Envie d’être davantage vous-même
pour vous sentir mieux dans votre peau
(sans vous faire rejeter par les autres) ?
Et recevez mon cours offert qui vous donne les clés pour améliorer votre vie

Procrastination : 1 hack pour la contrer

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 8 minutes

La procrastination touche la plupart d’entre nous et nous pose souvent souci car elle nous empêche d’atteindre nos objectifs. Il existe un hack qui permet de la contrer.

Procrastination

Procrastination : 1 hack pour la contrer

La procrastination est un terme barbare derrière lequel se cache une réalité bien concrète qui peut nous freiner dans notre évolution positive.

Pour le dictionnaire Larousse, la procrastination est la :

Tendance pathologique à différer, à remettre l’action au lendemain

Autrement dit, au lieu de faire un truc maintenant, on se trouve tout un tas de raisons pour faire le faire plus tard.

Alors oui des fois, ces raisons sont plus que valables.

Mais la plupart du temps, il faut bien reconnaitre que ces « raisons » sont en fait des excuses que l’on se trouve.

Et cette procrastination peut nous entrainer sur la pente descendante vers l’espoir pervers qui diminue notre estime.

Plus généralement, la procrastination nous empêche d’avancer.

J’entends par là d’avancer vers ce qui est important pour nous : nos vraies priorités.

Car la procrastination sait très bien se cacher.

D’ailleurs, peut-être pensez-vous ne pas être atteint par la procrastination, ou très peu.
Si c’est réellement le cas, alors je n’ai qu’une chose à vous dire : BRAVO.
Mais est-ce vraiment le cas justement ?

On peut en effet être affecté par la procrastination sans nous en rendre compte.
Et ce, pour une simple et bonne raison : car on est occupé.

Alors vous allez peut-être me dire « ben oui forcément si je suis occupé à faire des choses, c’est que je ne procrastine pas par dit ! »

Oui… et non.
Tout dépend de la situation.

Ce n’est pas parce qu’on est occupé que l’on fait forcément quelque chose d’important.

Forcément hein, il y a des choses que l’on fait qui sont plus importantes que d’autres.
Et ce n’est pas parce que l’on fait quelque chose qui est moins important qu’une autre que l’on procrastine nécessairement.

Procrastination et occupation

En fait, là où se cache la perversité de la procrastination, c’est justement qu’elle nous fait croire que l’on fait quelque chose d’assez important.

Assez important sous-entendant que cela nous fait croire que c’est logique de faire ce truc-là maintenant. Que non ce n’est pas de la procrastination parce que quand même c’est bien de le faire. Et que donc on ne repousse pas l’autre truc important au lendemain, c’est juste qu’on fait un truc important avant un autre truc important.

Pourtant, si l’on se penche sur la question, on remarque que l’on peut avoir tendance à se rendre occupé, c’est-à-dire que l’on s’active à une ou plusieurs tâches qui ont en fait peu (ou pas) d’importance réelle. Et cela au lieu de faire quelque chose de réellement important. Important pour NOUS j’entends hein.

(Oui je sais, ça fait beaucoup de « important » n’est-ce pas ?^^).

En clair : on se berne soi-même.
On se fait croire que si on ne fait pas ce truc vraiment important, ce n’est pas parce que l’on procrastine mais parce qu’on fait autre chose qui a aussi son importance.

Pourtant, aller regarder tous les jours les vidéos comiques sur YouTube et « s’informer » sur la vie passionnante de nombreux « amis » sur les réseaux sociaux, est-ce vraiment important ? Cela vaut-il le temps et l’énergie que l’on y consacre ?
Est-ce plus urgent et important que de faire du tri dans vos papiers administratifs pour faire de la place ? Que de vous consacrer à un projet de création d’entreprise ? D’apprentissage d’une nouvelle compétence ?

Procrastination : ce qui se cache derrière

La plupart du temps, si vous jetez un regard le plus objectif possible sur la situation, vous vous rendez compte que vous avez tendance à faire des choses qui ont peu d’importance, qui n’ont pas (ou si peu) de lien avec vos priorités, au lieu de justement vous consacrer à vos priorités.

Alors oui, on ne peut pas toujours être occupé à faire que des trucs super hyper méga importants. Oui s’atteler à sa déclaration d’impôts, ce n’est pas ce qui fait le plus kiffer dans la vie. Mais c’est important (d’autant plus que l’échéance se rapproche).

Deux raisons principales font que l’on a tendance à procrastiner :

  • on peut tomber plus ou moins régulièrement dans le piège de la gratification immédiate. C’est-à-dire être accro à la récompense rapide et délaisser les choses importantes qui demandent du temps.
  • on peut expérimenter des émotions négatives ou désagréables à la moindre pensée nous laissant entendre que l’on devrait plutôt offrir notre temps à des tâches plus importantes. Cela peut être tellement enfoui que la pensée peut être cachée, c’est à dire que l’on ne pense pas au truc important à faire mais on le sait quelque part au fond de nous

Concernant ce 2ème point, il est important de bien comprendre que les émotions négatives, désagréables, ne sont pas le problème. Si vous ne voyez pas de quoi je veux parler, je vous conseille d’aller faire un tour sur cet article 😉

A l’idée même de faire certaines tâches importantes, si l’on procrastine, c’est que derrière il peut y avoir des émotions comme la peur, le doute, l’inconnu, l’inconfort, etc.

Procrastination : confiance, valeur, etc.

Repousser un truc à faire (=procrastiner) peut être lié à un manque de confiance en nous, d’où certaines émotions désagréables.

Par exemple, on a jamais fait ce truc-là et on ne se sent pas capable de le faire ou bien on ne sait pas si on pourra le faire.
Du coup on préfère repousser l’échéance qui nous révèlera si oui ou non on est capable.

Car entre temps, subsiste un espoir que oui, nous sommes (ou avons des chances d’être) à la hauteur.
Nous préférons avoir ce petit espoir plutôt que de nous rendre compte qu’en fait non, cette tâche est trop dure pour nous.

Peut également entrer en jeu, dans le fait que l’on procrastine, la valeur que l’on accorde à une tâche. Moins on accorde de valeur à un truc et plus on a des chances de ne pas le faire… à moins qu’un autre truc nous rebute encore plus, déclenchant par exemple de la peur, de l’insécurité, etc.
Typiquement, vous pouvez savoir que c’est important de vous occuper de vos papiers administratifs mais estimer que cela a peu de valeur comparé au fait de jouer sur votre Smartphone, sortir avec vos amis, lire un bon bouquin, etc.

Vous pouvez bien sûr saupoudrer tout ceci par d’autres ingrédients :

  • l’imprécision : il est plus difficile de se mettre à un objectif type « je veux être en meilleure forme » qu’à un autre objectif du genre « je vais drastiquement augmenter mon alimentation en produits non préparés » (ex : légumes bruts plutôt que plats déjà cuisinés)
  • le temps : eh bien oui, le temps peut représenter un paramètre important. Surtout s’il nous sert de prétexte. Genre on a jamais fait un truc, on se dit que ça nous prendra des heures alors qu’en fait 30 minutes suffiraient. Ou alors on se dit que ça prendra tellement peu de temps qu’on trouvera bien à caser ça plus tard
  • les autres : vous espérez que quelqu’un d’autre que vous fera la tâche et que comme ça, vous n’aurez pas à l’effectuer. Dans le même genre, une partie de vous espère que le truc se fera comme par magie.
  • les distractions : elles peuvent prendre plusieurs formes, comme une émission que vous écoutez en fond, des notifications régulières de vos appareils, des personnes qui vous interrompent, etc.

Procrastination : un hack tout simple

OK c’est bien beau tout ça, mais est-on contraint de subir la procrastination ?
Ne peut-on rien y faire ?

Je vous rassure, il existe des solutions.

Ici je souhaitais justement partager avec vous un truc tout simple pour lutter contre la procrastination.
Tellement simple que vous pourriez vous dire « non mais c’est nul ton truc, c’est idiot ». Donc restez avec moi, l’esprit ouvert. Soyez un bon sceptique 😉

Ce hack pour lutter contre la procrastination, c’est de…

Commencer la tâche.

Je vois d’ici des « ???? » pointer le nez dans le cerveau de certains.

Si vous savez qu’il est important, impératif pour vous de faire un truc.
Mais que ça vous rebute, que vous avez des émotions et pensées désagréables à ce sujet, par exemple que ça vous ennuie, que vous n’avez pas envie, etc.

Commencez !

Concentrez-vous sur ce simple processus : donnez-vous 5 minutes à passer sur cette tâche.

Et attelez-vous-y !
Tout ce que vous avez à faire, c’est de prendre l’engagement d’y passer 5 minutes.
Si au-delà de 5 minutes occupé à la tâche ça vous saoule, c’est un supplice pour vous, alors arrêtez.

Mais dans la plupart des cas, vous constaterez que finalement, une fois la tâche commencée, vous n’aurait aucun mal à la poursuivre plus longtemps (pour peu qu’elle ne prenne pas 5 minutes max, cela va sans dire).

Cette astuce à l’avantage de vous mettre dans de meilleures dispositions ensuite si jamais vous devez arrêter la tâche et vous y remettre ensuite.

Dans le même ordre d’idée, si vous savez qu’une tâche va vous demander pas mal d’efforts et de temps, voyez si vous pouvez la diviser. Par exemple, si vous devez trier des vêtements, ne faites qu’une partie d’entre eux : les chemises tel jour, les pantalons tel autre jour, etc. Idem si vous avez un dossier à lire, divisez-en la lecture en X pages par jour, plutôt que d’avoir à vous coltiner l’ensemble un dimanche à la bourre alors que vous auriez pu passer ce temps avec votre famille.

En complément, sachez que plus vous diminuez le temps entre la stimulus et l’action, plus cela vous sera facile.

C’est-à-dire qu’il s’agit de réduire au minimum le temps qui s’écoule entre le fait de penser à faire un truc, et le fait de faire ce truc. Car cela diminue considérablement les possibilités d’être submergé par des émotions et pensées désagréables liées à la tâche, et la recherche automatique d’excuses pour ne pas la faire.

Et vous, pensez-vous être parfois touché par la procrastination ?
Avez-vous essayé la méthode qui consiste à commencer une tâche ?

La procrastination touche de nombreuses personnes. De multiples facteurs expliquent le fait que l’on repousse au lendemain certaines tâches, et il est clair que les sollicitations auxquelles nous devons de plus en plus faire face n’aident pas. Pour autant, il existe des astuces pour passer outre la procrastination. Comme le fait de commencer une tâche.

Vous souhaitez faire partie de mes contacts ? Cliquez ici

Cet article vous a plu ?



Téléchargez gratuitement votre livret cadeau
« 8 étapes pour arrêter de vous dévaloriser et acquérir une bonne estime de vous-même »

2 Commentaires


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *