Envie de vous sentir mieux dans
votre peau
pour être plus heureux ?
Et recevez ma formation (offerte !)
qui vous donne les clés pour
améliorer votre vie

Ne parlez PAS de vos objectifs (le problème d’en parler)

Catégorie(s) : Organisation | Objectifs
Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 9 minutes

Atteindre nos objectifs, nous le souhaitons tous (enfin normalement). Et il est souvent conseillé en la matière d’en parler autour de soi afin de se donner plus de chance. Pourtant, c’est souvent une mauvaise idée.

Parler de ses objectifs

Ne parlez pas de vos objectifs

Lorsque cherche comment on pourrait se donner plus de chance d’atteindre nos objectifs, l’un des principaux conseils donné est :

« Parlez de vos objectifs ! »

Et puis on incite d’ailleurs à évoquer nos objectifs auprès d’un maximum de personnes, que ce soit la famille, les amis ou des gens que l’on connait plus ou moins bien.

Mais pourquoi est-ce qu’on nous recommande cela ?

Cela part d’un principe logique, à savoir que si vous dites à une ou plusieurs personnes que vous allez faire ceci, ou que vous voulez faire cela, bref, que vous parlez de vos objectifs, la ou les personnes vont très probablement vous demander des nouvelles à ce niveau.

Du style :

« Alors ça en est où ton projet de… ? »
« Tu as avancé sur… ? »

Et comme généralement on n’aime pas passer pour des andouilles, on fait notre maximum pour faire ce qu’on a dit.

Parler aux autres de nos objectifs joue sur notre motivation à ne pas vouloir passer pour quelqu’un qui ne fait pas ce qu’il dit et sur la sensibilité que l’on a au regard des autres.

Toutefois, cette méthode a des revers.

Parler de ses objectifs : le problème

En effet, alors qu’on nous bassine avec les « Parlez de vos objectifs ! », cette méthode a plusieurs inconvénients.

À commencer par le problème majeur de l’estime de soi.

Mettons que l’on parle de notre objectif de repeindre notre salon.

Si en 1 mois on n’a pas mis un seul coup de pinceau, on peut se sentir mal que les autres nous demandent où ça en est, pourquoi on n’avance pas, etc.
Ils pourraient même nous dire que l’on a dit qu’on repeindrait notre salon mais qu’en fait c’était juste pour nous la péter, etc.

Et comment on se sent alors ?
Comment on se sent quand les autres nous demandent où ça en est de nos objectifs ?
Et qu’on n’avance pas comme on veut ?

Parce qu’on n’a pas pu pour raison x ou y.
Ce n’est pas évident de bien estimer le temps et les moyens qu’il faut pour accomplir certains objectifs. Surtout pour des choses qu’on n’a jamais faites avant.

En plus, ceux à qui on a parlé de nos objectifs peuvent y mettre leur grain de sel.

Déjà en pensant eux aussi qu’un objectif A prend un temps X alors qu’en fait, c’est plutôt sur un temps Y beaucoup plus long qu’il faut tabler. Ils peuvent mettre la pression engendrant chez nous un stress dont on n’a pas besoin.

Et qu’est-ce qu’il se passe lorsque l’on n’accomplit pas nos objectifs, du moins pas aussi vite qu’on le voudrait ? Notre estime personnelle peut en prendre un coup. Un sacré coup.

On peut ainsi se retrouver à se sentir inférieur aux autres parce que nous, on n’accomplit pas nos objectifs ou pas assez vite. Aussi parce qu’on se dit qu’on déçoit les autres et on a peur de ce qu’ils peuvent penser de nous alors.

Bref, parler de ses objectifs n’est pas forcément le meilleur moyen d’entretenir notre estime.

Parler de vos objectifs : les bâtons dans les roues

Vous connaissez l’expression « mettre des bâtons dans les roues » ?

Elle s’applique très bien au fait de parler de ses objectifs.
Quand vous faites ça, il y a de fortes chances que vous vous retrouviez avec des bâtons dans les roues.

Déjà, il y a votre cerveau qui comprend les choses de façon très basique dans certains domaines. Il ne sait pas très bien faire la distinction entre le réel et l’imaginaire.
Il n’y a qu’à voir dans quel état peut nous mettre un rêve : notre cerveau commande à notre corps des réactions comme si les choses qui se déroulaient dans notre rêve (ou cauchemar) étaient la réalité.

De même, lorsque l’on dit et redit à d’autres que l’on va faire telle ou telle chose (un objectif), le cerveau croit que la partie est gagnée. C’est comme si ça lui donnait la sensation que la chose était déjà accomplie ou en passe de l’être et du coup, la motivation diminue fortement. Comme si on avait déjà eu notre récompense avant d’avoir atteint le résultat escompté.
Du coup, on n’est beaucoup moins enclin à effectivement réaliser notre objectif.

L’autre aspect bâtons dans les roues, ce sont les autres.

Ceux à qui vous parlez de vos objectifs, et ceux à qui les autres ont parlé de vos objectifs. C’est-à-dire des personnes à qui vous n’en n’avez pas parlé mais qui sont au courant. Et cela peut représenter un paquet de gens.

Alors on nous dit que c’est tant mieux car ça nous motive encore plus.
Sauf que la pression est encore plus grande et le stress aussi.

D’autant que très souvent, les gens qui vont être au courant de votre objectifs ne l’ont jamais réalisé eux, ne souhaitent pas le faire, ont essayé et se sont plantés ou bien aimeraient le faire mais bon…

Les egos de ces derniers peuvent se rebeller, et ces personnes peuvent se mettre, souvent inconsciemment, à trouver tout un tas de trucs pour vous décourager dans votre entreprise. Parce que bon, il ne faudrait pas que vous y arriviez et pas elles hein. C’est bien sûr valable pour des personnes qui n’ont pas une bonne estime.

Celles qui ont une bonne estime peuvent très bien accepter le fait que vous réussissiez dans un domaine dans lequel elles n’ont pas rencontré le succès (souvenez-vous, l’échec est très relatif) et même vous encourager.

Et bien sûr, lorsque l’on parle de nos objectifs, en général au moins une personne et souvent plus se mettent à projeter leurs peurs sur nous.

C’est normal qu’elles s’inquiètent, mais cela ne nous aide pas !

Et puis les critiques peuvent aller bon train aussi, genre « ça vaut pas le coup » « ça coûte trop cher » « c’est de l’arnaque » « c’est n’importe quoi » « ça sert à rien » etc. Avec son lot de conseils non sollicités type « tu ferais mieux de… » et « moi si j’étais à ta place je… », venant principalement de personnes qui n’ont pas (ou peu) d’expérience dans le domaine.

Ne parlez pas de vos objectifs

En clair, si vous souhaitez vous mettre des bâtons dans les roues, oui parlez de vos objectifs à un maximum de personne : comme ça vous aurez de fortes chances de voir votre estime personnelle écorchée, de recevoir plein de critiques et jugements, mais aussi de reproches.
Ce qui au passage est l’apanage de ceux qui fonctionnent en mode briseurs d’estime.

Les gens qui savent que vous employez une partie de vos ressources à un objectif (temps, etc.) peuvent trouver là un bon moyen de vous dire que vous ne devriez pas consacrer vos ressources à cet objectif mais plutôt à autre chose. Comme, au hasard tiens… à eux !
Du genre « C’est vraiment nul que tu viennes pas, je pensais que t’étais quelqu’un sur qui compter, c’était le cas avant que tu perdes ton temps avec x objectif ».
Un peu de reproche + un soupçon de culpabilité ça fonctionne toujours bien pour faire en sorte qu’une personne se sente mal !

Le conseil que je vous donne va donc à revers de ce qui est énormément prôné dans le monde du développement personnel : ne parlez pas de vos objectifs.

C’est le principe de base que j’adopte depuis des années et qui fonctionne très bien.

Vous n’avez pas à rendre de compte aux autres de vos objectifs, et lorsque c’est le cas, généralement (bien) moins que vous ne le pensez.

C’est avant tout auprès de vous-même que vous avez des comptes à rendre.

Quand vous vous dites que vous allez réaliser tel objectif, c’est avant tout auprès de vous que vous prenez cet engagement. Et que vous devez le tenir. Ce qui vous permettra d’ailleurs d’élever et d’entretenir votre estime.

Vous obtiendrez beaucoup plus de résultats si vous basez votre motivation, votre Pourquoi, sur une source intrinsèque (vous-même), que sur une source extrinsèque (les autres). Et au passage, cela vous permettra de réaliser des choses avant tout parce que vous en avez réellement envie, et non parce que ça fera bien auprès des autres 😉

Ne pas évoquer vos objectifs avec les autres vous permet de mieux avancer : vous le faites à votre rythme, comme vous le sentez, sans vous farcir des tonnes de critiques et jugements qui peuvent vous décourager à la longue.
Cela peut être en effet difficile d’avancer à contre-courant de ce que peuvent penser certains, d’autant plus s’ils sont proches de nous.

Ne parlez pas de vos objectifs : 2 exceptions

Il existe toutefois 2 exceptions au principe de ne pas parler de ses objectifs.

La première, c’est que l’on peut effectivement évoquer nos objectifs lorsque l’on a bien avancé, que l’on a des résultats concrets à montrer et que ces résultats que l’on a obtenus sont suffisants pour nous éviter de laisser tomber au cas où l’on aurait à faire face sur notre chemin à des vents contraires (critiques, reproches, etc.).

Et bien sûr, ce n’est encore une fois pas obligatoire de parler de ses objectifs : faites-le uniquement si vous en avez envie. Par exemple, vous pouvez ressentir le besoin de partager avec vos proches ce que vous considérez être une belle réussite dont vous êtes fier !

La deuxième exception est applicable dès le début du projet : autrement dit, dès que vous souhaitez entamer votre objectif, et ce, tout au long de l’objectif.

Alors oui, je vous conseille de ne pas parler de vos objectifs en général. Et là je vous dis que vous pouvez en parler dès le début.
Oui.
Ce n’est pas contradictoire car l’exception réside dans une nuance très importante : vous pouvez parler de vos objectifs aux personnes :

  • qui accepteront de garder ce que vous leur dites pour elles-mêmes
  • dont vous avez la quasi-certitude qu’elles vous soutiendront et vous encourageront dans vos projets
  • qui ont de fortes chances de pouvoir vous aider. C’est-à-dire qu’elles ont le savoir et les compétences pour. Par exemple si vous avez pour objectif de vous remettre en forme, parler de votre objectif à une personne qui est parvenue au résultat que vous souhaitez ou un coach peut grandement vous être utile et vous aider à avancer plus vite vers vos objectifs; Il va vous écouter, vous guider et vous motiver quand vous en avez besoin

Avez-vous tendance à parler de vos objectifs ?
Est-ce que cela vous aide ?
Avez-vous déjà essayé de ne pas parler de vos objectifs ?

On entend souvent que pour réaliser un objectif, le meilleur moyen est d’en parler à un maximum de personnes.
Pourtant selon moi, ce n’est généralement pas une bonne approche. Il vaut mieux ne pas parler de nos objectifs afin de garder le cap et d’éviter de nous stresser inutilement avec des critiques diverses. Car après tout la première personne envers laquelle vous devez vous engager : c’est vous. Et cela suffit amplement à avancer et permet d’entretenir notre estime.

Envie d'atteindre facilement vos objectifs ?



Méthode TADÉA pour fixer et atteindre vos objectifs Je vous offre la
« Méthode TADÉA pour fixer et
atteindre vos objectifs »
Méthode TADÉA = simplicité et flexibilité

3 Commentaires

  1. Salut Marine,

    Je suis totalement d’accord avec toi : je pense qu’il est préférable de garder ses objectifs pour soi. En tout cas personnellement, cette « stratégie » me réussit bien mieux : pas de pression, on avance à son rythme et on prend plus de plaisir.

    De plus, quand on ne parle pas de ses intentions, l’effet de sur prise joue en notre faveur : »ah mais qu’est-ce que tu as maigri dis donc ! » « oui, je me suis mis au sport depuis x mois et j’ai changé mon alimentation ». Niveau social ça en jette plus : les gens ne s’y attendent pas, sont beaucoup plus impressionnés et donc beaucoup plus curieux.

    Le dev perso dit effectivement de faire l’inverse, mais n’oublions pas que le développement personnel est avant tout une affaire personnelle 😉

    A très vite !

  2. : Salut Anthony, merci de partager ton expérience à ce niveau 🙂

    « pas de pression, on avance à son rythme et on prend plus de plaisir. »
    c’est aussi l’effet que ça me fait !

    Pour moi aussi ça fonctionne mieux comme ça, je garde la grande majorité de mes objectifs pour moi, et je mentionne uniquement les autres aux personnes choisies en fonction de l’objectif (personnes qui peuvent soutenir/aider/ne pas mettre de bâtons dans les roues).

    Oui il y a l’effet de surprise, c’est clair. Après il peut y avoir des « revers » si les personnes qui constatent le changement ont une estime pas top et/ou gros ego. Dans le sens où elles peuvent minimiser ce que tu es parvenu à accomplir (je dis « tu » au sens large), genre « c’est facile pour toi » ou choisir de croire que ça ne t’as pas pris de temps ni d’effort ou si peu et te le renvoyer à la figure. Avoir une bonne estime dans ces cas-là, ça aide 🙂

    « Le dev perso dit effectivement de faire l’inverse, mais n’oublions pas que le développement personnel est avant tout une affaire personnelle »

    Oui, c’est une histoire personnelle !
    C’est cool d’avoir plein de théories et d’expériences d’autres personnes.
    Après, la meilleure stratégie reste celle qui fonctionne pour TOI. Et si elle fonctionne pour toi, alors il y a des chances qu’elle fonctionne aussi pour d’autres. C’est pour ça que je voulais partager ce truc sur le fait de ne pas parler de ses objectifs.

    En ce qui concerne les objectifs en voyant les récents articles de ton blog, j’ai l’impression qu’on partage des points de vue proches, au moins pour certains aspects (destination « précise », limites à se fixer).

    Excellentes fêtes de fin d’année à toi Anthony 🙂

  3. Merci pour ta réponse 😉

    N’hésites pas à checker mon blog tous les jours jusqu’à mi-janvier, je parle énormément de ce sujet passionnant !

    Très bonnes fêtes de fin d’année à toi aussi Marine !


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.