cela peut nous mener droit dans le mur !

Pourquoi ?

Parce qu’on peut passer notre vie à cette quête.
Sans assurance que l’on trouvera enfin le Graal (le bonheur) et que l’on pourra ensuite en profiter pour le restant de nos jours.

On peut se rendre compte au bout d’un certain temps, parfois des dizaines d’années, que finalement, nous avons vécu uniquement pour cette quête et que nous ne l’avons toujours pas atteinte.

Et cela nous heurte au plus profond de nous.

Gâcher sa vie dans la quête vers le bonheur ?

C’est bien là tout le paradoxe.

On peut perdre sa vie, la gâcher à vouloir à tout prix connaitre le bonheur.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas le rechercher.
Bien au contraire.
Je pense que tout le monde devrait faire en sorte de se sentir le plus heureux possible.

Mais le point sur lequel je souhaite insister, ce que l’on ne doit pas sacrifier sa vie à cette quête.

C’est-à-dire ne pas vivre comme on le voudrait, faire plein de sacrifices, se priver de tas de choses rien que pour atteindre ce Graal du bonheur.

Car on risque bien de s’y brûler les ailes dans cette quête qui peut être vaine.

Comment faire alors ?

Comment parvenir à atteindre le bonheur, à l’expérimenter, le vivre si la quête que l’on poursuit vers lui nous prend beaucoup (trop) de temps ?

Déjà, il faut bien avoir en tête que tout le monde mérite d’être heureux.
De connaitre le bonheur.

Ensuite, comme on l’a vu plus tôt, il faut vraiment être au clair sur la réussite.
Faire le point sur ce qu’elle représente pour nous, nous guidera beaucoup vers le bonheur.

Puis bien se mettre en tête que ce ne sont pas les achats, les biens et possessions matériels qui nous feront effectivement connaitre le bonheur.

Oui, ils peuvent y contribuer.
Mais dans une mesure bien moins grande qu’on ne l’imagine.

Souvent, un achat nous rend heureux ou plutôt comble un de nos besoins pendant un certain temps et puis pouf, sa possession ne nous fait plus grand-chose. Et on a besoin d’un autre achat pour connaitre à nouveau un petit moment de plaisir, un achat qui nous donne l’espoir que sa concrétisation nous rendra plus heureux.

Pensez-y.

Combien de choses matérielles avez-vous eu vraiment envie, pour lesquelles vous avez attendu parfois longtemps avant de les avoir enfin, et que vous appréciez encore réellement ? Qui vous donnent de la joie, de la satisfaction, de la gratitude à chaque fois que vous les utilisez, que vous les voyez ?
Pas tant que ça j’en ai bien peur…

Le bonheur est en chacun de nous

Le bonheur est en fait présent en chacun de nous.
Et plus précisément, sa potentialité.

Je ne dis pas que les choses matérielles et toutes les activités ne servent à rien et ne nous rendent pas heureux.

Non.

Simplement qu’on leur prête beaucoup plus de pouvoir qu’ils n’ont en réalité sur notre bonheur.

Est-ce que le fait d’avoir 4 genres de service de table différents nous rend plus heureux que si on en avait moins ?

Peut-être que vous mettez sur le compte de votre quête vers le bonheur une bonne partie de vos achats et activités.

Alors qu’en fait, ce ne sont que des leurres que vous vous appropriez parce qu’ils sont bien plus confortables que ce qui se cache en-dessous.

Il peut arriver qu’avec nos activités et achats, on cherche à combler un ou plusieurs besoins beaucoup plus profonds que la nécessité que l’on perçoit par exemple à avoir une énième tenue en plus…

Sachons profiter de l’instant, la quête vers le bonheur peut être un long chemin et mieux vaut l’apprécier sous peine de se retrouver bourré de regrets à un certain moment de notre vie…

Pensez-vous profiter de votre vie ou bien en sacrifiez-vous une bonne partie pour espérer à un moment donné être enfin heureux ?

Le bonheur, nous sommes beaucoup à le chercher pour l’expérimenter. C’est logique, normal. Car être heureux nous fait nous sentir bien. Mais parfois, on peut gâcher notre vie à faire tout un tas de sacrifices pour connaitre au bout le bonheur alors que l’issue de notre quête est incertaine…

Vous souhaitez faire partie de mes contacts ? Cliquez ici

Cet article vous a plu ?



Téléchargez gratuitement votre livret cadeau
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »

2 Commentaires

  1. Magnifique article ! Pour moi, le bonheurest sur sur le chemin et le plaisir de chaque action que l’on fait. Même les plus banales et les plus simples. Et j’adore quand tu dis « N’attendez pas la fin de votre quête pour être heureux » ou quelque chose dans le genre.

    Comme tu le dis, on en sait pas combien de temps ça nous prendra d’atteindre notre but, de pouvoir achter la maision de nos rêves, d’avoir un conjoint et des enfants, etc… Pourquoi ne pas savourer déjà notre vie ici et maintenant, voir toutes les belles choses que nous avons déjà et être excité de chaque pas que nous faisons pour nous rapprocher de notre but ?
    Pour moi, l’objectif final que nous voulons n’est qu’une excuse pour trouver une réponse simple et compliqué à la fois : Comment être heureux ?

    Merci pour cet article ! 😉

  2. Salut ,

    merci pour ce commentaire, belle contribution !
    effectivement prendre conscience que le bonheur peut se trouver et s’apprécier au quotidien et que l’on n’est pas obligé d’attendre d’atteindre un résultat futur hypothétique est vraiment super important, notamment pour éviter le « j’ai gâché ma vie ».

    Très bon week-end à toi 😉


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *