Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Procrastiner : en soi, ce n’est pas le vrai problème

Catégorie(s) : Organisation | Efficacité
Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 6 minutes

La procrastination, nous sommes nombreux à en être plus ou moins victimes. Mais est-ce vraiment le problème ?

Procrastination

Procrastiner : en soi, ce n’est pas le vrai problème

Si le terme procrastination semble un rien barbare, ce qui se cache derrière est tout simplement le fait de reporter quelque chose à demain… voire aux calendes grecques.

Alors oui, on peut avoir prévu de faire un truc, un imprévu urgent (et parfois important) nous tombe dessus et on doit reporter ce truc.

Ce n’est pas de la procrastination.

Procrastiner c’est se trouver des excuses pour différer l’accomplissement d’une chose pendant plus ou moins longtemps.

Le truc, c’est qu’on n’a pas forcément conscience qu’on se donne des excuses.

Généralement, on se dit que c’est parce qu’on est trop occupé et « oh mince, du coup je peux pas faire ça maintenant, je vais devoir reporter, c’est ballot ».

Procrastiner, ce n’est pas forcément non plus décider de devoir faire quelque chose à un instant X et reporter consciemment cette chose parce qu’on se rend compte que ce n’est pas la meilleure chose à faire à cet instant X.

Si effectivement on peut avoir une meilleure chose à faire pour nous, le problème est que derrière peut aussi se cacher une excuse et donc la procrastination.

Le fait est en tous les cas que procrastiner est mal perçu.

Pourquoi ?

Parce que c’est vu comme une marque de faiblesse, un manque de volonté : on ne parvient pas à « se pousser » à faire un truc qui ne nous enchante pas.

Là est le cœur du sujet : on ne procrastine généralement pas pour faire les choses qui nous plaisent, qui nous enthousiasmes.

On a tendance à procrastiner pour faire les trucs qu’on juge ennuyeux, difficiles, inconnus, bref, qui nous causent un inconfort quelconque.


Procrastiner : le problème

Alors on se dit que le problème de tout ça, c’est simplement un manque d’envie, de volonté, de niaque.

Et donc, il nous faut simplement nous forcer plus, trouver des moyens qui nous aident à passer à l’action et à ne pas remettre au lendemain ce que l’on pourrait faire maintenant.

C’est un problème oui le fait de ne pas avoir assez de ressources en nous pour faire les choses qui doivent être faites. Certes.

Mais repousser à plus tard ce n’est pas le vrai problème de la procrastination.

Le problème de la procrastination, ce n’est pas en soi de ne pas faire.

Le problème, c’est comment ça nous fait sentir de procrastiner.

En général, on ne se félicite pas de procrastiner.

Au contraire, ça nous fait nous sentir mal.

Procrastination et culpabilité

Le fait de procrastiner entraine chez beaucoup des émotions et pensées négatives.

La procrastination entraine ainsi souvent un sentiment de culpabilité.

Or culpabiliser, si cela peut être utile dans certains cas, ne nous aide pas la plupart du temps. Ce système qui s’apparente à de l’auto-flagellation mentale et peut parfois s’accompagner de conséquences physiques a notamment un effet dévastateur sur votre estime.

Comme votre estime est le socle de votre bien-être, si celle-ci est attaquée par la culpabilité, elle diminue. Et votre bien-être avec.

La culpabilité est loin d’être anodine et fait partie du kit des briseurs d’estime.

Appliquée à soi ou subie du fait des autres, la culpabilité est vraiment quelque chose à éviter et réduire au maximum dans votre vie.

Pourquoi vous sentez-vous coupable lorsque vous procrastinez ?

Parce que vous n’avez pas tenu votre engagement.

Engagement

Procrastiner signifie que consciemment ou non, vous remettez les choses à plus tard, sans justification réellement valable derrière.

Cela implique que vous ne respectez pas votre parole.

Alors vous allez peut-être me dire que vous procrastinez bien plus pour des choses qui vous concernent vous et uniquement vous, que pour des trucs que vous devez faire pour les autres (comme votre patron).

C’est possible oui, notamment parce que vous n’avez personne pour vous pousser à faire ceci ou cela, pour vous rappeler à l’ordre.

Mais la toute première personne envers qui vous devez respecter votre parole, ce n’est pas votre patron ou votre conjoint.

C’est la personne la plus importante de votre vie, avec qui vous passez le plus de temps.
C’est-à-dire VOUS.

Lorsque vous procrastinez, vous ne respectez pas votre parole envers vous-même de faire ceci ou cela à tel ou tel moment.

Et ça, c’est dévastateur pour votre estime et votre bien-être.

Comment voulez-vous avoir une bonne opinion sur quelqu’un qui ne respecte pas sa parole ?
Qui ne se respecte pas lui-même ?

Procrastiner oui, peut signifier que vous manquez de respect à vous-même.

Vous devez donc vous engager plus à ce niveau, vous respecter davantage, tenir vos engagements et donc réduire la procrastination qui vous affecte.

Pour cela, vous pouvez vous aider d’un hack.

Vous devez surtout faire en sorte d’augmenter durablement votre niveau d’estime. C’est un cercle vertueux : plus votre niveau d’estime est grand, plus vous vous respectez, plus vous tenez votre parole envers vous-même. Et moins vous avez tendance à procrastiner.

Précision importante : même si vous ne vous rendez pas compte que vous culpabilisez et plus généralement que vous n’avez pas l’impression de vous sentir mal à procrastiner, cela affecte souvent inconsciemment votre estime de façon négative.

D’autres problèmes peuvent se cacher derrière la procrastination.

Une question de priorités

En effet, vous pouvez aussi procrastiner sans avoir de « mauvaise raison ».

Vous constatez simplement que vous remettez des choses à plus tard, alors que d’autres non.

Et vous subissez peut-être des critiques à ce sujet : si c’est le cas, là aussi comme la culpabilité, votre estime en prend pour son grade.

Il vous faut alors trouver un moyen de contrer ces accusations, au minimum dans votre tête et envers vous-même.

Repousser un truc sans mauvaise raison peut être un signe que ce que truc là que vous pensez devoir faire, et pour lequel vous procrastinez, n’est pas fait pour vous.

Car il ne fait pas partie de vos priorités.

Mais vous vous sentez coupable ou on vous fait sentir coupable parce qu’on juge (vous ou les autres) que c’est pas bien de procrastiner sur un tel truc, et que ce truc doit absolument être fait, sinon, c’est pas bien non plus.

Donc il est très important dans la vie de savoir quelles sont vos priorités, ce qui est important pour vous. Cela va vous indiquer quelle direction vous devez prendre et suivre.

Évaluez de ce fait régulièrement vos priorités : demandez-vous si cette chose que vous avez prévu de faire et pour laquelle vous procrastinez est réellement nécessaire.

Plus votre estime est élevée, plus vous êtes en capacité de faire taire vos critiques intérieures et de minimiser l’impact des critiques extérieures sur vous.

Et vous serez aussi plus à même de déterminer quelles sont les choses essentielles pour vous pour lesquelles vous devez parvenir à dépasser la procrastination, et quelles sont celles pour lesquelles vous avez tendance à procrastiner et que vous pouvez abandonner.

Dites-moi en bas dans les commentaires : comment ça vous fait sentir de procrastiner ?

On est nombreux à être confrontés à la procrastination qui peut nous empêcher d’atteindre nos objectifs.
Cela étant dit, procrastiner n’est pas qu’un simple problème de volonté et de réussite de projets.
La procrastination est un réel problème lorsqu’elle vous fait vous sentir mal, entrainant des pensées et émotions négatives, comme la culpabilité ou la critique, venant de vous-même ou des autres : elle est alors néfaste pour votre estime et votre bien-être.
Procrastiner pour des choses qui ne sont pas importantes pour vous est aussi un problème, car vous vous sentez alors mal pour… rien !
Pour contrer ces effets pervers, la solution passe par élever votre estime et déterminer vos priorités

Envie d'atteindre facilement vos objectifs ?



Méthode TADÉA pour fixer et atteindre vos objectifs Je vous offre la
« Méthode TADÉA pour fixer et
atteindre vos objectifs »
Méthode TADÉA = simplicité et flexibilité


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.