Envie d’être davantage vous-même
pour vous sentir mieux dans votre peau
(sans vous faire rejeter par les autres) ?
Et recevez mon cours offert qui vous donne les clés pour améliorer votre vie

2 astuces minimalistes pour mieux vous organiser

Bonjour ! Si ce n'est pas déjà fait, vous voudrez peut-être vous procurer le livret Cadeau :
« TADÉA, méthode pour fixer et atteindre vos objectifs »
Cliquez ici pour le télécharger gratuitement
Merci de votre visite et bonne lecture :)
Temps de lecture moyen : ~ 8 minutes

Le minimalisme est un sujet de plus en plus à la mode et qui peut en rebuter certains. Pourtant, même si nous ne sommes pas nous-même minimaliste ou ne souhaitons le devenir, il peut nous aider à améliorer notre vie et en particulier notre organisation.

Le minimalisme

2 astuces issues du minimalisme pour mieux nous organiser

Mais le minimalisme, c’est quoi d’abord ?

Si on effectue un peu de recherche sur le sujet, notamment sur Internet, on peut tomber sur des tas de blogs, livres et vidéos très différents.

Certains s’évertuent à posséder le moins possible.
Par exemple, un maximum de 100 objets.

Et souvent quand on voit ce que ça donne, notamment l’intérieur du logement des personnes pratiquant cela, cela peut rebuter car cela nous semble extrême, pas confortable, « trop peu », froid, etc.

D’autres s’affirmant minimalistes montrent leur logement qui a l’air bien plus classique en apparence.

Bref, on peut s’y perdre !

En fait, il semblerait que chacun adopte le minimalisme à sa sauce.
Comme ça lui convient pour convenir à ce qui fait sens pour lui.

De ce fait, les querelles entre les « vrais » et les « faux » minimalistes n’ont en réalité que peu d’intérêt.

Ce qui compte, c’est ce que l’on peut y trouver.
Ce que le minimalisme peut apporter de mieux dans notre vie.

Le dictionnaire Larousse définit le minimalisme de la façon suivante :

Recherche de solutions requérant le minimum d’efforts, de bouleversements (par opposition à maximalisme)

Et on peut voir le minimalisme comme un dérivé de la simplicité volontaire.

Minimalisme et loi de Pareto

En fait, on se rend compte que l’on peut rapprocher le minimalisme de la loi de Pareto, aussi connue sous le nom de (principe) 20/80.

En gros, elle veut que 20% des causes produisent 80% des effets.
Les chiffres peuvent différer selon les situations mais globalement, la différence de proportion serait à peu près valable pour tout.

Par exemple, dans une entreprise, cela signifie que 20% des clients ramènent 80% du chiffre d’affaires, ou que 20% des clients causent 80% des ennuis.

Dans nos vies, on pourrait dire que 20% de ce que l’on fait nous rapporte 80% de résultat, et que donc a contrario, 80% de ce que l’on fait nous rapporte peu (20%).

En clair, cela signifie qu’un petit nombre de choses a un maximum d’impact dans nos vies, et qu’un nombre important de trucs a peu d’incidence.

On peut rapprocher cela de la définition du minimalisme que Rachel Jonat propose dans son livre Do Less :

Utiliser le moins d’éléments possible pour créer un maximum d’effet

On se dit alors que le point de vue minimaliste peut être intéressant pour améliorer nos vies, notre organisation.

En effet, cela implique par exemple qu’il y a de fortes chances que seulement un petit nombre de nos possessions a le plus d’impact (positif) dans nos vies. Que seulement une petite quantité de ce que nous faisons aussi.

Beaucoup s’inspirent de ce principe réduire ce qu’ils considèrent être finalement comme du superflu dans leur vie.

Et c’est une bonne chose car le superflu par définition ne nous est absolument pas essentiel et nous procure en réalité peu de positif, surtout sur la durée.

Le tout est de parvenir à le mettre en évidence.
Et à s’en défaire.

Et c’est là que souvent, ça se complique.

Minimalisme, en pratique ?

Car si nous sommes nombreux à trouver que diminuer le superflu est censé et entraine certainement un impact positif, quand vient le moment de passer à l’action comme on dit, souvent, ça bloque.

Pourquoi ?

Parce qu’on ne sait pas trop comment s’y prendre.

Bon évidemment, je ne vais pas aborder en long en large et en travers l’ensemble du minimalisme dans un article. Tout simplement parce que je ne suis pas du tout experte sur le sujet, je ne me considère pas minimaliste, et puis ce serait bien trop long.

Pour autant, comme beaucoup, je trouve ses principes attractifs et utiles.
Et sans devenir minimaliste, je pense que certains aspects du minimalisme peuvent nous faciliter la vie.

Quand on pense au minimalisme, généralement nous vient à l’esprit un intérieur bien rangé, peu encombré, avec de fortes tonalités blanches. Et c’est souvent lié au fait d’avoir (bien) moins de possessions que la moyenne.

Mais le minimalisme, s’il concerne effectivement en grande partie le matériel, ne se réduit pourtant pas à cet aspect.

Le minimalisme est aussi lié à des choses plus abstraites, moins matérielles, comme notre façon de voir la vie, nos pensées, etc.

En fait, le minimalisme peut s’appliquer à de nombreux domaines de notre vie.

Et notamment l’organisation.

Or de plus en plus de gens s’intéressent au sujet de l’organisation parce qu’ils se sentent dépassés par la montagne de choses diverses et variées qu’ils ont à faire et d’objectifs qu’ils ont à accomplir, que ce soit dans leur sphère professionnelle ou personnelle.

Deux astuces issues du minimalisme peuvent nous aider à ce niveau.

Minimalisme et organisation

Mais avant de les évoquer, il est essentiel d’avoir en tête que l’organisation est fortement liée à la gestion du temps.
Elles sont dépendantes l’une de l’autre.

Et souvent, on se rend compte si on prend quelques minutes, quelques secondes pour se poser, que l’on passe une bonne partie de notre temps (80%) à faire des choses qui ont finalement peu d’impact réel et positif dans nos vies (20%).

D’où l’importance de savoir prioriser ce que l’on a à faire.
Ou ce que l’on peut faire.

Le problème vient surtout des choix.

Nous sommes envahis par une multitude de choix qui s’offrent à nous.
Et cela ne fait qu’empirer dans des sociétés où la consommation, que dis-je, l’hyperconsommation est encouragée.

On nous bourre le crâne avec tout ce que l’on doit faire pour être bien, posséder pour être comme il faut, sinon « c’est pas bien ! ».

Nombreux sont les organismes qui sont friands de notre argent, de notre temps, de notre attention. Cela vaut de l’or !
(Et puis, cela réduit grandement les ressources nécessaires à la réflexion.)

Car en réalité, si on prend le temps d’y réfléchir, beaucoup de choses qu’on pense devoir faire, avoir, être, ne nous intéressent pas plus que cela. Ne nous correspondent pas. Alors que l’on fait, inconsciemment, notre possible pour nous y conformer.
Pour être accepté la plupart du temps.
Mais est-ce que cela nous rend heureux ?
Souvent, non…

Là vous vous dites peut-être :
« euh, OK mais elle est où la 1ère astuce là, tu m’expliques ? »

J’y viens.

1ère astuce minimaliste pour l’organisation

La 1ère astuce minimaliste concerne l’importance et les priorités.

Il s’agit de se poser régulièrement la question suivante :

  • Quelle est la chose la chose la plus importante que je devrai faire là, maintenant, avec le temps et les ressources que j’ai à disposition ?

On peut même se la poser à l’avance afin de mieux nous organiser, et prévoir donc par exemple pour la journée ou la semaine à venir quelles sont les choses les plus importantes que l’on peut faire (les 20%) qui nous rapporteront un maximum de résultat (les 80%).

Cela a l’air tout con.

Mais on est souvent absorbé par le flot de la vie, le nez dans le guidon.
Et au lieu de nous poser régulièrement cette question cruciale qui met l’accent sur l’essentiel, sur ce qui nous apporte le plus, on va souvent palier à l’urgence et à la gratification immédiate (un piège !), comme le fait d’aller consulter les réseaux sociaux, de surfer sur Internet, etc.

En fait, on perd régulièrement un temps fou, beaucoup plus grand qu’on ne l’imagine, à faire des choses qui ne sont finalement pas importantes et qui nous rapportent peu, notamment sur la durée.

Bien sûr qu’il faut prendre du temps pour souffler.
D’ailleurs, peut-être que plus ou moins régulièrement, la chose la plus importante à faire pour vous là avec vos ressources, c’est de vous reposer, de vous distraire.
Mais sans doute pas de passer la majeure partie de votre vie à cela.

Et le pire dans tout cela, c’est qu’on a souvent l’impression d’être débordé, de ne pas avoir le temps de faire X ou Y, et souvent ce qui est important.
Tout ça parce qu’on passe beaucoup de temps occupé.
Juste occupé, à « faire des trucs ». Oui on est occupé, mais pas tant à l’important qu’au superflu

2ème astuce minimaliste pour l’organisation

Outre le fait de se demander régulièrement si on utilise au mieux nos ressources et notre temps, avec la 1ère astuce et la question liée, une 2ème astuce nous est proposée par le minimalisme pour mieux nous organiser.

  • Celle de faire les bonnes choses

Vous le sentez sans doute, elle est fortement liée à la précédente.

On essaye par tous les moyens d’en faire un maximum et pour cela, de gagner en productivité.

Beaucoup d’ailleurs s’intéressent à l’organisation dans ce but : pouvoir faire plus.

Et c’est très bien car selon nos paramètres de vie, oui, on peut avoir beaucoup à faire et savoir bien s’organiser est clairement une clé importante pour s’en sortir.

Mais on peut tomber dans l’excès de vouloir faire un max de choses.
Simplement, en réalité, pour nous conformer aux attentes de la société, des autres.
Pour nourrir notre gros ego qui est tout content de constater qu’on a fait « plein de trucs », notamment parce qu’on a l’impression que ça nous rend meilleur que les autres (qui en font moins… ou tout du moins, en apparence).

Donc l’essentiel, ce n’est pas tant de faire plus de choses que de faire les bonnes choses.
Les bonnes choses liées aux trucs importants.

Cela dit, on peut parfois croire que l’on travaille sur les bonnes choses alors que ce n’est pas nécessairement le cas.

Par exemple, mettons que l’important soit de rédiger un rapport.

On peut vite se mettre à passer un temps considérable à trouver la bonne police, la bonne distance de retrait pour le texte, les bonnes couleurs, etc.

Alors que l’important c’est le contenu du rapport sans doute bien plus que la forme, même si oui, cette dernière a son importance, mais secondaire.

Donc la bonne chose à faire dans un premier temps, c’est d’abord de pondre le texte, pas de passer des heures sur la mise en page pour se retrouver ensuite à bâcler le texte parce qu’on n’aura pas eu le temps de finir…

Allez-vous appliquer ces 2 astuces dans vos vies ?
Dites-le moi dans les commentaires 🙂

Le minimalisme est un vaste sujet. Il peut faire peur et en réalité, même si on ne souhaite devenir nous-même minimaliste, certains de ses principes peuvent nous aider dans la vie de tous les jours. C’est notamment le cas en matière d’organisation.
Le minimalisme prône en effet de mettre l’accent sur ce qui est important et sur les bonnes choses à faire

Envie d'atteindre facilement vos objectifs ?



Méthode TADÉA pour fixer et atteindre vos objectifs Je vous offre la
« Méthode TADÉA pour fixer et
atteindre vos objectifs »
Méthode TADÉA = simplicité et flexibilité


Astuce : Utilisez le symbole @ suivi du nom de la personne à laquelle vous souhaitez répondre. (ex : @marine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *