Envie d’être davantage vous-même
pour vous sentir mieux dans votre peau
(sans vous faire rejeter par les autres) ?
Et recevez mon cours offert qui vous donne les clés pour améliorer votre vie

Comment mieux gérer son argent pour être moins stressé (2/2)

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 22 minutes

Être moins stressé en matière financière passe souvent par mieux gérer son argent. Pour cela, il nous faut changer notre regard sur certaines de nos dépenses et mettre en place quelques principes.

L’argent, le stress, les dépenses

Comment mieux gérer son argent et ses dépenses pour être moins stressé (2/2)

Ça vous dirait de savoir comment mieux gérer votre argent pour être moins stressé ?

Le manque d’argent est cause de stress pour de nombreuses personnes comme nous l’avons vu dans la 1ère partie de cet article.

Pourtant, si certaines personnes peuvent gérer au mieux leurs revenus et se retrouver malgré tout très juste à la fin du mois, pour la majorité, il est possible grâce à quelques principes de retrouver de la sérénité financière.

Le fait est qu’on n’en n’a pas toujours conscience, mais on subit de plein fouet l’adaptation hédoniste dans notre vie. Notamment en termes de revenus : on s’habitue très vite à des revenus plus élevés et on aménage nos dépenses en fonction.

Du coup, on peut se retrouver avec plus d’argent et pourtant être toujours dans le rouge à la fin du mois tout en ayant l’impression de faire de notre mieux et ça nous cause du stress.

Et on peut être frustré parce qu’avant on pensait que quand on aurait enfin atteint ces revenus que l’on n’avait pas et que l’on a maintenant, on serait tranquille, on ne ressentirait plus (ou beaucoup moins) ce poids causé par le manque d’argent.

Si on peut bien sûr toujours s’employer à augmenter nos revenus, si l’on ne met rien en place pour contrer les effets pervers de l’adaptation hédoniste en matière d’argent, rien ne changera…

Donc là ce que l’on va voir, c’est comment, sans augmenter vos revenus, vous pouvez parvenir à mieux gérer votre argent pour être moins stressé.

Et pour ça, il est nécessaire de mettre à jour les causes principales qui font que peu importe les revenus que l’on a, on peut se retrouver toujours à être trop justes et manquer d’argent.

Pourquoi ?

Afin de pouvoir s’en prémunir, repérer les signes et les contrer.

Le problème

Le problème n’est donc pas pour beaucoup de ne pas gagner assez (même si oui, avoir plus d’argent est très souvent le bienvenu, cela va sans dire).

Le problème est de dépenser trop par rapport à nos revenus.

Ce qui nous empêche ensuite de pouvoir mettre de côté.

Quel rapport avec le fait d’être moins stressé ?

C’est simple : plus vous avez de l’argent de côté, un matelas de sécurité, plus vous allez être serein face aux dépenses imprévues.

Certes, ça n’enlèvera pas le fait que ça vous fera suer (qui aime les dépenses imprévues ?), surtout qu’elles tombent souvent à un mauvais moment…

Mais avoir des économies vous permet de vous dire dans ces situations : « ok ça fait chier cette dépense là, mais au moins j’ai de l’argent de côté qui va m’aider à y pourvoir et ça ne va donc pas me mettre dans le pétrin ».

Donc le problème de beaucoup, qui fait que nombre de personnes sont stressées vis-à-vis de l’argent, tient au fait qu’elles n’ont pas (ou pas assez) d’économies de côté.

Est-ce votre cas ?

Je sais bien que c’est difficile d’avoir assez pour se dire « OK là peu importe la situation qui se présente, je suis tranquille je peux assurer ».
Je ne vais pas vous dire que vous en arriverez forcément à ce point-là.
Qui sait ce que le futur nous réserve ?

Néanmoins, il est possible de gagner en sérénité financière simplement en ayant la capacité de mettre un peu d’argent de côté chaque mois afin de pallier aux dépenses imprévues lorsqu’elles surgissent.

Ne seriez-vous pas moins stressé si vous saviez que vous êtes en capacité de palier à des dépenses imprévues de quelques centaines ou milliers d’euros ?
(Même si encore une fois on est d’accord, ça fait souvent bien ch*** quand ça arrive, mais au moins, on stresse beaucoup moins que si on n’avait pas du tout l’argent pour y faire face)

Donc si nos revenus ne bougent pas, le seul moyen pour pouvoir mettre de côté afin d’être moins stressé face à l’argent, c’est de dépenser moins.

Logique non ?

Les dépenses exutoires

Alors là j’entends déjà l’ego de certains se rebeller et dire que c’est peut-être possible pour les autres mais pas pour eux qui ont des dépenses normales et ne peut pas faire moins. Si c’est le cas, (re)lisez le 1er article 😉

Outre l’adaptation hédoniste, la 1ère autre cause principale qui fait que l’on n’a pas ou peu de capacité à mettre de côté est à chercher du côté de ce que j’appelle les dépenses exutoires.

Qu’est-ce que c’est ?

Pour le dictionnaire Larousse, le terme exutoire signifie :

Moyen de se débarrasser de ce qui gêne, de ce qui fait difficulté

Pour faire simple, les dépenses exutoires sont celles que l’on fait pour compenser un mal-être sur un truc ou un autre, une gêne, le fait qu’on ne se sent pas super bien. Bref, pour se réconforter et éprouver un peu de positif (l’achat d’un nouveau truc), même si c’est durant un cours laps de temps.

Car souvent, ce n’est pas le truc qu’on achète que l’on souhaite au fond, mais le plaisir que l’on pense qu’il va nous procurer.
(Relisez la phrase du-dessus)

Généralement, ce sont des dépenses qui nous soulagent sur le coup mais pour lesquelles on peut se dire ensuite « ouais, bon, j’aurai pu m’en passer » ou « mais pourquoi j’ai acheté ça ?! » ou « mais qu’est-ce qui m’a pris d’acheter ce truc ? j’en n’avais pas les moyens ! »

Vous voyez le genre ?

En fait, les dépenses exutoires représentent un moyen facile et souvent immédiat de combler un besoin superficiel masquant un besoin profond derrière (allez voir cet article pour savoir de quoi on parle exactement 😉).

Et comme on ne comble pas ce besoin profond mais seulement un besoin superficiel : on ressent plus ou moins rapidement l’urgence de faire à nouveau des dépenses exutoires.

Vous pouvez donc parvenir à grandement limiter (si ce n’est complètement éradiquer) les dépenses exutoires en comblant le besoin profond qui se cache derrière votre envie de dépenser.

Rien que le fait de mettre en lumière le fait que les dépenses exutoires existent et vous pourrissent vos finances peut vous aider 🙂

Les dépenses de conformité

Autre cause de trou dans le budget : ce que je nomme les dépenses de conformité.

Ce sont celles que l’on fait pour se conformer à ce que l’on pense qu’il est bien de dépenser, d’avoir, de faire.

Autrement dit, on essaye de coller aux attentes de la société par nos dépenses, et ce dans le but d’être accepté.

Il va sans dire que plus votre estime personnelle est mauvaise, et plus vous aurez tendance à faire des dépenses de conformité.

Parce que vous avez un besoin énorme de vous faire accepter, de vous sentir accepter par les autres.

À tout prix.

Quitte à vous dénaturer et pour cela à dépenser dans des trucs dont vous n’avez en fait rien à faire ou qui ont peu de valeur à vos yeux (je parle au sens large, et non monétaire).

Par exemple, vous allez acheter des vêtements parce que c’est la mode et non parce qu’ils vous plaisent. Ou aller en boite de nuit parce que « c’est ça qu’on fait » alors que c’est pas franchement votre truc.

Mais comprenez bien que si les autres vous apprécient uniquement pour vos tenues et vous tirent la tronche si vous n’allez pas en boite avec eux, alors ce n’est certainement pas des fréquentations positives pour vous. S’intégrer et obtenir de la reconnaissance de telles personnes n’est pas forcément le bon choix…

Donc pour réduire les dépenses de conformité, l’un des meilleurs moyens est d’augmenter votre estime personnelle.

Un levier puissant est notamment de mettre au clair vos valeurs.

Pourquoi ?

Parce que vos valeurs représentent ce qui est le plus important à vos yeux.
Connaitre vos 5 valeurs principales est d’une grande aide.

Car vous pouvez vous baser dessus pour déterminer si une dépense est réellement justifiée, si elle vous correspond vraiment… ou non !

Vous allez vous demander :

  • Est-ce que cette dépense est alignée avec une ou plusieurs
    de mes valeurs ?
  • Est-ce que cette dépense est en contradiction avec une ou plusieurs de mes valeurs ?

Par exemple, si votre valeur principale est la Liberté, alors (selon la définition que vous donnez à ce terme) peut-être que vous désendetter et mettre un maximum de côté pour rembourser vos dettes est la priorité.
Pour autant, si parmi vos autres valeurs vous avez la Santé, alors vous n’allez pas faire que manger des trucs à bas prix de mauvaise qualité nutritionnelle pour économiser, mais faire des compromis.

Mieux gérer son argent en se posant les bonnes questions

Donc pour mieux gérer votre argent afin d’être moins stressé et pour cela parvenir à mettre de côté chaque mois, il vous faut parvenir à mettre en évidence ce qui est réellement important pour vous.

Notamment grâce à vos valeurs.

Et vous pouvez alors vous demander :

  • Est-ce que cette dépense est ou non en phase avec mes valeurs ?
  • Est-ce que je respecte mes valeurs si j’effectue cet achat ?

En faisant ça, vous ne nuirez pas à votre qualité de vie.

Encore mieux, vous allez très certainement l’améliorer car vous allez dépenser pour ce qui compte le plus à vos yeux.

Et non pour compenser momentanément un besoin profond non comblé ou « pour faire bien ».

Rien qu’avec ces questions, vous pouvez parvenir à mettre (plus) d’argent de côté pour pallier aux dépenses imprévues quand elles surgissent et être ainsi moins stressé.

Et cela sans vous sentir frustré.

Ce principe de se poser les bonnes questions en matière de dépenses n’est pas basé sur la privation. Mais le bon équilibre pour VOUS.

Ainsi selon les personnes, les « bonnes » dépenses et les « mauvaises » dépenses ne seront pas les mêmes.

Deux autres questions que vous pouvez vous poser pour justement faire les « bonnes » dépenses pour vous :

  • Est-ce que, au regard de mon reste à dépenser, je peux me permettre cette dépense ?
  • Combien je dois travailler pour me payer ce truc ? Est-ce que ça vaut le coup ?
    C’est à dire que vous allez comparer le prix de la chose que vous voulez acheter, et ce que ça vous coûte en temps de travail.
    Pour cela, vous devez connaitre combien vous gagnez par heure, par jour, par semaine, par mois. Par exemple, ce que vous voulez vaut 100 euros. Et vous savez que ça vous demande plus d’1 journée de travail pour générer ce revenu. A vous de déterminer si ça vaut le coup de travailler plus d’1 journée pour vous l’offrir… ou pas !

Gardez bien en tête cette citation de Henry David Thoreau :

Le prix de toute chose est la quantité de vie que vous échangez en contrepartie

Combien de votre vie, de votre liberté possible, dépensez-vous en/au travail pour acheter telle ou telle chose ?

Faire le tri

Mieux gérer son argent passe en amont par un tri.

Le tri entre les dépenses absolument nécessaires pour vous.

Et celles qui ne le sont pas.

Là encore, cela varie selon les personnes mais il existe des principes généraux que vous pouvez appliquer.

Vous allez donc :

  • Faires une liste de toutes vos dépenses de subsistance et marquer en face la somme que ça représente. C’est-à-dire tout ce qui concerne votre logement (loyer/emprunt, électricité, eau, assurance), votre nourriture, votre santé, vos impôts et éventuellement vos moyens de transport
  • Les dépenses de subsistance, c’est vraiment le strict minimum qu’il vous faut pour survivre. N’entrent donc pas en ligne de compte l’esthéticienne, le cinéma, le restaurant (vous pouvez préparer vos repas chez vous, ça revient généralement moins cher), les vêtements, etc.

  • Ensuite, regardez tous vos abonnements éventuels : est-ce que certains ne font pas partie des dépenses de subsistance ? Comme ce magazine que vous prenez peu de plaisir à lire (ou que vous ne lisez pas), cet abonnement à une salle de sport que vous n’utilisez pas, etc.
  • Un accès à Internet est souvent considéré désormais comme essentiel. Peut-être en avez-vous un avec votre téléphone, un autre avec votre domicile, un autre avec votre Tablette, etc. Peut-être que vous pourriez vous passer de l’un ou l’autre ?
  • Regardez si parmi vos dépenses de subsistance, vous ne pourriez pas faire des économies. Regardez tout ce qui est de type assurance. Certaines offrent les mêmes prestations pour un tarif inférieur.
  • Faites le point entre vos revenus du mois et vos dépenses de subsistance. Cela vous donne le montant qu’il vous reste pour vos autres dépenses (reste à dépenser) et vos économies.

    Pour cela, n’oubliez pas de compter toutes les dépenses qui s’effectuent non pas au mois mais à l’année ou au trimestre par exemple. Pour une dépense à l’année, comme la visite chez l’ophtalmologiste, diviser le montant par 12. Et ajoutez-le aux dépenses du mois.

  • À ce sujet : voyez toutes les dépenses annuelles (ou de ce type) que vous pourriez mensualiser. Et mettez ça en place si ça ne vous coûte rien.
    Par exemple moi j’avais mis en place le prélèvement mensuel pour les impôts sur le revenu, mais j’avais pas capté qu’on pouvait aussi le faire pour la taxe d’habitation…

    Mensualiser un maximum de dépenses permet de bien mieux s’y retrouver et d’être moins pris au dépourvu.

  • On conseille souvent de mettre de côté (sur un compte épargne par exemple, et en tous les cas autre que le compte courant) au moins 10% des revenus.
    Est-ce que c’est possible pour vous de mettre 10% ou plus de côté, avec du reste à dépenser ? C’est-à-dire qu’après avoir retiré 10% de vos revenus, retiré vos dépenses de subsistance, il vous reste encore de l’argent.
  • Pourquoi je parle de l’argent qui reste ? Parce que c’est bien de vivre et de se faire plaisir, particulièrement lorsqu’il s’agit d’investir (notez que je n’ai pas dit dépenser 😉) pour nourrir vos valeurs.
  • Essayez de faire avec ce reste à dépenser. Voyez ce que ça donne.
  • Vous pouvez aussi revendre ce que vous n’utilisez pas pour mettre du beurre dans les épinards.
  • Certains vont jusqu’à changer de domicile pour économiser, être plus à l’aise financièrement, se désendetter.

Je sais que certains ne se voient pas du tout réduire leurs dépenses type restaurant ou cinéma « parce qu’il faut bien se faire plaisir ».
Mais peut-être que vous pouvez prendre un abonnement de vidéo à la demande et aller moins souvent (ou plus du tout) au cinéma. Peut-être aussi que vous sélectionnerez mieux les restaurants dans lesquels vous aller manger et que vous apprécierez plus ces moments-là s’ils sont moins nombreux, s’ils ne sont plus « banal ».

Si mettre de côté 10% de vos revenus c’est trop pour vous, économisez moins.
Mais économisez !

Et, chose importante :

  • Mettez en place un virement automatique de votre compte courant (là où vous recevez vos revenus) vers un autre compte (par exemple, compte épargne) : chaque mois, à une date positionnée après la réception de vos revenus sur votre compte courant, virez x euros.

C’est tout con comme principe.

Mais on peut se dire que si on fait comme ça, on n’aura pas assez, et puis si on a envie de telle dépense, etc.

Alors qu’en fait, vous allez vous rendre compte que quand vous faites ça, quand « vous vous payez en premier » comme on dit, que vous mettez pour vous de l’argent de côté automatiquement chaque mois, il est fort probable que ce soit (quasi-)indolore.

Bien évidemment, si vous touchez 100 000 euros par an, vous aurez plus de facilité à économiser gros et à rembourser vos dettes si vous appliquez ce qu’on vient de voir que si vous touchez 15 000 euros par an. C’est certain.

Mais c’est comme les 24 heures dans une journée.
On n’est pas tous égaux, on doit souvent faire avec ce qu’on a.

Comment faire quand les revenus progressent ?

À ce stade, vous vous demandez peut-être : comment faire quand mes revenus augmentent ?

La bonne tactique à adopter et de continuer à mettre de côté au moins le même pourcentage de vos revenus (par ex : 10%). Et si possible + bien sûr.

Pour faire simple, si vous touchez 1500 euros maintenant et que vous parvenez à mettre de côté 150 euros par mois (=10%).
Si vos revenus passent à 1600 euros, alors vous mettrez de côté toujours au moins 10%, soit au minimum 160 euros/mois.

Autre technique, répartir le revenu supplémentaire obtenu en 3 tiers :
1/3 de côté, 1/3 impôts, 1/3 pour vous faire plaisir en prime.

Par exemple, vous avez désormais 100 euros de revenu en plus par mois.

Vous pouvez mettre 35 euros sur votre compte épargne en plus, avoir 35 euros de plus par mois pour vous faire plaisir et 30 euros pour les impôts.
Pourquoi je parle d’impôts ? Parce que si vous n’êtes pas prélevé de vos impôts à la source, ça peut faire mal l’année suivante de les voir augmenter.

Où mettre ces « impôts prévus » ?

Sur un compte à part de votre compte courant.
Si vous les mettez sur le même compte que votre épargne, que vos économies, alors gardez bien en tête qu’une partie est pour régler l’éventuelle hausse d’impôt.

Vous pouvez l’année suivante, surtout si vous n’avez pas eu d’augmentation, laisser la somme d’impôt en plus que vous avez à payer sur votre compte courant (ce sera prélevé automatiquement chaque mois si vous êtes mensualisé).

Crédits

Si vous souhaitez être moins stressé par l’argent, la question des crédits se pose.

Avez-vous des crédits en cours ?

Si oui, il peut être bon de les rembourser par anticipation.

Les crédits dont le taux d’intérêt est supérieur au taux auquel vous placez votre argent gagnent souvent à être remboursés.

Parmi ces crédits, on trouve souvent les crédits à la consommation : si vous le pouvez, remboursez-les rapidement. Ils coûtent en général assez cher (bien plus que la somme que vous avez empruntée).

Les crédits à la consommation sont pour cette raison à éviter au maximum.
D’autant qu’il arrive fréquemment que l’on y souscrive pour des dépenses autres que celles de subsistance. Typiquement, prendre un crédit pour partir en vacances n’est pas un choix à faire si vous souhaitez être plus serein vis-à-vis de l’argent.

Peut-être avez-vous un crédit en cours pour votre logement ?

Là aussi, cela pourrait être intéressant d’en rembourser au moins une partie.
Après, tout dépend des conditions de votre crédit. Par exemple, pour certains c’est gratuit de rembourser par anticipation, pour d’autres non, et pour d’autres encore oui à partir d’une certaine durée et pour un montant minimum.

Pourquoi cela peut être intéressant de rembourser un peu plus vite l’emprunt de votre logement ? Parce que ça peut vous retirer un poids, celui de vous dire que si vous ne parvenez pas à un moment donné à payer vos mensualités, alors on peut saisir votre bien. Cela a aussi l’avantage du coup de réduire vos mensualités ou la durée de votre prêt, mais aussi de payer moins de frais (les intérêts sur la somme que vous avez remboursée).

Je ne dis pas que tout le monde doit le faire.
Je ne suis pas spécialiste en finances, crédits et tout le toutim.
Donc faites comme bon vous le sentez.

En tous les cas, vous pourriez par exemple décidez d’allouer une partie de ce que vous pouvez mettre de côté à votre épargne, et une autre au(x) remboursement(s) de crédits contracté(s).

Épargne, investissement

En parlant d’épargne : c’est votre matelas de sécurité.

Le but du jeu n’est évidemment pas que vous alliez piocher dans votre épargne tous les 4 matins hein.

Mais le moins possible.

Afin que justement elle représente une sécurité.

Votre épargne doit être au maximum vu comme une ressource « au cas où ».

Votre épargne devrait uniquement vous servir à :

  • Vous constituer un filet de sécurité pour régler vos dépenses imprévues
  • Investir dans ce qui peut vous améliorer la vie sur la durée

Précisons.

Les dépenses imprévues ne sont pas celles pour lesquelles vous avez envie d’acheter un truc. Comme ce beau petit pull en soldes, cette nouvelle perceuse, ce spectacle que vous avez envie d’aller voir, ce restaurant que vous voulez tester, etc.

Les dépenses imprévues, celles pour lesquelles vous allez piocher dans votre épargne, sont celles qui sont liées à vos dépenses de subsistance.

Par exemple, c’est l’hiver, il fait bien froid et votre système de chauffage tombe en panne.
Vous ne savez pas le réparer.
Vous et vos enfants vous vous les geler.
Vous faites faire un devis, faites venir une personne compétente pour vous arranger ça.
Manque de bol, vous n’avez pas assez sur votre « reste à dépenser » de chaque mois (c’est-à-dire vos revenus, moins vos dépenses de subsistance, moins la somme que vous épargnez) pour régler la note.
Alors oui, comme vous avez vraiment besoin de chauffage, vous pouvez piocher dans votre épargne.

Par contre si tous les ans ou tous les 2 ans vous savez que vous avez votre entretien de chauffage à faire (chaudière, pompe à chaleur, etc.), alors vous devez le prévoir dans votre calcul de dépenses de subsistance dont on parlait plus haut et mettre en fonction la somme de côté chaque mois pour ça.

Les dépenses d’investissement, ce sont celles qui vont vous permettre d’améliorer votre vie selon vos critères, selon vos valeurs, vos aspirations, vos priorités, bref, ce qui est important pour vous.

Par exemple, piocher dans votre épargne pour investir dans une formation qui vous permettra d’obtenir un meilleur job, qui vous plait plus et s’avère mieux rémunérée.

Ou plus généralement un truc (comme une formation) qui vous permettra de résoudre un gros problème que vous avez et dont vous en tirerez les bénéfices tout au long de votre vie (ou du moins, un maximum de temps).

Gardez bien en tous les cas à l’esprit que si vous pouvez faire autrement que piocher dans votre épargne, c’est mieux. C’est quelque chose que vous devez privilégier.

Par exemple, votre frigo tombe en panne.
Vous devez le changer.
Peut-être que quelqu’un en a un vieux dont il ne se sert pas et qu’il pourrait vous donner ou prêter le temps que vous puissiez en acheter un (neuf ou d’occasion) avec votre reste à dépenser de chaque mois.
Peut-être que vous pouvez aussi piocher un peu dans votre épargne, et un peu dans votre reste à dépenser.

Combien économiser ? Connaissez-vous

Vous vous demandez peut-être combien d’argent vous devriez avoir de côté ?

La réponse à cette question, vous seul la détenez.

Pourquoi ?

Parce que ça dépend de tout un chacun.

Certains vont être bien moins stressé en ayant l’équivalent d’un mois de côté alors que pour d’autres, il faut plutôt tabler sur au moins 1 an.

Vous allez peut-être me dire : 1 mois et 1 an de quoi ?

Eh bien là, il y a 2 façons de voir les choses :

  • Soit vous tablez sur le montant de vos dépenses du subsistance
  • Soit sur l’ensemble de vos revenus

Sachant évidemment que la 2ème solution représente une somme plus importante mais aussi de ce fait, plus de latitude en cas de coup dur (un matelas de sécurité plus épais en somme).

Les banques elles conseillent en général d’avoir l’équivalent de 3 mois de revenus de côté. À vous de voir si émotionnellement ce serait suffisant pour vous. Ou pas.

Eh oui vous avez bien lu émotionnellement car ce genre de truc n’est pas forcément hyper-rationnel. Et on s’en fiche après tout car le but ici c’est que vous parveniez à être de moins en moins stressé par l’argent, le manque d’argent, les dépenses imprévues.

Évidemment, plus vos revenus sont élevés et plus vous appliquez les recettes mentionnées dans cet article, et plus vous parviendrez rapidement à rembourser vos éventuels crédits et à vous constituer une épargne.

Oui, ça peut faire suer de voir que pour d’autres « c’est plus facile ».

Mais ça ne change rien à votre situation.

Vous êtes responsable de votre vie.

À vous de voir si vous choisissez de l’employer à râler sur le fait que vous n’avez pas de chances et que vous aimeriez bien avoir autant que Michu en ne changeant rien, ou si vous préférez faire de votre mieux (4ème Accord Toltèque ;)) avec les moyens à votre disposition pour avancer.

Il est aussi intéressant de se connaitre pour savoir sur quels leviers on peut s’appuyer afin de maximiser nos chances d’économiser.

Par exemple moi, je n’aime pas piocher dans mes économies.
C’est comme ça.
Pourtant je dois m’y résoudre parfois.

Mais du coup, c’est un atout : comme j’ai conscience de ce ça, du fait que ça me déplait de prendre sur mes économies (ça me procure des émotions désagréables) alors je m’en sers de levier pour allouer tout ce que je peux (encore une fois, en laissant « assez » pour mon reste à dépenser) à mon épargne.
En gros, j’en profite pour mettre un peu plus de côté (c’est-à-dire que j’augmente la somme que je vire automatiquement chaque mois sur mon compte épargne) quand je suis dans une période où je n’ai pas envie de dépenser dans des trucs. Et si je vois que j’arrive à faire avec, cool. Sinon, si c’est trop inconfortable, douloureux, j’ai établi le principe que je m’autorise à revenir à l’état précédent (je remettrai le montant que je virai automatiquement avant de l’augmenter).

Voulez-vous vraiment être moins stressé par l’argent ?

Là, je sais que j’ai déjà perdu depuis un moment bon nombre de lecteurs.

Parce que certains s’attendaient à une recette miracle qui leur permettrait d’économiser 3 fois plus que ce qu’ils gagnent tout en dépensant 2 fois plus.

Parce que certains ont leur ego qui crie en eux que ce n’est pas possible, que ce sont des conseils bateau, etc. Mais ont-ils essayé ?

Avez-vous essayé ?

La question cruciale à vous poser à ce stade si vous êtes toujours là à me lire est :

  • Avez-vous vraiment envie d’être moins stressé par l’argent ?

Alors économiser, mettre de côté, est la 1ère des solutions à appliquer.

Le premier truc que vous devez mettre en place ou développer autant que vous le pouvez dans la mesure du raisonnable.

Il ne s’agit pas de n’avoir plus rien pour s’acheter ne serait-ce qu’un livre de poche dans le mois non plus hein.

Mais prendre cette habitude dès maintenant et économiser un maximum (sans pour autant ne plus vous faire plaisir et vous contenter de sortir de l’argent uniquement pour vos dépenses de subsistance) est ce qui vous permet ensuite de continuer à le faire si/quand vos revenus augmentent.

Je vous repose la question :

  • Avez-vous réellement envie d’être moins stressé par l’argent ?

Certains disent oui mais ne veulent pas « sacrifier » (il s’agit plutôt de mieux gérer et d’arbitrages mais passons) leurs loisirs, leurs dépenses qu’ils jugent « essentielles ».

C’est OK.
On peut vouloir un truc, mais pas assez fort.
Pensez-y.
Il y a plein de choses qu’on voudrait dans notre vie mais on n’est pas prêt à investir pour dedans, que ce soit notre temps, notre énergie, notre argent, et.
Encore une fois, c’est OK du moment qu’on en a bien conscience.

Mais si vous voulez être moins stressé par rapport à l’argent, alors vous devez mettre (plus) d’argent de côté.

De façon automatique.

Pour faire face en cas de dépenses imprévues.
De coup dur, comme une période de chômage.

C’est aussi simple que ça.
Simple oui… Je n’ai pas dit facile ni confortable, mais cela devient plus aisé une fois la période de mise en place des principes passée.

Demandez-vous :

  • Est-ce que je préfère la tranquillité d’esprit (économiser) et être moins stressé financièrement, ou bien avoir le loisir de dépenser comme je l’entends dès que j’en ai envie ?

Dites-moi dans les commentaires : qu’allez mettre en place pour économiser (plus) et ainsi être moins stressé financièrement ?
Et si vous parvenez déjà à économiser : quelles sont vos principes et astuces en la matière ?

Pour ceux qui sont allés jusqu’au bout de cet article : merci pour votre attention 🙂

Pour être moins stressé face à l’argent et pouvoir faire face aux dépenses imprévues qui ne manquent pas de nous tomber sur le nez, économiser est LA solution n°1.
On peut se dire qu’on n’a pas de quoi économiser justement mais en fait, à bien y regarder, certaines de nos dépenses ne nous correspondent pas : elles sont de type exutoire ou de conformité.
Et il est possible en étant plus conscient de nos choix en matière de dépenses, de mieux allouer notre argent. De parvenir à mettre de côté pour pouvoir faire face en cas de coup dur afin que cela ne provoque pas chez nous un gros stress.

Envie d'atteindre facilement vos objectifs ?



Méthode TADÉA pour fixer et atteindre vos objectifs Je vous offre la
« Méthode TADÉA pour fixer et
atteindre vos objectifs »
Méthode TADÉA = simplicité et flexibilité


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *