Menu Fermer
Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie
Temps de lecture moyen : ~ 8 minutes
Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)

Obéissance vs discernement

Il est important dans la vie de savoir faire la distinction entre obéissance et discernement, la seconde aidant à déterminer si la première est juste.

Obéissance

Obéissance vs discernement

Obéissance rime avec le fait de faire ce qui est commandé par une personne d’autorité.

Un employé obéi à son patron comme un enfant à son parent ou professeur.

L’obéissance est nécessaire dans de nombreux pans de la vie.

Ordre et obéissance vont de paire.
Sinon, c’est le chaos.

Car tout le monde ne peux pas décider de tout, tout le temps.
Et certains doivent se charger de faire ce qui a été décidé par la ou les autorités compétentes dans le domaine concerné.

Lorsque l’on évoque l’obéissance, cela concerne le fait que dans une relation, celui est positionné de façon inférieure va se conformer à ce que celui qui est positionné de façon supérieure lui impose.

Il va sans dire que par l’expérience, on se rend compte que l’obéissance est nécessaire dans beaucoup de cas.

Mais qu’elle n’est pas forcément facile à obtenir.
Ni à suivre.

Car elle implique de laisser de côté son jugement pour se conformer en tout point à ce que demande la personne qui ordonne.

Or, la personne censée obéir peut estimer que ce qui lui est demandé n’est pas équitable par exemple.

Pourquoi serait-elle la majorité du temps chargée des corvées alors que d’autres du même rang sont beaucoup moins sollicités pour ce type de tâche ?

Pourquoi obéir au professeur et rester calme à l’écouter alors que ce qu’il dit ne m’intéresse pas et que je préfère dessiner ?

Mais obéissance n’implique pas équité.

Ce n’est pas pour autant qu’il faudrait absolument désobéir lorsque ce qui est ordonné n’est pas équitable.

Car il faut bien que certaines personnes se chargent des corvées.
Et que les élèves soient relativement calmes pour que toute la classe puisse écouter, comprendre et apprendre ce que le professeur a à enseigner.


Discernement

Oui mais voilà, l’obéissance à tout prix n’est pas la solution.

Elle peut être un poison, tant pour l’individu que pour la société dans son ensemble.

Comme le disait le philosophe Alain :

Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l’obéissance il assure l’ordre ; par la résistance, il assure la liberté.

D’où l’importance de faire preuve de discernement en matière d’obéissance.

Car comme le souligne Antoine de Saint-Exupéry, auteur du célèbre livre « Le Petit Prince » :

J’ai le droit d’exiger l’obéissance, parce que mes ordres sont raisonnables.

Donc si les ordres ne sont pas raisonnables, l’obéissance ne tient plus.

Il convient alors de résister pour maintenir la liberté.
Et en premier lieu savoir dire non.

Lorsqu’un ordre est donné d’en haut, il convient donc régulièrement de se demander si cet ordre est raisonnable. Ou excessif.

Auquel cas on peut proposer que l’ordre soit revu pour être plus raisonnable.

Et si cela n’est pas possible, prendre son courage à deux mains pour résister.
Pour ne pas se soumettre à un ordre injuste qui entraverait par exemple la liberté.

Plus on obéit aveuglément à des ordres déraisonnables, plus on perd en liberté.
Et plus celui qui donne des ordres va avoir tendance à exiger une obéissance aveugle et s’entêter dans le déraisonnable.

Pour l’écrivain Ahmed Khiat :

Il y a souvent une ligne de démarcation entre obéissance et soumission, mais pas entre obéissance aveugle et servitude.

L’obéissance aveugle, c’est-à-dire sans discernement, conduit à la servitude.
Autrement dit, à une forme de condition d’esclave, réduisant la liberté dont l’on jouissait précédemment.

Obéissance vs discernement : juste

Lorsque l’ordre donné auquel on doit logiquement obéir empiète sur la liberté, il faut se questionner et faire appel à son discernement.

Et cela pour ne pas tomber dans le piège de l’obéissance aveugle qui consiste à obéir et faire ce qui est demandé même si ce n’est pas juste, éthique.

Évidemment ici, on ne parle pas du fait que l’on trouve injuste de payer autant d’impôts ou des choses de cet ordre. Même si le niveau d’imposition peut ne pas être équitable par ailleurs.

Il s’agit d’exercer son sens critique pour savoir si une partie de la population serait discriminée par exemple, pointée du doigt.

Serait-il normal que des français n’étant pas blancs de peau aient moins de liberté et droits ? Devrait-on obéissance – et par extension acquiescement – à un tel ordre émanant de l’autorité le cas échéant ?

Ou serait-il plus juste et éthique de s’y opposer ?

En matière d’obéissance, tout ce qui touche à la liberté de soi ou d’autrui, à la discrimination, doit être questionné.

On doit donc faire preuve de discernement.
Et pour cela, vous pouvez faire appel à votre sens critique, à votre bon sens.

De quel bois êtes vous-fait ?

Avez-vous une tendance à l’obéissance aveugle qui mène à la servitude ? (La vôtre et celle des autres).
Savez-vous distinguer le bien du mal ?

Plus votre estime est basse et plus vous avez de risques de tomber dans l’obéissance aveugle.
Notamment parce que vous êtes trop sensible au regard des autres.

Faire montre de discernement implique de connaître vos valeurs, ce qui est important pour vous, et de les respecter, donc de vous respecter.

Garde-fous

Vous devez savoir mettre en balance votre convenance personnelle et votre conscience, votre éthique.
Laquelle privilégiez-vous ?

C’est dans la nature humaine que de pousser toujours plus loin le pouvoir que l’on a pour obtenir l’obéissance. Sans garde-fou, celle-ci peut être testée à l’extrême. Et exigée là où elle n’a pas lieu d’être.

Dans nos sociétés, des représentants existent. Représentants du personnel et des patrons dans le monde du travail, représentants des citoyens au niveau de l’État.

Les garde-fous sont donc censés être là.

Les représentants sont élus pour la plupart par ceux qu’ils sont censés les représenter.

Si l’on prend l’exemple des représentants politiques du peuple, on peut raisonnablement penser qu’ils rendent des comptes au peuple.

Or dans la réalité, ils rendent aussi des comptes à d’autres.
Comme les banques qui financent leur campagne et leur parti.
Parti auquel beaucoup appartiennent et dont ils sont dépendants.
Car le parti leur offre ses moyens de communications, ses militants, sa force de frappe, une certaine notoriété et légimité, etc.

De façon générale, la dette fait accepter beaucoup de choses à bien des gens.
D’où l’importance de gérer au mieux sont argent pour être moins stressé.

Il faut toujours garder à l’esprit que la main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit.

Ce qui implique que la main qui donne peut exiger obéissance de celle qui est en-dessous, en position inférieure.

On ne peut pas tout savoir sur tout.

On est bien obligé de faire confiance à certaines personnes, organismes, représentants pour beaucoup de choses.

Mais lorsque cela touche aux fondamentaux de l’humain, de la vie des citoyens ou d’une partie d’entre eux, le discernement est plus que nécessaire.

Ne soyez pas une grenouille

Dans le meilleur des mondes oui, on pourrait faire confiance aux représentants.
Car ils sont censés obéir au peuple qui les a élu, afin de les représenter justement.

En réalité, il arrive plus souvent qu’on ne le pense que les représentants ne rendent pas de compte uniquement à ceux qu’ils sont censés représenter. Mais aussi à d’autres (ex : banques, parti).

C’est la raison pour laquelle, si les citoyens ne sont pas assez vigilants et ne font pas preuve de discernement suffisant, ils peuvent finir par s’en mordre les doigts.

Car des lois scélérates, auxquelles tout un chacun est censé obéir, peuvent alors être créées.
Même si elles enfreignent la liberté et la conscience, les valeurs du peuple, l’éthique humaine.

Dictant par exemple que celui qui n’a pas la bonne couleur de peau, la bonne religion, qui ne porte pas le badge « je me soumet à l’autorité aveuglément sans me poser de question », sera un sous-citoyen qui n’a pas les mêmes droits que les autres. Ces autres, obéissants en toute circonstance à l’autorité comme des personnes serviles.

Trop gros pour être vrai ? Les gens ne se laisseront pas faire ?
C’est déjà arrivé dans l’histoire…
Les gens ne sont pas si idiots, et plus instruits qu’une bonne partie des gens du passé où la scolarité n’était réservée qu’à un tout petit nombre de privilégiés ?
(Rappelons au passage qu’en matière d‘intelligence, le niveau d’étude ne fait pas tout…)

L’histoire de la grenouille et de la marmite montre bien que petit à petit, beaucoup de gens peuvent se faire avoir. Et ne s’en rendent compte que lorsqu’il est trop tard.

La grenouille est plongée dans l’eau froide dans une marmite sur le feu. Elle y trempe sans inquiétude.
On allume le feu doucement sous la marmite, on le fait monter petit à petit, si doucement que l’eau en devient chaude, fatigant la grenouille qui ne s’inquiète pas.
Et qui finit par cuire et mourir, sans avoir paniqué, sans avoir chercher à s’extraire de la marmite tellement l’aggravation de sa situation s’est effectuée doucement.

Et vous, avez-vous une tendance à l’obéissance aveugle ou savez-vous faire preuve de discernement ? Comment pourriez-vous faire preuve de plus de discernement pour éviter le triste sort de la grenouille ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous 🙂

L’obéissance est nécessaire dans la vie, que ce soit au sein de la famille, du travail ou de la société, pour éviter le chaos.
Mais attention à ne pas tomber dans l’obéissance aveugle qui entraîne la servitude, la privation de droits et de liberté chèrement acquis. Lorsque ceux-ci sont remis en question, pour soi personnellement ou une partie de la population, il faut savoir faire preuve de discernement. Y compris lorsque vos valeurs et conscience sont touchées.
L’obéissance oui, mais avec discernement car lorsque les ordres ne sont pas raisonnables, il faut savoir résister et dire non pour ne pas risquer de se retrouver comme la grenouille qui n’a pas réagi et s’est laissée cuire et mourir lentement dans la marmite

Crédit image : Tim Sheppard, Frog Boiling

Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être suivre ma Formation Offerte pour vous sentir mieux dans votre peau pour être plus heureux.
Composée de 8 cours par e-mail, elle vous donne les clés pour améliorer votre vie au quotidien
Cliquez ici pour commencer maintenant la formation
(pour être moins stressé, savoir dire "non",
prendre soin de vous, etc.
)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.